5 remèdes naturels pour traiter l'œsophagite

Bien que ces remèdes puissent vous aider à soulager les symptômes de l'œsophagite de manière ponctuelle, si vous les utilisez régulièrement, il faut consulter un médecin pour un diagnostic.
5 remèdes naturels pour traiter l'œsophagite

Dernière mise à jour : 26 février, 2021

Il est nécessaire de consulter le gastro-entérologue pour traiter l’œsophagite car des médicaments et des changements dans le régime alimentaire peuvent être nécessaires. Vous pouvez également envisager certains remèdes naturels qui servent d’adjuvants pour calmer vos symptômes.

L’œsophagite est un trouble inflammatoire qui cause des lésions aux tissus de l’œsophage, le tube digestif par lequel les aliments sont transportés de la bouche à l’estomac. Les personnes qui en souffrent ressentent une douleur dans le haut de l’abdomen, décrite comme une sensation de brûlure ou de pression.

Ce problème de santé peut se manifester de façon sévère ou légère. Cependant, dans la plupart des cas, elle ne provoque pas de complications et s’améliore une fois le traitement commencé. Ci-dessous, nous passons en revue ses causes et partageons quelques remèdes maison.

Causes courantes de l’œsophagite

Comme le signale cette publication de World Journal of Gastroenterology, la plupart des cas d’œsophagite se produisent par les effets du reflux gastro-oesophagien. Le liquide acide remonte de l’estomac vers l’œsophage, provoquant une irritation des tissus.

La muqueuse de l’œsophage peut également être affectée par une maladie infectieuse, systémique ou chimique. Les facteurs qui influencent son apparition sont les suivants :

  • Consommation excessive de boissons alcoolisées et de cigarettes
  • Consommation prolongée de médicaments
  • Repas copieux et irritants
  • Surpoids et obésité
  • Vomissements répétés

Symptômes de l’œsophagite

l'œsophagite
L’œsophagite provoque diverses affections, telles que des douleurs au creux de l’estomac et des difficultés à avaler.

Les symptômes de l’œsophagite peuvent varier d’un patient à l’autre, selon les lésions du tissu œsophagien et la rapidité à laquelle ce problème a été pris en main. Souvent, les symptômes comprennent les manifestations cliniques suivantes :

  • Douleurs dans la bouche de l’estomac
  • Douleurs thoraciques
  • Nausées et vomissements
  • Toux persistante
  • Hoquets répétés
  • Perte d’appétit
  • Difficulté à avaler de la nourriture

Remèdes naturels pour lutter contre l’œsophagite

Pour une bonne prise en charge de l’œsophagite, il est important de suivre les recommandations d’un professionnel de santé. Selon cette publication de World Journal of Gastrointestinal Pharmacology and Therapeutics, le traitement peut inclure :

  • des changements au niveau du mode de vie (perte de poids, élévation de la tête de lit, élimination de certains produits et de certaines substances tels que le chocolat, la caféine et l’alcool…)
  • des médicaments tels que des antiacides, des antagonistes des récepteurs de histamine (ARH 2) ou des inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)
  • une thérapie chirurgicale, si les autres mesures ne sont pas efficaces.

Par ailleurs, certains remèdes d’origine naturelle semblent soulager les symptômes. Bien qu’ils ne doivent pas remplacer le traitement médical, ils peuvent être considérés comme un complément. Êtes-vous décidé à les tester ?

1. Jus d’aloe vera pour l’oesophagite

 

Le gel contenu dans la plante d’aloe vera contient de la vitamine B, des mucilages et des acides aminés essentiels qui aident à réduire l’irritation de l’œsophage et du tube digestif.

Selon une recherche publiée sur Journal of traditional Chinese medicine, sa consommation contrôle la production excessive de jus acides et protège la muqueuse gastrique contre les irritations qui peuvent produire des ulcères. De manière générale, ce remède est efficace pour atténuer les symptômes de reflux.

l'œsophagite
En raison de sa composition nutritionnelle, le jus d’aloe vera peut aider à soulager l’inconfort digestif. De plus, il aide à réduire l’inflammation de l’œsophage

Ingrédients

  • 5 cuillères à soupe de gel d’aloe vera (75 g)
  • ½ tasse d’eau (125 ml)
  • 1 cuillère à soupe de miel (25 g)

Préparation

  • Ajouter tous les ingrédients dans le mélangeur et mixez jusqu’à obtention d’une boisson homogène.

Mode de consommation

Prenez le remède une fois par jour, jusqu’à ce que vous constatez une amélioration. Évitez d’en prendre en excès car il peut avoir un effet laxatif.

2. Infusion de réglisse

Connue comme un antiacide naturel, la réglisse peut contrôler l’inconfort majeur causé par l’œsophagite. Une recherche publiée sur Journal of the Australian Traditional-Medicine Society reconnaît l’effet suppresseur de cette plante : elle élimine l’excès d’acide.

Ingrédients

  • 1 cuillère à café de racine de réglisse (5 g)
  • Tasse d’eau (250 ml)
  • 1 cuillère à soupe de miel (25 g)

Préparation

  • Ajoutez la racine de réglisse dans une tasse d’eau bouillante et couvrez la boisson.
  • Attendez qu’elle repose 10 minutes, passez-la au tamis et adoucissez-la avec une cuillerée de miel.

Mode de consommation

  • Prenez l’infusion lorsque vous ressentez des brûlures ou bien des maux d’estomac.
    Répétez la consommation deux fois par jour.

Remarque: cette plante est contre-indiquée chez les patients souffrant de troubles cardiovasculaires tels que l’hypertension artérielle ou les arythmies cardiaques. Elle ne doit pas non plus être ingérée par les femmes enceintes ou allaitantes. 

3. Bicarbonate de sodium

En petites quantités, le bicarbonate de soude est considéré comme un antiacide naturel. Selon The Canadian Society of Intestinal Research, le bicarbonate de soude est une solution temporaire pour traiter le reflux acide, seulement réservée aux cas peu sévères.

l'œsophagite
En petites quantités, le bicarbonate de sodium a des effets antiacides qui aident à lutter contre l’œsophagite.

Ingrédients

  • ½ cuillère à thé de bicarbonate de soude (2 g)
  • ½ tasse d’eau (125 ml)

Préparation

Mode de consommation

  • Buvez le remède lorsque vous ressentez des symptômes d’œsophagite.
  • Prenez-le deux fois par jour.

4. Infusion de guimauve

Selon une étude publiée dans le Journal of Ethnopharmacology, la guimauve a des effets protecteurs sur la muqueuse gastrique en neutralisant l’acidité. Un autre effet de ce remède naturel est qu’il diminue l’irritation de l’œsophage, soulageant ainsi la douleur causée par l’oesophagite. 

Ingrédients

  • 1 cuillère à café de guimauve officinale(5 g)
  • 1 tasse d’eau (250 ml)

Préparation

  • Ajoutez une cuillère à café de guimauve dans une tasse d’eau bouillante.
  • Laissez reposer la boisson pendant 10 minutes et passer au tamis.

Mode de consommation

  • Prenez l’infusion deux fois par jour, jusqu’à ce que vous vous sentiez mieux.

5. Infusion de camomille

La camomille possède de nombreuses propriétés bénéfiques pour notre corps. Selon une publication de Molecular Medicine Reportsles fleurs de camomille séchées contiennent des terpénoïdes et des flavonoïdes, d’où leurs propriétés médicinales.

On attribue également à la camomille des propriétés anti-inflammatoires, raison pour laquelle elle est utilisée depuis longtemps pour soulager différents troubles gastro-intestinaux dont l’œsophagite, les coliques et les maux d’estomac.

l'œsophagite
La camomille est l’une des plantes les plus populaires pour les troubles digestifs.

Ingrédients

  • 1 cuillère à café de camomille (5 g)
  • 1 tasse d’eau (250 ml)

Préparation

  • Plongez la camomille dans une tasse d’eau bouillante et laissez reposer 10 minutes.

Mode de consommation

  • Filtrez l’infusion et consommez-la 2 ou 3 fois par jour.

Compléter avec de bonnes habitudes

Ces remèdes naturels peuvent constituer une aide supplémentaire à l’heure de lutter contre l’œsophagite, notamment si vous adoptez également une bonne alimentation, si vous pratiquez régulièrement une activité physique et si vous évitez le stress au maximum. Néanmoins, au moindre symptôme, l’idéal est de consulter un spécialiste.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les symptômes de l’inflammation de l’œsophage
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les symptômes de l’inflammation de l’œsophage

Voici quelques signes pouvant vous indiquez que vous avez une inflammation de l’œsophage et les moyens pour soulager la douleur.



  • Grossi L, Ciccaglione AF, Marzio L. Esophagitis and its causes: Who is “guilty” when acid is found “not guilty”?. World J Gastroenterol. 2017;23(17):3011–3016. doi:10.3748/wjg.v23.i17.3011
  • Antunes C, Sharma A. Esophagitis. [Updated 2019 Oct 6]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK442012/
  • Badillo R, Francis D. Diagnosis and treatment of gastroesophageal reflux disease. World J Gastrointest Pharmacol Ther. 2014;5(3):105–112. doi:10.4292/wjgpt.v5.i3.105
  • Panahi, Y., Khedmat, H., Valizadegan, G., Mohtashami, R., & Sahebkar, A. (2015). Efficacy and safety of Aloe vera syrup for the treatment of gastroesophageal reflux disease: a pilot randomized positive-controlled trial. Journal of Traditional Chinese Medicine = Chung i Tsa Chih Ying Wen Pan / Sponsored by All-China Association of Traditional Chinese Medicine, Academy of Traditional Chinese Medicine35(6), 632–636. https://doi.org/10.1016/s0254-6272(15)30151-5
  • Sociedad Española de Patología Digestiva. Enfermedad por reflujo gastroesofágico.Arán Ediciones. 2007.
  • Setright, R. (2017). Prevention of symptoms of gastric irritation (GERD) using two herbal formulas: An observational study. Journal of the Australian Traditional-Medicine Society23(2), 68.
  • Deters, Alexandra & Zippel, Janina & Hellenbrand, Nils & Pappai, Dirk & Possemeyer, Cathleen & Hensel, Andreas. (2009). Aqueous extracts and polysaccharides from Marshmallow roots (Althea officinalis L.): Cellular internalisation and stimulation of cell physiology of human epithelial cells in vitro. Journal of ethnopharmacology. 127. 62-9. 10.1016/j.jep.2009.09.050.
  • Srivastava JK, Shankar E, Gupta S. Chamomile: A herbal medicine of the past with bright future. Mol Med Rep. 2010;3(6):895–901. doi:10.3892/mmr.2010.377