6 signes qui permettent de détecter le syndrome des ovaires polykystiques

21 janvier 2016
Même s'il s'agit d'une maladie chronique importante, il est possible de stabiliser ses symptômes et de mener une vie normale grâce à un traitement adapté.

Le syndrome des ovaires polykystiques est l’une des maladies endocriniennes du système reproducteur de la femme les plus fréquentes à l’adolescence, et au début de l’âge adulte.

Même si les détails de cette affection n’étaient que très peu connus jusqu’à il y a peu de temps, les spécialistes nous alertent de plus en plus sur l’importance de cette pathologie, qui affecte chaque jour de plus en plus de femmes aux quatre coins de la planète.

On estime qu’entre 5 et 10% des jeunes femmes dans le monde en sont atteintes, la plupart sans le savoir.

La principale préoccupation des médecins réside dans les conséquences que peut avoir cette maladie sur le corps des patientes.

En effet, elle peut générer d’importants changements dans l’organisme et, dans les cas les plus graves, elle peut conduire à la stérilité et à une forte diminution de la qualité de vie.

Les symptômes du syndrome des ovaires polykystiques sont très irréguliers, et varient selon les cas.

Cependant, il est possible d’identifier des occurrences chez toutes les femmes, qui peuvent permettre de détecter à temps la survenance de cette maladie.

Le syndrome des ovaires polykystiques : causes et conséquences

Le syndrome des ovaires polykystiques est un déséquilibre hormonal qui peut générer des conséquences négatives chez la femme, comme des saignements irréguliers, une pousse incontrôlée du duvet et de l’acné chronique.

Il se caractérise par la formation de petits kystes, également appelés follicules, et d’un grossissement de la paroi externe des ovaires, qui lui donne une apparence polykystique.

Pour traiter cette maladie chronique, un traitement à vie est nécessaire.

Cependant, il est possible de stabiliser ses symptômes et ses conséquences, permettant ainsi aux femmes qui en souffrent de mener une vie saine et active.

Il est primordial que toutes les femmes connaissent les symptômes qui permettent d’identifier le syndrome des ovaires polykystiques, pour pouvoir détecter son apparition à temps, et commencer à le soigner avant que celui-ci ne dégénère en d’autres pathologies.

Les symptômes qui permettent d’identifier le syndrome des ovaires polykystiques

Dans de nombreux cas, il n’existe que très peu de symptômes significatifs qui permettent de détecter l’apparition du syndrome des ovaires polykystiques.

Cependant, les femmes peuvent consulter un médecin si elles souffrent d’irrégularités fréquentes durant leurs périodes menstruelles, ou de saignements en dehors de celles-ci.

Voici tous les autres symptômes qui peuvent se présenter de manière graduelle lorsque cette maladie se développe.

Lire également : Comment calmer les coliques menstruelles

1. L’acné

acne

L’acné est un symptôme très fréquent de cette pathologie, qui peut se présenter à divers degrés de gravité.

Il est très difficile de le traiter et il affecte de manière directe l’estime personnelle des personnes qui en souffrent.

Ce trouble cutané est le résultat d’une production excessive de testostérone, une hormone qui doit être secrétée de manière très modérée, surtout chez la femme.

Lorsque l’acné est provoqué par le syndrome des ovaires polykystiques, un traitement médical est nécessaire pour pouvoir le contrôler.

2. L’hirsutisme

L’hirsutisme, ou l’excès de duvet corporel, est un trouble qui oblige les femmes à utiliser constamment diverses méthodes d’épilation.

Même s’il est normal que des poils poussent dans différentes parties du corps de la femme, il n’est pas normal qu’ils soient épais et qu’ils se présentent en grandes quantités, à des niveaux comparables à ceux des hommes.

Comme pour l’acné, il s’agit d’un trouble qui dérive de l’excès de production de testostérone, car la peau et les follicules pileux sont très sensibles à cette surdose.

3. Les taches sombres

Taches-sombres-500x452

De nombreuses adolescentes qui souffrent du syndrome des ovaires polykystiques ont des niveaux très élevés d’insuline dans le sang, ce qui provoque l’apparition de taches sombres dans des zones visibles du corps, comme :

  • Le cou
  • Les aisselles
  • Le visage
  • Les mains
  • La partie supérieure interne des cuisses

4. Les problèmes de fertilité

Certaines des femmes qui souffrent du syndrome des ovaires polykystiques ont un utérus normal, et des ovules sains.

Cependant, d’autres patientes connaissent une diminution sensible de leur ovulation, ce qui peut engendrer de graves problèmes de fertilité.

Fort heureusement, il existe de nombreux traitements qui peuvent rétablir une ovulation normale, et améliorer la fertilité.

5. L’obésité

On estime que 50% des femmes touchées par cette pathologie souffrent d’obésité, même si elles suivent un régime alimentaire sain et qu’elles font de l’exercice.

Lire également : Une pomme par jour peut-elle vous protéger contre l’obésité ?

6. La chute des cheveux

Chute-des-cheveux-500x334

L’alopécie, ou la perte excessive de cheveux, est l’un des symptômes les plus préoccupants chez une femme.

Même si cela peut se produire pour de nombreuses raisons, il ne faut pas écarter la possibilité de la présence du syndrome des ovaires polykystiques, car les changements hormonaux générés par cette pathologie affectent de manière directe la santé capillaire.

Si tous ces symptômes vous préoccupent, le mieux est de réaliser un check-up médical complet, notamment si vous avez des antécédents familiaux de cette maladie.

Si vous souffrez du syndrome des ovaires polykystiques, le traitement que vous prescrira votre médecin va vous aider à contrôler les manifestations de cette pathologie.

Cependant, vous devrez également modifier certaines de vos habitudes de vie pour y parvenir.

 

A découvrir aussi