A qui juge mon chemin je prête mes chaussures

Nous ne devons pas laisser les jugements des autres conditionner nos vies. Alors que la critique constructive peut nous aider à grandir, nous devons apprendre à ignorer les critiques qui visent à nous nuire
A qui juge mon chemin je prête mes chaussures

Dernière mise à jour : 22 septembre, 2021

Combien de fois avez-vous dû faire face aux jugements des autres ? Le chemin que nous sommes obligés de parcourir chaque jour est parfois assez pesant, pour en plus devoir à faire face aux évaluations des autres.

Dire que cela ne nous affecte pas est souvent faux. Faire la sourde oreille face à ces personnes qui osent juger nos actions comme si elles avaient le don de la sagesse universelle n’est pas toujours facile. Surtout s’il s’agit de personnes importantes, comme des membres de notre famille ou des amis.

Personne n’est un véritable ami s’il ose vous juger sans connaître vos émotions et votre vécu. Prêtez-leur vos chaussures, car personne d’autre que vous ne connaît la douleur de ces pierres sur lesquelles vous avez marché… Nous vous invitons ici à réfléchir à cela.

Comment se défendre des jugements des autres

Le chemin que vous construisez

Vous n’êtes pas seulement ce reflet dans le miroir. Vous n’êtes pas seulement votre façon de vous habiller, ni les mots que vous dédiez aux autres.

Vous êtes votre chemin et toutes vos expériences vécues et intégrées au plus profond de votre être… Celles que personne d’autre que vous ne connaît et que personne n’a à connaître si c’est ce que vous souhaitez.

Personne ne parcourt ce monde en parlant à chaque instant de tout ce qu’il a dû surmonter. Personne n’a à proclamer ses déceptions, ses défaites ou ses victoires.

Pourquoi y a-t-il des gens qui osent parfois nous juger sans le savoir ?

  • Les personnes habituées à juger les autres sont généralement les plus frustrées.
  • Ce sont généralement des personnes insatisfaites d’elles-mêmes qui projettent leur besoin de contrôle et d’intervention sur la vie des autres.
  • Les membres de la famille jugent souvent avec l’intention d’aider et d’offrir un enseignement. Mais ce qu’ils souhaitent surtout c’est que nous embrassions leur façon de voir les choses.
  • Parfois, qui juge un parcours de vie essaie en réalité de justifier sa propre vie en discréditant celle des autres. Il ne donne pas d’arguments valables. Il passe par l’attaque, l’indignation et le mépris. Son raisonnement est très réducteur.
  • Les personnes qui jugent sans savoir manquent aussi d’autocritique. Elles ne sont pas capables d’évaluer leurs propres actions et leurs propres paroles et d’admettre qu’elles commettent des erreurs.
  • Ces personnes manquent généralement d’une vraie vie, de passe-temps ou de passions, raison pour laquelle elles sont autant focalisées sur les autres.
Le chemin que nous avons construit et les chemins vitaux qui nous définissent

Comment se défendre des jugements des autres ?

Nous nous disons souvent : « Ça ne me touche pas ». Et il peut en être ainsi, notamment si le jugement vient d’une personne avec qui nous n’avons pas de lien très intime. Nous oublierons sans doute ces propos facilement.

Maintenant… Que se passe-t-il lorsqu’un ami, notre partenaire ou un membre de notre famille se permet de juger notre parcours ? Dans ces cas, il est courant de se sentir offensé, voire blessé. La première chose à faire est de rester calme. Nous pouvons ensuite répondre de la sorte :

“Je sais qui je suis, je sais ce que j’ai surmonté et je me sens fier de chaque pas fait, de chaque apprentissage obtenu de mes erreurs. Personne d’autre que moi n’a le droit de me juger, car moi seul sais ce que je ressens et à quel point je suis heureux de ma façon d’être et de tout ce que j’ai accompli.”

Une fois que vous avez réaffirmé et protégé votre estime de soi, évitez de faire des commentaires blessants. Si vous montrez du mépris ou de la colère, les sentiments négatifs mettront plus de temps à disparaître et vous causeront plus de dommages.

Faites bien comprendre à la personne concernée qu’elle n’a le droit de vous juger de cette façon. Le simple fait de le faire montre qu’elle ne vous connaît pas. Qui ose critiquer vos décisions n’est pas un bon compagnon de voyage. Qu’il s’agisse de votre mère, d’un frère ou de votre partenaire.

Qui n’accepte pas qu’à une certaine occasion vous vous soyez trompé et vous juge pour cela se croit supérieur. Qui se considère comme quelqu’un qui ne fait jamais d’erreurs ou pris de mauvaises décisions manque d’autocritique et d’empathie.

Mon chemin, mes choix

Imaginez que dans votre quotidien vous ne recevez que des jugements de valeur de votre entourage… Vous vous sentirez esclave des opinions des autres. Ne laissez pas cela arriver !

Dans ces cas, vous devez vous demander s’il ne vaudrait pas mieux mettre de la distance avec ceux qui sont incapables de voir ce que vous valez, de voir la lumière que vous transmettez.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 stratégies pour trouver son chemin
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
5 stratégies pour trouver son chemin

Pour trouver son chemin, nous devons savoir écouter notre intuition. Commencez par écouter cette voix intérieure et par stimuler vos qualités.



  • Álvarez-Castillo, J. L., Fernández-Caminero, G., & González-González, H. (2018). Is empathy one of the Big Three? Identifying its role in a dual-process model of ideology and blatant and subtle prejudice. PLoS One, 13(4), e0195470. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0195470
  • Forscher, P. S., Cox, W. T. L., Graetz, N., & Devine, P. G. (2015). The motivation to express prejudice. Journal of Personality and Social Psychology, 109(5), 791–812. https://doi.org/10.1037/pspi0000030
  • Lockwood, P. L. (2016). The anatomy of empathy: Vicarious experience and disorders of social cognition. Behavioural Brain Research, 311, 255–266. https://doi.org/10.1016/j.bbr.2016.05.048
  • Meyza, K. Z., Bartal, I. B.-A., Monfils, M. H., Panksepp, J. B., & Knapska, E. (2017). The roots of empathy: Through the lens of rodent models. Neuroscience & Biobehavioral Reviews, 76(Pt B), 216–234. https://doi.org/10.1016/j.neubiorev.2016.10.028
  • Takamatsu, R. (2018). Turning off the empathy switch: Lower empathic concern for the victim leads to utilitarian choices of action. PLoS One, 13(9), e0203826. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0203826