Les 5 pires mensonges que vous pouvez dire à votre médecin

· 26 février 2017

Comme notre médecin est là pour nous aider et non pour nous juger, il est inutile d’essayer de lui cacher des informations, car nous ne ferions que nous nuire.

 

Vous mentez à votre médecin ? Pourquoi le faites-vous ? Vous pensez que vos mensonges ne sont pas nuisibles ? Quels sont les pires selon vous ?

Les consultations fréquentes chez le médecin de différents domaines peuvent vous aider à prévenir des problèmes à venir et à contrôler ceux que vous avez. Les examens de routine sont essentiels pour prévenir et combattre l’avancée des maladies.

Bien qu’il vous soit difficile de le croire, certain-e-s patient-e-s préfèrent mentir à leur spécialiste qui prennent soin de leur santé. Il y a des cas où les malades cachent leurs douleurs ou des situations qui mettent en péril leur santé par peur d’être critiqué-e-s ou jugé-e-s.

Iels le font sans penser que cela peut nuire au diagnostic, voire même jusqu’au traitement d’un problème précis.

Prenez note des pires mensonges que vous pouvez dire à votre médecin car ils peuvent être dangereux pour votre santé.

  1. « Je me sens bien »

Le premier des pires mensonges que vous pouvez dire à votre médecin c’est que vous vous sentez bien quand ce n’est pas le cas.

Cette phrase est très fréquente chez celleux qui souffrent de dépression et qui ne reconnaissent pas qu’iels ont besoin d’aide. Certain-e-s de ces patient-e-s se sentent tristes et pensent que ce problème ne peut être résolu par un-e spécialiste.

Sentiments persistants de culpabilité, désespoir et irritabilité sont quelques symptômes de la dépression et de problèmes hormonaux qui ne se résolvent pas toujours tout seuls.

Ce mensonge est souvent dit également par les personnes qui ont un problème médical spécifique qui requiert un traitement strict et qui ne le suivent pas. Aussi, même si elles ressentent une gêne, elles préfèrent la taire pour que leur médecin ne les gronde pas.

Il est très important de signifier à votre médecin n’importe quel changement significatif d’humeur, de pensées ou comportements qui affectent votre capacité à fonctionner correctement chez vous ou au travail.

Sachez que n’importe quel symptôme peut requérir un changement de médicaments, d‘alimentation ou de thérapie.

Voyez également : 5 signaux de dépression que vous ignorez

2. « J’ai une alimentation saine »

jai-une-alimentation-equilibree

Le deuxième pire mensonge que vous pouvez dire à votre médecin est lié à vos habitudes alimentaires. Les personnes disent en général qu’elles mangent moins et mieux que ce qu’elles font dans la réalité.

C’est la raison pour laquelle les nutritionnistes recommandent de tenir un journal alimentaire. Cependant, lorsqu’un-e patient-e dit ce mensonge, il altère également son registre d’aliments. La raison en est également d’éviter de se faire gronder par le-a spécialiste.

Cela pourrait paraître un tout petit mensonge sans importance, mais il augmente le risque de présenter des complications. De plus, cela peut retarder ou empêcher l’objectif thérapeutique désiré, comme perdre du poids ou réduire les niveaux de glucose.

3. « Je suis le traitement prescrit »

medicaments

Ce mensonge peut rendre difficile le contrôle des maladies chroniques comme l’hypertension, le diabète ou l’asthme. Il est très compliqué de prendre un médicament à vie, mais l’idée de votre médecin pourrait être que vous cessiez le traitement progressivement.

Nous savons qu’il est parfois gênant de se rappeler de prendre ses médicaments. Dans d’autres cas il se peut qu’il vous soit simplement impossible de faire face aux coûts des médicaments prescrits et que vous préfériez mentir.

Ne le faites pas. Il vaut mieux discuter avec votre médecin. Il peut vous aider à chercher d’autres alternatives comme :

  • Accéder à des échantillons médicaux qu’il reçoit directement des laboratoires.
  • Changer les médicaments que vous avez maintenant par des génériques plus économiques.

4. « Je n’ai des relations sexuelles qu’avec mon mari ou mon épouse »

L’omission au médecin d’une infidélité est très fréquente et se présente par la peur d’être jugé-e par le-a spécialiste.

Rappelez-vous que votre médecin est une personne en qui vous pouvez avoir totalement confiance. Il est là pour vous aider, et non pour vous nuire. N’oubliez pas que tout ce que vous dites est protégé par le secret professionnel.

Dans ce cas il existe une exception à la règle : lorsqu’une personne a une maladie sexuellement transmissible et que le médecin sait qu’elle a des relations sexuelles sans protection avec une autre personne non informée.

Le-a spécialiste a l’obligation dans ce cas d’informer cette personne dont la santé est mise en péril, car la vie est toujours plus importante que le secret professionnel.

Cependant, vous ne devez pas oublier qu’être responsable de votre santé et de celle de votre partenaire est vital.

5. « Je ne bois pas » ou « je ne fume pas »

alcool-et-tabac

Nombreux-ses sont celleux qui disent boire deux ou trois verres par jour ou fumer seulement une cigarette, quand c’est en réalité plus. Dans des situations de consommation excessive, les proches peuvent aider votre médecin à déterminer une addiction.

Avant de vous énerver ou de nier la situation, analysez ce qu’est la réalité. La consommation excessive d’alcool a des répercussions physiques, psychologiques, sociales et morales. Le tabac, de son côté, peut engendrer différents types de cancer.

Dans les deux cas cela peut également rendre difficile le contrôle de maladies chroniques et leurs traitements. Si vous êtes diabétique, vos niveaux de glucose seront en changement permanent.

De plus, certains médicaments perdent de leur efficacité ou génèrent des réactions négatives lorsqu’ils sont combinés à d’autres substances.

Nous vous recommandons de lire : 7 astuces pour avoir un cœur sain

Ne mentez pas à votre médecin

Avoir des secrets, omettre des symptômes et des informations sur votre style de vie peut interférer avec le diagnostique médical.

Il est essentiel que vous soyez sincère sur vos habitudes et la manière dont vous vivez. Il est normal que vous vous sentiez en dehors de votre élément et ressentiez de la honte à aborder certaines conversations.

Peut-être avez-vous peur d’être critiqué-e ou jugé-e, mais le médecin est là pour vous aider.

Il est certain que vous ne voulez pas souffrir d’une réaction allergique ou de problème médicaux majeurs à cause d’un manque de sincérité.