Adhérences abdominales et pelviennes : pourquoi se produisent-elles ?

Les adhérences abdominales et pelviennes sont des bandes de tissu cicatriciel qui apparaissent généralement après une intervention chirurgicale ou une complication dans cette région.
Adhérences abdominales et pelviennes : pourquoi se produisent-elles ?

Dernière mise à jour : 02 octobre, 2021

Les adhérences abdominales et pelviennes surviennent après un événement inflammatoire dans les organes et les surfaces situés dans cette région du corps. Ce sont des bandes de tissu cicatriciel dont les manifestations cliniques peuvent varier.

Parfois, elles sont asymptomatiques, mais dans certains cas, elles déclenchent des douleurs abdominales. Elles peuvent également provoquer une gêne abdominale, une occlusion intestinale et l’infertilité féminine.

La cause habituelle est généralement la manipulation du contenu de ces cavités lors de chirurgies ouvertes. Mais il y a d’autres facteurs de risque, tels que certaines maladies. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

Que sont les adhérences abdominales et pelviennes ?

Les adhérences abdominales et pelviennes sont des bandes de tissu cicatriciel, avec la présence de vaisseaux sanguins et de nerfs, entre deux surfaces. Souvent, elles se produisent d’une anse intestinale à une autre (organe-organe) ou d’une anse intestinale vers la paroi abdominale.

Conséquence de cela : les surfaces s’adhèrent les unes aux autres, ce qui affecte la mobilité. Cette situation se produit généralement après un événement traumatique ou un processus inflammatoire qui active les mécanismes qui conduisent à la réparation des tissus endommagés.

Le processus inflammatoire associé

Il y a libération de substances qui augmentent la perméabilité des vaisseaux sanguins et de différents métabolites inflammatoires qui agissent sur le site, ainsi qu’une libération de fibrine abondante, une protéine qui génère des réseaux entre différents tissus dont les vaisseaux sanguins. Des bandes sont ainsi créées, lesquelles relient des surfaces qui ne devraient pas l’être.

Dans des conditions normales, les surfaces viscérales sont lisses et glissantes. De plus, entre les surfaces, il y a un liquide lubrifiant qui facilite un mouvement constant. La présence de ces bandes empêche le mouvement normal du contenu viscéral de la cavité abdominale.

En effet, elles ne permettent pas une mobilité adéquate des anses de l’intestin grêle et du gros intestin, ce qui peut les amener à se tordre entre elles et à obstruer la circulation sanguine ou le transit intestinal. De même, elles peuvent affecter la position de différents organes, tels que l’utérus, où elles se fixent aux ovaires et empêchent l’ovulation.

Les causes des adhérences abdominales et pelviennes

Les déclencheurs des adhérences abdominales et pelviennes peuvent être non traumatiques (processus inflammatoires, infectieux ou ischémiques) ou traumatiques (chirurgicaux). Les plus fréquents sont ceux associés aux interventions chirurgicales.

Les chirurgies

Dans les cas de chirurgies pelviennes ouvertes, la possibilité de développer des adhérences pelviennes peut aller jusqu’à 90 %. Elles peuvent également survenir en cas de curetage utérin.

Dans le cas des chirurgies abdominales ouvertes, la probabilité est un peu plus faible, mais elle est toujours élevée, avec une possibilité pouvant aller jusqu’à 75 %. Les plus courantes sont celles dans lesquelles il y a manipulation de l’appendice ou de la vésicule biliaire.

D’autres facteurs associés à ces interventions sont la manipulation d’organes et la possibilité de blessures accidentelles. Soit en raison de l’utilisation d’un bistouri électrique, des incisions ou des sutures, soit en raison de corps étrangers laissés dans la région.

Les maladies inflammatoires

La présence de certaines maladies inflammatoires peut conduire au développement de ces bandes cicatricielles. Plus précisément, ces bandes surviennent dans les pathologies suivantes :

  • Endométriose
  • Cancer
  • Maladie inflammatoire de l’intestin (maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique)
  • Appendicite (inflammation de l’appendice)
  • Cholécystite (inflammation de la vésicule biliaire)
  • Diverticulite (sacs enflammés dans le tractus gastro-intestinal)
  • Maladie inflammatoire pelvienne (inflammation chronique des organes sexuels féminins)
  • Réaction inflammatoire à la mise en place d’un dispositif intra-utérin (qui génère des adhérences dans la cavité utérine)

D’autres causes d’adhérences abdominales et pelviennes

  • Infections abdominales et pelviennes, en particulier celles produites dans les plaies chirurgicales ou la tuberculose intestinale
  • Maladies sexuellement transmissibles (telles que la chlamydia) qui peuvent provoquer une maladie inflammatoire pelvienne
  • Adhérences congénitales dues à des malformations lors du développement de la cavité péritonéale
  • Radio et chimiothérapie

Les symptômes

Dans de nombreux cas, les adhérences abdominales et pelviennes sont asymptomatiques. Elles sont ainsi généralement découvertes des années après leur apparition. Cependant, certaines personnes souffrent de complications, telles que l’obstruction intestinale et l’infertilité féminine.

Dans des cas encore plus graves, elles provoquent la mort (ischémie) du tissu intestinal, la perforation d’un organe ou une occlusion intestinale persistante. En général, leur principale manifestation est une gêne abdominale constante. De même, les événements suivants peuvent se produire :

  • Distension abdominale progressive, sous-ombilicale, surtout après prise alimentaire
  • Douleur pelvienne chronique, en cas d’atteinte pelvienne
  • Dyspareunie (douleur pendant les rapports sexuels)
  • Menstruations irrégulières

Une obstruction intestinale

Ces adhérences peuvent se manifester par des ballonnements progressifs, des douleurs abdominales sévères, des difficultés à évacuer les gaz et à évacuer, des nausées et des vomissements.

L’infertilité

Cela se produit parce que les trompes de Fallope et les ovaires adhèrent à d’autres surfaces. Cette adhérence affecte la libération des ovules, ainsi que leur fécondation et le transfert de l’ovule fécondé dans la cavité utérine.



Le diagnostic

Il n’existe pas d’étude d’imagerie permettant son identification exacte. Le seul moyen d’en être certain est la chirurgie abdominale ouverte (laparotomie exploratrice) avec visualisation directe des adhérences abdominales ou pelviennes.

Cependant, il existe différentes études d’imagerie qui permettent d’élucider la présence de sa complication la plus grave, à savoir l’obstruction intestinale. Les tests les plus utilisés sont les suivants :

  • Radiographie abdominale simple.
  • Études contrastées de baryum.
  • Tomographie abdominale.
  • Pelvien avec double contraste.
  • Échographie abdominale et pelvienne.


Traitement et prévention des adhérences abdominales et pelviennes

Selon une recherche publiée sur Annals of Medicine and Surgery , le traitement de la maladie adhésive peut être retardé en raison de la difficulté d’établir un diagnostic rapide. Cependant, cela est important pour éviter les complications.

Le traitement

L’option thérapeutique de choix est l’adhésiolyse. Cette procédure est effectuée au cours d’une chirurgie abdominale ouverte. Là, le tissu cicatriciel qui compose les bandes est coupé afin de libérer les structures qui y sont attachées.

Les adhérences abdominales et pelviennes sont coupées avec un scalpel, un laser ou un bistouri électrique (le courant électrique est utilisé pour brûler et couper les tissus). Si l’intégrité d’une partie du tissu organique est compromise, une résection de cette zone particulière est effectuée.

Le traitement est généralement utilisé en cas d’occlusion intestinale. Lorsque l’atteinte du transit intestinal est minime ou que l’obstruction est partielle, il est possible de débuter un traitement médical sans recourir à la chirurgie.

Cependant, s’il y a des complications, une intervention sera nécessaire. Le traitement médical en attente comprend essentiellement les éléments suivants :

  • Un régime absolu
  • La mise en place d’une sonde naso-gastrique (tube du nez à l’estomac) pour faciliter la décompression abdominale
  • Administration de fluides intraveineux pour maintenir l’équilibre hydrique, électrolytique et hydrique

La prévention

Bien que l’adhésiolyse soit très efficace, il existe une possibilité de récidive avec de nouvelles adhérences, c’est pourquoi elle n’est réalisée qu’en cas d’obstruction intestinale sévère ou d’une autre complication telle que l’infertilité.

En réalité, il n’y a pas de méthode de prévention. Cependant, une manipulation appropriée et minimale est recommandée pendant les chirurgies. Il faut :

  • Éviter les chirurgies invasives (utilisez la laparoscopie au lieu de chirurgies ouvertes).
  • Réduire l’utilisation de l’électrocoagulation, des lasers et des espaceurs.
  • Utiliser du matériel de suture approprié.
  • Garder le péritoine humide pendant les chirurgies ouvertes.
  • Laver la cavité péritonéale avant de la refermer.
  • Éviter de laisser des corps étrangers.
  • Manipuler doucement les organes.

A l’heure actuelle, la prévention a été envisagée grâce à des membranes stériles et résorbables pouvant être placées sur les organes, telles que des barrières anti-adhésives, des gels à l’acide hyaluronique/carboxyméthylcellulose ou l’utilisation d’anti-inflammatoires.

Cela pourrait vous intéresser ...
Symptômes de la maladie inflammatoire pelvienne chez la femme (MIP)
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Symptômes de la maladie inflammatoire pelvienne chez la femme (MIP)

La maladie inflammatoire pelvienne est une maladie induite par une infection de l'utérus, au niveau des trompes de Fallope ou au niveau des ovaires...



  • Tabibian N, Swehli E, Boyd A, Umbreen A, Tabibian JH. Abdominal adhesions: A practical review of an often overlooked entity. Ann Med Surg (Lond). 2017 Jan 31;15:9-13. doi: 10.1016/j.amsu.2017.01.021. PMID: 28203370; PMCID: PMC5295619.
  • Elizondo Hinojosa, J. López Gutierréz, J. Poblano Morales, M. Yañez López, J. Pérez García, R. Adherencias peritoneales posquirúrgicas: fisiopatología y prevención. Rev Hosp Jua Mex 2004;71(1):36-42.
  • Galindo F. Adherencias peritoneales. Cirugía Digestiva. Sociedad Argentina de Cirugía Digestiva. 2009;II(282):1-8.
  • Grijalva Cifuentes, A. E., Reinoso Trujillo, K. A., García Ferrín, R. M., & Ayora Nolivos, C. R. (2020). Síndrome Adherencial: Complicaciones. RECIMUNDO, 4(4), 362-370.
  • Quezada S Nicolás, León F Felipe, Llera K Juan de la, Funke H Ricardo, Gabrielli N Mauricio, Crovari E Fernando et al . Laparoscopic treatment of adhesive small bowel obstruction. Rev Chil Cir [Internet]. 2014;66(5):437-442.