Première rentrée à l’école : les 7 erreurs des parents

· 13 décembre 2018
Les parents doivent faciliter la transition du foyer à l'école. Mais il arrive parfois qu'ils commettent des erreurs et compliquent sans le savoir l'adaptation de l'enfant.

Lorsque nos enfants cessent d’être des bébés et deviennent des enfants s’apprêtant à faire leurs premiers pas à l’école, les parents, pourtant désireux de faciliter cette transition, ont tendance à commettre beaucoup d’erreurs.

Après trois, quatre ou cinq années à s’occuper de son enfant à longueur de temps, il est normal qu’il soit difficile de le laisser entre les mains de personnes que nous ne connaissons pas, leurs professeurs. Les parents sont alors généralement inquiets.

La première mission des parents concernant la scolarité est de trouver la meilleure école pour leur enfant. Leur deuxième mission est d’aider leur enfant à s’adapter facilement et le plus rapidement possible au changement.

La séparation est tout aussi difficile pour les parents que pour les enfants. Néanmoins, ce sont les adultes qui doivent aider l’enfant à s’adapter à cette nouvelle étape.

Le problème est que, souvent, les parents se laissent guider par leurs émotions et commettent des erreurs qui compliquent le début de la vie scolaire de leurs enfants.

Découvrez ici les 7 erreurs fréquemment commises par les parents lors de la première rentrée des classes. Prêtez attention à ces erreurs, car ce sont de situations que vous pouvez parfaitement éviter.

1.  Ne pas préparer l’enfant à sa première rentrée à l’école

mère allant emmener sa fille à l'école

Ne pas préparer son enfant est sans doute la plus grande erreur des parents. Pour éviter de créer une phobie scolaire, les enfants doivent savoir à l’avance ce qui leur attend. Il faut donc les préparer.

Ainsi, dans un premier temps, il faut en discuter avec eux bien avant la rentrée afin de les préparer petit à petit.

Ensuite, pour faciliter l’adaptation, il convient de faire participer l’enfant aux préparatifs de sa rentrée scolaire. L’achat des fournitures scolaires, des livres et des cahiers peut s’avérer une activité très stimulante pour l’enfant.

Pour certains enfants, les discussions sur l’école sont suffisantes pour que l’enfant quitte tranquillement ses parents le jour de la rentrée.

2. Pleurer devant l’enfant

Reconnaissons-le : il est difficile de voir un enfant pleurer, triste ou apeuré parce qu’il est dans un nouvel endroit et qu’il n’a pas envie d’y rester. Bien évidemment, cela donne envie aux parents de pleurer également. Mais ayez à l’esprit que vous êtes le modèle de vos enfants : vous devez aussi leur enseigner à gérer leurs émotions.

Perdre le contrôle est une autre erreur commise par les parents. Votre enfant est déjà inquiet… S’il voit en plus ses parents pleurer, cela compliquera davantage la situation.

Si vous avez envie de pleurer, faites-le après avoir laissé votre enfant. La première séparation est une émotion très forte qui dure quelques jours, mais petit à petit, votre enfant sera de moins en moins angoissé à l’idée d’aller à l’école.

3. Se retourner si l’on entend son enfant pleurer

Si vous avez déjà dit au revoir à votre enfant mais qu’il continue de vous appeler, ne vous retournez pas. Le personnel de l’école sait comment gérer ce genre de situations et saura aider votre enfant à se calmer.

La plupart des enfants se calment généralement au bout de quelques minutes après le départ de leurs parents. Ils commencent à interagir avec leur environnement.

Dans le cas où un enfant n’arrive pas à se consoler, le personnel de l’école contactera sans doute les parents pour qu’ils aillent chercher l’enfant. Mais c’est un cas exceptionnel. Comme commenté juste avant, les maîtres savent comment consoler les enfants qui pleurent.

Lisez aussi : Pleurer pendant la grossesse : comment cet état peut influencer votre bébé ?

4. Se promener près de l’école

Évitez de vous promener près de l’école. Il s’agit d’une erreur monumentale. Votre enfant va bien, mais s’il vous aperçoit, il aura envie de partir vous rejoindre.

Il n’est pas bon que l’enfant revive une deuxième séparation. Cela ne fera que lui remémorer ce qu’il a ressenti la première fois et l’adaptation sera encore plus difficile.

Attendez la fin de la journée scolaire pour assouvir votre curiosité et savoir comment cela s’est passé en en discutant directement avec votre enfant.

5. Partir sans dire au revoir

L’au revoir est le moment crucial de la première rentrée des enfants. Les enfants affichent un visage triste et demandent à leurs parents de rester, et ce, en pleurant généralement très fort.

Néanmoins, s’en aller « discrètement » n’est pas la solution. Cela peut même alimenter une sensation d’abandon très négative pour l’enfant.

L’idéal est de dire au revoir rapidement avec un bisous, un mot tendre et en faisant bien savoir à votre enfant que vous irez le chercher plus tard et que vous espérez qu’il passera une bonne journée.

6. Prolonger l’au revoir

Certes, il ne faut pas partir discrètement mais il ne faut pas non prolonger l’au revoir.

Ce moment doit être court. Si vous restez trop longtemps, l’enfant va croire que vous allez rester avec lui.

Bien entendu, ne promettez pas de rester avec lui.

Lisez aussi : Pourquoi il est important d’exprimer ses émotions ?

7. Gronder l’enfant parce qu’il pleure et le comparer à d’autres enfants

fillette ne voulant pas aller à l'école

Il est tout à fait normal qu’un enfant pleure lors de sa première rentrée. Certains enfants s’adaptent rapidement, d’autres moins. Il arrive même parfois qu’un enfant s’adapte très bien dès le premier jour et qu’au bout du cinquième il ressente le manque de ses parents.

Comparer votre enfant à d’autres enfants n’apporte rien de bon et ne le fera pas s’adapter plus vite. Faites preuve de patience et ne désespérez pas. Embrassez votre enfant.

 

  • Bailly, D. (1997). Angustia de separación. Barcelona. Editorial Masson.
  • Cárdenas, E. M., Feria, M., Palacios, L., & de la Peña, F. (2010). Guía clínica para los trastornos de ansiedad en niños y adolescentes. México: Instituto Nacional de Psiquiatria Ramón de la Fuente Muñiz.
  • Castro, B., & Gaviria, M. (2005). Clima escolar y comportamientos psicosociales en niños. Facultad Nacional de Salud Pública: El escenario para la salud pública desde la ciencia23(2), 5.