5 recommandations pour traiter correctement les personnes handicapées

La participation des personnes handicapées aux activités quotidiennes et à la réalisation d'activités dans lesquelles elles peuvent intervenir comme les autres est importante. Cela les aidera à se sentir bien, à se faire des amis et à savoir qu'ils disposent des mêmes opportunités.
5 recommandations pour traiter correctement les personnes handicapées

Dernière mise à jour : 01 août, 2021

Pourquoi est-il important de se concentrer sur les personnes handicapées ? Parce qu’elles souffrent d’importants inconvénients par rapport au reste de la population.

La Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées stipule que « les personnes handicapées comprennent celles qui présentent des déficiences physiques, mentales, intellectuelles ou sensorielles » .

Voici donc quelques recommandations qui nous serviront pour commencer à les traiter tel qu’il se doit.

Recommandations pour traiter correctement les personnes handicapées

Nous pensons parfois que nous savons comment traiter les personnes handicapées, alors qu’il en va différemment en réalité. Nous commettons en effet de nombreuses erreurs dont nous ne sommes peut-être même pas conscients.

De sorte que nous avons sélectionné certaines des recommandations que nous considérons comme les plus importantes, en tenant compte de ce que l’Observatoire du handicap physique nous dit.

Ne jamais les traiter de manière enfantine

Ceci est extrêmement important. Nous ne devrions jamais traiter les personnes handicapées de manière enfantine. Ce ne sont pas des enfants, ce sont des adultes avec un handicap qui peut être sensoriel, c’est-à-dire qu’ils ne voient ni n’entendent.

Il est moins fréquent de parler de manière enfantine aux personnes ayant un handicap sensoriel ou physique, qu’aux personnes ayant un handicap mental ou intellectuel. Il convient toutefois de toujours éviter cela.

Deux personnes handicapées.
Les différences de traitement peuvent être perçues comme une insulte.

Nous pensons généralement qu’ils nous comprendront mieux ainsi, alors que nous les faisons se sentir mal en réalité. Si nous étions à la place de cette personne avec qui nous parlons, aimerions-nous qu’elle interagisse avec nous de la sorte La réponse est probablement un « non » catégorique. Alors, cessons de le faire.

Utiliser un langage clair et simple

Une autre recommandation fondamentale pour traiter avec les personnes handicapées est d’utiliser un langage clair et simple.

Il existe des concepts, des phrases ou des façons de dire les choses qui peuvent être difficiles à comprendre pour les personnes ayant une déficience mentale ou intellectuelle. Par conséquent, sans utiliser un langage enfantin, il convient d’utiliser des phrases plus courtes.

En plus de raccourcir les phrases et de les rendre plus simples, un autre aspect qu’il ne faut pas ignorer est de donner des exemples. Cela nous aide non seulement à interagir avec les personnes handicapées, mais pour notre vie en général.

Les exemples permettent de beaucoup mieux comprendre et d’éviter les malentendus. De sorte qu’il convient de donner de nombreux exemples aux personnes handicapées.

Apprécier la compagnie des personnes handicapées

Les personnes handicapées ont besoin de compagnie et que nous les fassions participer à des activités, même si elles sont quotidiennes. N’hésitons donc pas à les inviter à nous aider lorsque nous rangeons la cuisine par exemple.

Il en va de même si nous allons faire du sport, si nous allons à la plage ou, tout simplement, pour regarder un film. Cela permet aux personnes handicapées de se sentir bien, comme nous-même.

Le langage des signes chez les personnes handicapées.
Le vrai bonheur se trouve dans l’authenticité des interactions sociales.

En plus d’apprécier leur compagnie, nous ne devons pas oublier de leur demander leur avis si nous discutons avec eux d’un sujet important. Il convient évidemment de respecter les opinions qu’elles nous donnent. Leur point de vue est en effet valable même si nous ne sommes pas d’accord.

Montrer à ces personnes qu’elles peuvent nous faire confiance est fondamental. Elles se sentiront alors comprises, verront que leurs opinions sont valables et importantes pour les autres.

Agir naturellement

La dernière des recommandations pour traiter correctement des personnes handicapées est d’agir naturellement.

Nous nous rendons tous compte lorsque les autres nous traitent différemment, avec plus de paternalisme, sans nous prendre au sérieux, voulant mettre fin à la conversation pour partir…

Cela n’aidera pas du tout les personnes atteintes d’un certain type de handicap. Cela les fera se sentir mal, faisant par la même décliner leur estime de soi.

Ce n’est pas parce qu’une personne est handicapée que nous devons la traiter différemment. Encore une fois, le mieux que nous puissions faire est de nous mettre à leur place. Aimerions-nous que quelqu’un nous traite différemment simplement parce que nous avons un handicap ?

Si la réponse est « non », peut-être devrions-nous commencer par prendre conscience de notre façon d’agir pour la changer. Nous avons de nombreux modèles de comportement appris qui ne sont pas corrects.

Il s’agit de quelques-unes des recommandations qui peuvent servir, non seulement pour commencer à mieux traiter les personnes handicapées, mais aussi pour réfléchir à certaines attitudes que nous avons et que nous devrions modifier.

Parfois, tout part de l’inconscience, du fait que nous n’avons pas appris à nous mettre à la place de l’autre. Nous espérons donc que cet article sera utile au plus grand nombre de personnes possible.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 6 types de handicap et leurs caractéristiques
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les 6 types de handicap et leurs caractéristiques

Les types de handicap ont tous un point commun : ils supposent une limitation pour participer à un domaine ou une action. Découvrez-en plus.



  • Pérez, J. I., & Garaigordobil, M. (2007). Discapacidad motriz: autoconcepto, autoestima y síntomas psicopatológicos. Estudios de Psicología28(3), 343-357.
  • Rosato, A., & Angelino, M. A. (Eds.). (2009). Discapacidad e ideología de la normalidad. Noveduc Libros.