6 conseils pour un jardin durable

21 mars 2021
Pour faire un jardin durable, il vous suffit de faire quelques recherches et de se mettre au travail. Avec ces conseils, vous pouvez déjà commencer votre nouveau projet.

Un jardin durable se caractérise par l’usage responsable et efficace des ressources naturelles. Il respecte la diversité de chaque espèce ainsi que leurs cycles naturels propres à chaque région. Autrement dit, il s’agit d’espaces écologiques et conviviaux parce qu’ils se développent selon des alternatives de culture saines.

Le jardinage traditionnel a un impact négatif sur l’environnement. Les raisons sont évidentes: l’usage excessif d’eau, l’utilisation de pesticides et l’introduction d’espèces végétales qui peuvent nuire aux autres. C’est pourquoi, débuter avec un jardin durable est une aide grandiose pour l’environnement naturel.

Quels sont les avantages et les bienfaits d’un jardin durable ?

Les jardins durables réduisent et optimisent la consommation d’eau. En général, l’eau de pluie est récupérée pour arroser les plantes. Mais ce n’est pas tout. Ils diminuent également la consommation d’énergie car leur entretien est manuel et augmente l’usage d’engrais organique. Le compostage se fait avec les déchets de la maison, ce qui permet de recycler puis de valoriser les déchets.

Un autre avantage, c’est que vous pouvez cultiver votre propre nourriture ainsi que vos remèdes naturels. En pratiquant le jardinage durable, vous cultivez vos légumes, fruits et condiments. En plus d’obtenir des plantes médicinales telles que l’aloe vera, la lavande et l’origan.

Lisez également : 5 plantes parfumées pour un jardin aromatique

Quelques conseils à prendre en compte lors de la création d’un jardin durable

Comment faire un jardin durable ? Cela est plus simple qu’il n’y paraît. Il vous suffit de vous mettre au travail et de consacrer au moins une journée entière à votre jardin.

De la terre dans une petite pelle.

“Le compostage permet de réduire les déchets ménagers en utilisant la matière organique comme engrais.”

1. Planifiez votre jardin

Tout d’abord, avant de mettre vos gants de jardinage, il faut penser aux plantes que vous souhaitez cultiver ainsi que leurs caractéristiques. Les plantes qui aiment l’ombre doivent se trouver sous de grands arbres ou les toits. Celles qui aiment le soleil doivent y être exposées et celles qui ont besoin de beaucoup d’eau doivent se situer dans des endroits humides.

Vous devez donc faire des recherches sur chacune des plantes que vous souhaitez avoir dans votre jardin.

2. Faites votre propre compost

Le compost est un engrais organique qui résulte de la décomposition de déchets d’origine animale et végétale. Il s’obtient à partir du compostage, un processus de décomposition de la matière organique qui contient des micro-organismes capables de fournir une matière riche en nutriments pour les sols.

Vous pouvez faire ce compost avec du fumier animal, des déchets de cuisine, des déchets urbains, des céréales (riz), de la terre et de l’eau. Il se prépare en superposant une couche de chaque élément sur une autre avec une pelle. Ensuite, il faut le recouvrir de plastique pour préserver l’humidité et le remuer quotidiennement pour que l’oxygène circule.

3. Réutilisez vos semences

Utilisez les graines des légumes que vous avez acheté au supermarché et ne les jetez pas. Puis réutilisez les semences qui émanent de ces fruits.

Conservez vos graines dans un lieu frais et sec, identifiées avec un marqueur. Il sera ainsi plus facile d’avoir des poivrons, des piments, des petits pois, des tomates et des légumineuses.

Découvrez aussi : Types de basilic à cultiver dans son jardin

4. Ne plantez que des espèces locales

Si vous cultivez des espèces d’autres pays dans votre jardin, elles peuvent être agressives avec celles que vous avez déjà. C’est ce que l’on appelle des espèces invasives car elles s’adaptent à l’environnement et commencent à se multiplier et se propager à grande vitesse.

L’impact écologique des espèces invasives est tel qu’elles peuvent entraîner l’extinction des espèces indigènes ou les forcer à se déplacer. Ce qui génère une diminution de la biodiversité.

5. Dites adieu aux herbicides et aux produits chimiques

Les herbicides sont des substances ou des mélanges conçus pour contrôler les parasites. Etant donné qu’ils contiennent des produits chimiques, ils sont nocifs pour l’environnement. L’entretien du jardin doit donc se baser sur le désherbage naturel.

Pour les insectes nuisibles, vous pouvez préparer un spray à l’ail. Il vous faut une gousse d’ail, des clous de girofle et deux verres d’eau. Mixez le tout avec un mixeur, laissez reposer un jour puis mélangez ensuite avec 3 litres d’eau. Remplissez alors un vaporisateur avec l’insecticide naturel et le tour est joué.

6. Stockez l’eau de pluie

Vous pouvez stocker l’eau de pluie dans des barils placés sous les gouttières de votre maison. Conservez l’eau dans un récipient hermétique. Faites-la bouillir si possible afin d’éviter qu’elle se décompose trop rapidement puis conservez-la dans des bouteilles d’eau en verre de 20 litres.

Des gouttes de pluie sur une feuille.

“Récupérer l’eau de pluie est fondamental pour arroser le jardin gratuitement.”

Un jardin durable est plus économique

Avoir ses propres légumes dans le jardin vous fera économiser d’importantes quantités d’argent et de temps au supermarché. Vous pouvez également en profiter pour cultiver vos plantes médicinales pour préparer vos propres remèdes.

Par ailleurs, pour éviter d’endommager le sol, il faut disposer un paillage naturel avec des gravillons, des feuilles sèches ou du bois déchiqueté. Cela évite la perte d’humidité dans la terre et régule la température. Répartissez donc une matière organique entre 5 et 15 centimètres d’épaisseur.

Pour obtenir un jardin durable, il vous suffit de mettre la main à la pâte et de faire quelques recherches. Tous ensemble, nous pouvons protéger notre environnement.

  • Cajamarca Diego. Procedimientos para la elaboración de abonos orgánicos. 2012 [Revisado 06/02/2021]. Facultad de Ciencias Agropecuarias, Universidad de Cuenca. Trabajo de Grado para el título de Ingeniero Agrónomo. Disponible en: http://dspace.ucuenca.edu.ec/bitstream/123456789/3277/1/TESIS.pdf
  • Patxi Suarez. El impacto ambiental de la jardinería. Revista El Ecologista nº 39. Primavera 2004 [Revisado 06/02/2021]. Disponible en: https://www.ecologistasenaccion.org/17501/el-impacto-ambiental-de-la-jardineria/
  • CDRSSA. Uso y regulación de herbicidas en México. 2020 [Consultado 06/02/2021]. Disponible en: http://www.cedrssa.gob.mx/files/b/13/76Herbicidas.pdf