Acide sapiénique : dans quels aliments le trouve-t-on ?

L'acide sapiénique est peu connu. Or, il a des fonctions importantes pour le corps que nous vous présentons ici.
Acide sapiénique : dans quels aliments le trouve-t-on ?

Dernière mise à jour : 28 mai, 2022

L’acide sapiénique est un acide gras à caractère exclusif, puisque seuls les humains peuvent le produire. Son nom vient de la racine sapiens, faisant référence à l’homme. Il est formé d’un acide gras saturé, appelé acide palmitique, présent dans divers aliments.

L’acide sapiénique est l’acide gras qui prédomine dans les lipides qui composent le sébum. Il exerce des fonctions importantes pour préserver la santé de la peau.

Si nous voulons assurer notre quota de cet acide, il est conseillé de consommer certains aliments sources de son précurseur, l’acide gras palmitique. Nous maintiendrons ainsi une peau saine.

Qu’est-ce que l’acide sapiénique ?

D’un point de vue chimique, l’acide sapiénique, comme l’acide oléique de l’huile d’olive, est un acide gras monoinsaturé. Il n’a qu’une seule double liaison. Il a 16 atomes de carbone et son nom scientifique est l’acide cis-6-hexadécénoïque.

Ce n’est pas un acide gras essentiel, puisque l’enzyme delta-6-désaturase, présente dans les glandes sébacées humaines, est capable de le produire. Celui-ci utilise l’acide gras palmitique comme substrat, qui contient également 16 atomes de carbone et qui, contrairement à l’acide sapiénique, est saturé.

Jusqu’à présent, la littérature scientifique montre que l’acide sapiénique est réservé à l’homme. Le reste des animaux qui ont des poils sur la peau n’en produisent pas.

De plus, il est très probable que cet acide gras fasse partie des mécanismes de défense innés de la peau humaine saine contre les microbes. Il a ainsi été reconnu comme agent antimicrobien du sébum.

Des études montrent que cette substance a une efficacité antimicrobienne sélective contre Staphylococcus aureus, Clostridium perfringens, Clostridium butyricum et d’autres bactéries. Cette activité favorise non seulement la santé de la peau, mais aussi celle de l’intestin.

En revanche, il n’a pas été trouvé dans les huiles animales ou végétales courantes. C’est pourquoi des mécanismes ont été développés pour le produire synthétiquement. Malgré son absence dans les sources alimentaires, la consommation de produits apportant du palmitique est conseillée.

Acide sapiénique dans la peau.
Seule la peau humaine est capable de produire cette substance qui ne se trouve pas dans les aliments.

Les principales sources alimentaires d’acide sapiénique

Étant exclusif au sébum de la peau des hommes, nous nous concentrerons sur les aliments qui contiennent son précurseur, l’acide palmitique.

L’acide palmitique est l’un des acides les plus courants dans les aliments, car il est distribué dans les aliments d’origine animale et végétale. On considère que 60 % de toutes les graisses saturées que nous ingérons sont palmitiques.

Huile de palme

L’huile de palme est la plus riche en acide palmitique. Son nom est dû à sa forte concentration dans le fruit des Palmacées. La moitié de la graisse totale présente dans l’huile de palme africaine correspond à cet acide gras.

Cet acide se caractérise par le fait qu’il n’ajoute pas de goût, qu’il est très stable et qu’il ne rancit pas ou ne s’oxyde pas facilement. De plus, il conserve ses propriétés sensorielles lorsque la température est élevée. Cependant, ce n’est pas la meilleure option nutritionnelle, en raison du risque de maladies cardiovasculaires.

Malgré cela, il est très courant et largement utilisé dans différentes cuisines en raison de ses hautes performances. Il représente 30 % de la production mondiale de graisses et d’huiles végétales.

Huile de graines

L’huile de coton industrialisée est considérée comme une source importante d’acide palmitique. 100 grammes d’huile contiennent 22 grammes d’acide.

Cet acide gras est l’un des responsables de la turbidité de l’huile de coton avant son raffinage. Par conséquent, il est important d’en éliminer l’excès avec des procédés industriels.

L’huile de maïs, ainsi que d’autres obtenues à partir du germe de céréales, contient également de fortes proportions d’acide palmitique. 100 grammes d’huile fournissent 13 grammes de cet acide gras saturé.



Beurre de cacao

Le beurre de cacao est l’un des produits secondaires issus de la fabrication du cacao. Il a une couleur jaunâtre et une certaine odeur de chocolat. Il contient 25 % d’acide palmitique.

Fromages

Les fromages au lait entier concentrent non seulement des protéines, mais aussi des matières grasses. Ils contiennent entre 60 et 70% de toutes les graisses saturées.

Parmi celles-ci, l’acide gras palmitique occupe la première place. Les fromages affinés, comme le cheddar ou le parmesan et le roquefort, contiennent plus d’acides gras palmitiques que les fromages frais.

Fromages affinés à l'acide palmitique.
Les fromages affinés apportent de l’acide palmitique que l’organisme peut transformer en acide sapiénique.

Margarine et beurre

Bien qu’il s’agisse de produits différents, les caractéristiques sensorielles sont similaires. Tout comme le profil des acides gras saturés.

100 grammes beurre apportent 21 grammes d’acide palmitique, et la margarine, produit végétal hydrogéné, parvient à saturer jusqu’à 19 % de cet acide gras.

Bœuf et porc

Les valeurs d’acide palmitique présentes dans le bœuf, le porc et le poulet sont comprises entre 22 et 27 % de la matière grasse totale. Cependant, la teneur totale en matières grasses dépend de l’espèce animale et du type de coupe. Dans tous les cas, l’acide palmitique est toujours l’acide gras le plus abondant.



Attention à la consommation excessive de graisses saturées

On sait depuis longtemps qu’une consommation excessive de graisses, associée à des modes de vie sédentaires, affecte le poids corporel et la santé globale. La réduction de l’apport en graisses saturées peut avoir un effet protecteur contre les événements cardiovasculaires.

Un apport élevé en matières grasses a également été associé aux maladies neurodégénératives, à l’obésité et au diabète. C’est pour cette raison qu’il est recommandé de limiter l’apport en matières grasses à moins de 30 % de l’apport calorique total. Dans ce cadre, les graisses saturées doivent représenter moins de 10 %.

Si le régime alimentaire est de 2 000 calories par jour, l’apport de graisses saturées doit être de 20 à 22 grammes.

Bien que l’acide sapiénique soit une graisse saturée, les recherches mettent en évidence ses effets sur la santé de la peau et la santé intestinale. Une alimentation suffisante, harmonieuse et équilibrée doit garantir un apport optimal de son précurseur, l’acide palmitique.

Cela pourrait vous intéresser ...
L’acide laurique aide-t-il à traiter l’acné ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
L’acide laurique aide-t-il à traiter l’acné ?

Découvrez ici quels sont les bienfaits de l'acide laurique pour traiter l'acné et d'autres problèmes de santé.



  • Lan, G., Joel, S.G., Charleen, H., Kurt, S., and Stephen, M.P. (2003) Identification of the Δ-6 Desaturase of Human Sebaceous Glands: Expression and Enzyme Activity. Journal of Investigative Dermatology, 120, 707-714. https://doi.org/10.1046/j.1523-1747.2003.12123.x
  • Wille, J.J., and Kydonieus, A. (2003) Palmitoleic Acid Isomer (C16:1Δ6) in Human Skin Sebum Is Effective against Gram-Positive Bacteria. Skin Pharmacology and Applied Skin Physiology, 16, 176-187. https://doi.org/10.1159/000069757
  • Bergsson, G., Arnfinnsson, J., Steingrímsson, O., and Thormar, H. (2001) Killing of Gram-Positive Cocci by Fatty Acids and Monoglycerides. Acta Pathologica, Microbiologica, et Immunologica Scandinavica, 109, 670-678. https://doi.org/10.1034/j.1600-0463.2001.d01-131.x
  • Asociación Española de Pediatría. Gastroenterología y Nutrición. Comunicado sobre el aceite de palma y ácido palmítico en la alimentación infantil. 2017. Disponible en: https://www.aeped.es/comite-nutricion-y-lactancia-materna/nutricion-infantil/noticias/comunicado-sobre-aceite-palma-y-acido
  • María Florencia Molinari. Análisis del perfil de ácidos grasos, incluido ácido linoleico conjugado, en quesos y yogur del mercado. Instituto de Lactología Industrial (INLAIN-UNL/CONICET). Disponible en: https://bibliotecavirtual.unl.edu.ar:8443/bitstream/handle/11185/1460/F.8.3.1.pdf?sequence=1&isAllowed=y#:~:text=Los%20porcentajes%20de%20%C3%A1cidos%20grasos,%2F100g%20de%20queso%2C%20respectivamente.
  • Lorena A. Bolívar C., Olga L. Mora G.  Ácidos grasos, vitamina E y rotulado nutricional de margarinas y esparcibles comercializados en Bogotá, Colombia. CARDIOLOGÍA DEL ADULTO – TRABAJOS LIBRES. 2010, Vol 17, 3. Disponible en: http://www.scielo.org.co/pdf/rcca/v17n3/v17n3a5.pdf
  • Takigawa, H., Nakagawa, H., Kuzukawa, M., Mori, H. and Imokawa, G. (2005) Deficient Production of Hexadecenoic Acid in the Skin is Associated in Part with the Vulnerability of Atopic Dermatitis Patients to Colonization by Staphylococcus aureus. Dermatology, 211, 240-248. https://doi.org/10.1159/000087018
  • Kanauchi, O., Matsumoto, Y., Matsumura, M., Fukuoka, M. and Bamba, T. (2005) The Beneficial Effects of Microflora, Especially Obligate Anaerobes, and Their Products on the Colonic Environment in Inflammatory Bowel Disease. Current Pharmaceutical Design, 11, 1047-1053. https://doi.org/10.2174/1381612053381675