5 fake news sur l’alimentation

20 janvier 2020
Au cours des dernières années, un certain nombre de fake news ont été diffusées sur la nutrition. Certaines attribuent des propriétés miraculeuses à la nourriture et d'autres sont exagérément alarmantes. Que devriez-vous savoir à ce sujet ?

L’avalanche d’informations auxquelles nous pouvons accéder aujourd’hui grâce à Internet et aux réseaux sociaux, fait que les fake news sur l’alimentation sont monnaie courante. Le sujet lié à la nutrition représente plus de la moitié (54%) des fake news détectées par les médecins qui ont participé à la première étude sur les canulars sur la santé.

Les canulars alimentaires se caractérisent par le fait qu’ils sont soit trop bons, soit trop mauvais. C’est-à-dire lorsque le bénéfice apporté à un seul aliment dépasse celui que peut procurer une alimentation saine. Nous vous révélons, dans la suite de cet article, 5 fake news sur l’alimentation que vous devriez connaître !

Fake news sur l’alimentation

Une publication de Nutrition Today suggère que des efforts éducatifs devraient être investis pour aider les consommateurs à reconnaître la désinformation scientifique sur la nutrition.

Ainsi, il est essentiel que tout le monde soit plus conscient et évite de croire les allégations sur les “cures nutritionnelles”, les “aliments miracles“, les “rapports alarmants” et autres. Regardons quelques unes des fake news alimentaires qui ont, un jour, été populaires.

1. Est-ce que les toasts brûlés causent le cancer ?

L’acrylamide, un composé classé par l’International Association of Cancer Registries comme étant probablement cancérigène pour l’homme, se forme dans le pain brûlé.

Pour que cette substance apparaisse, l’aliment doit contenir des sucres réducteurs et des acides aminés (principalement l’asparagine). Il doit également être soumis à des températures de cuisson supérieures à 120°C.

Cependant, cette substance n’est pas exclusive au pain. Elle peut aussi se former par le traitement thermique des pommes de terre, des croquettes, des pâtisseries, du café, des céréales du petit déjeuner, etc. En 2015, l’Autorité européenne de sécurité des aliments s’est inquiétée des niveaux d’exposition à l’acrylamide par le biais de l’alimentation.

Bien que de grandes quantités doivent être consommées pour constituer un risque pour la santé, il est conseillé de ne pas consommer d’acrylamide. Ces aliments ne doivent pas être cuits à plus de 170°C. Ils doivent prendre une couleur grillée, en évitant le brun foncé.

Le fait de penser que manger des toasts brûlés cause le cancer fait partie des fake news sur l'alimentation

2. Fake news sur l’alimentation : si je suis au régime, puis-je boire du lait entier ?

Il y a quelques années encore, il était conseillé d’opter pour des variétés de lait écrémé lorsqu’on suivait un régime amaigrissant. Ce conseil avait pour but de réduire la quantité de calories et de graisses. Et ce sans tenir compte des autres aspects de l’alimentation.

Cependant, les preuves scientifiques actuelles semblent contredire cette ligne directrice. Nous pouvons le voir dans cet article publié dans The American Journal of Clinical Nutrition.

Les Lignes directrices européennes pour la prise en charge de l’obésité chez l’adulte recommandent, quant à elles, de remplacer les produits laitiers à faible teneur en gras par du lait entier comme stratégie de gestion de l’obésité.

Lire aussi : Nutrition et insuffisance rénale : tout ce que vous devez savoir

3. L’eau au citron purifie-t-elle ?

Cette fake news alimentaire est totalement inexacte. Elle ne purifie pas et nous n’en avons pas besoin. Nous avons trois organes dans notre corps chargés de notre “purge” : le foie, le rein et les poumons.

Le citron est riche en acide citrique, un antioxydant qui agit comme un tampon de pH. C’est pourquoi cette fausse croyance a pu être générée. Il n’y a pas de nourriture qui purifie !

4. Fake news sur l’alimentation : manger des fruits après un repas fait-il grossir ?

L’apport calorique des différents types de fruits est variable. Cependant, l’apport calorique d’un fruit est toujours le même, qu’il soit consommé avant, pendant ou après un repas. Il n’y a pas de preuve scientifique qui suggère que l’apport calorique d’un fruit peut varier selon le moment de la journée où il est consommé.

De plus, il est prouvé qu’une consommation élevée de fruits et légumes est plus susceptible d’entraîner une perte de poids et le maintien du poids perdu. En réalité, l’un des mécanismes possibles par lesquels les fruits et légumes peuvent contribuer à la perte de poids est leur effet potentiel sur la satiété.

Une femme qui mange une pomme

5. Est-ce que manger cinq fois par jour accélère le métabolisme ?

Cette idée découle du fait que, lorsque vous mangez, vous dépensez de l’énergie pour pouvoir digérer. Et décomposer la nourriture en tous ses composants. C’est ce qu’on appelle l’effet thermogénique de la nourriture.

Cependant, il s’avère que les calories utilisées dans la digestion sont plus ou moins proportionnelles au volume des aliments consommés. Et au type de macronutriments. En d’autres termes, si nous consommons un régime de 2 000 kcal par jour, il importe peu que nous le répartissions en 3 repas ou en 5. L’effet thermogénique sera le même.

Dans le Journal of Nutrition, une étude a été publiée dans laquelle les auteurs ont conclu qu’il n’y a pas de preuves scientifiques solides pour dire que l’augmentation de la fréquence des repas est positive pour la perte de poids.

Découvrez : 3 types de régimes amincissants qui ne mettent pas votre santé en danger

Commentaire final

Il existe bien d’autres fake news sur l’alimentation. Par conséquent, le plus recommandable est de résoudre tous vos doutes avec l’aide de professionnels de la nutrition. De cette façon, vous éviterez de tomber dans de fausses croyances qui peuvent mettre en danger votre santé.

 

  • EFSA Panel on Contaminants in the Food Chain (CONTAM). « Scientific opinion on acrylamide in food. » EFSA Journal 13.6 (2015): 4104.
  • Rautiainen, Susanne, et al. « Dairy consumption in association with weight change and risk of becoming overweight or obese in middle-aged and older women: a prospective cohort study. » The American journal of clinical nutrition 103.4 (2016): 979-988.
  • Guyenet SJ., Impact of whole, fresh fruit consumption on energy intake and adiposity: a systematic review. Front Nutr, 2019.
  • Leidy HJ., Campbell WW., The effect of eating frequency on appetite control and food intake: brief synopsis of controlled feeding studies. The Journal of Nutrition, 2011.