La maladie cœliaque peut-elle causer une infertilité ?

5 avril 2021
Suivre un régime sans gluten est généralement suffisant pour prévenir les problèmes de fertilité. Cependant, cela ne suffit pas toujours à inverser les effets de la maladie. Découvrez-en davantage dans cet article.

La maladie cœliaque est un trouble fréquent dans la population générale. Sans un régime adéquat, elle est associée à de multiples complications dans divers organes. L’infertilité est une conséquence peu connue de la maladie cœliaque.

Elle est due à de nombreux facteurs, notamment aux effets de la mauvaise absorption intestinale, l’insuffisance placentaire et les altérations hormonales. Bien qu’elle touche plus généralement les femmes, les hommes peuvent également en souffrir.

Si vous souhaitez en savoir davantage à ce sujet, vous trouverez toutes les informations utiles dans cet article. Nous vous expliquons effectivement les principales raisons pour lesquelles ces deux conditions surviennent souvent de manière simultanée.

Dans quels cas la maladie cœliaque cause-t-elle une infertilité ?

La maladie cœliaque n’entraîne d’infertilité que lorsque l’on consomme du gluten de façon prolongée. Cela peut survenir pour diverses raisons, dont les suivantes :

  • Volonté de ne pas suivre ou incapacité à respecter les recommandations nutritionnelles.
  • Ignorance du diagnostic car les symptômes sont légers et sporadiques.

Par conséquent, une femme qui contrôle correctement les symptômes de la maladie ainsi que son alimentation -sur une longue période- a peu de chances de souffrir d’infertilité. Si, malgré un contrôle strict, la patiente présente une infertilité, le médecin peut proposer des techniques de procréation assistée, comme nous le verrons plus loin.

Une femme qui souffre de douleurs abdominales dues au gluten.

“La maladie cœliaque non contrôlée peut conduire à une infertilité.”

Lisez également : Découvrez quels sont les meilleurs jours pour tomber enceinte

Quelles sont les causes de la maladie cœliaque ?

Il s’agit d’une pathologie auto-immune caractérisée par des réactions inflammatoires au niveau du tractus digestif qui surviennent à la suite d’une exposition au gluten. Cette substance se trouve en grandes quantités dans les aliments tels que la farine et le blé.

En raison de l’importante exploitation commerciale de ces produits, il peut être difficile -d’un point de vue social et économique- de maintenir une alimentation strictement sans gluten. Les symptômes qui peuvent se présenter sont les suivants :

  • Diarrhée.
  • Distension abdominale.
  • Perte de poids.
  • Manifestations gastro-intestinales variées.

D’autre part, il existe des preuves scientifiques qui établissent un lien fréquent entre l’infertilité et la maladie cœliaque. Surtout chez les femmes. Ci-dessous, nous détaillons les altérations dans l’organisme qui permettent d’expliquer ce phénomène.

Maladie cœliaque et infertilité : facteurs associés

Les réactions inflammatoires ne provoquent pas seulement des effets dans le tube digestif. Elles peuvent également altérer plusieurs systèmes. C’est pourquoi, la maladie cœliaque est liée à l’infertilité.

Mauvaise absorption intestinale

L’une des conséquences les plus directes de l’exposition au gluten chez les patients cœliaques est l’atteinte de la muqueuse intestinale. Cela peut fortement compromettre la capacité de cet organe à absorber les micro et les macronutriments. Les signes et les symptômes occasionnés sont connus comme le syndrome de malabsorption intestinale.

Malheureusement, certains micronutriments essentiels pour l’organisme -tels que le fer et la vitamine B12- sont indispensables pour que l’embryon s’implante dans les parois de l’endomètre et commence à se développer petit à petit. Cela permet donc d’expliquer en partie l’origine de l’infertilité.

Insuffisance placentaire

Le placenta est un organe très important qui permet le passage des nutriments de la mère vers l’embryon ou le foetus. Etant donné que le système immunitaire s’étend à tous les organes, les anticorps générés contre le gluten peuvent parfois endommager ce tissu et entraîner une insuffisance placentaire.

Cela signifie alors que le placenta ne remplit pas ses fonctions comme il le devrait. La conséquence la plus directe est que l’embryon ne peut pas se développer correctement, ce qui entraîne généralement une fausse couche. Un tel évènement peut se produire à plusieurs reprises, et il est difficile de poser un diagnostic lorsque la mère ne présente pas d’autres symptômes évidents de la maladie cœliaque.

Troubles hormonaux

Cet aspect permet d’expliquer les cas d’infertilité masculine. Ce même manque de micronutriments peut provoquer des déséquilibres hormonaux importants. Notamment quand ils affectent la testostérone. Il s’agit de l’hormone sexuelle masculine qui joue un rôle primordial dans la spermatogénèse.

Ce processus est responsable de la formation des spermatozoïdes, qui sont les cellules sexuelles masculines qui réalisent la fécondation avec les ovules de la femme. La diminution chronique de testostérone peut donc impacter la spermatogénèse.

Un homme en consultation prostatique.

“Chez les hommes, la maladie cœliaque peut avoir un impact sur les troubles hormonaux tels que la réduction de la testostérone.”

Découvrez aussi : Les 7 principales causes d’infertilité féminine

Quelles sont les options de traitement ?

Le contrôle de la maladie sous-jacente est fondamental pour prévenir l’infertilité. Qu’elle soit due à des problèmes d’implantation de l’embryon ou à des fausses couches répétées. Ce contrôle consiste alors en un régime stricte sans gluten. Heureusement, de nos jours il est possible de trouver de nombreux produits sans gluten dans les supermarchés.

Même si cela semble suffisant, l’infertilité n’est pas toujours réversible ou évitable. Les techniques de procréation assistée constituent alors une option valable pour ces patients. Les plus connues sont les suivantes :

  • Insémination artificielle.
  • Fécondation in vitro.
  • Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes.

Dans certains pays, ces procédures font partie du système de santé publique. Malheureusement, dans d’autres endroits, elles ne sont accessibles que par le biais de cliniques privées.

Un régime alimentaire approprié est souvent la solution

Un patient souffrant de la maladie cœliaque peut mener une vie normale à condition qu’il suive les conseils nutritionnels indiqués. Cela va au-delà des inconforts digestifs, car une exposition prolongée au gluten peut également générer des troubles du système nerveux, cardiovasculaire, et enfin une infertilité.

  • Ivarsson A. The Swedish epidemic of coeliac disease explored using an epidemiological approach –some lessons to be learnt. Best Pract Res Clin Gastroenterol 2005;19:425-40.
  • Martos I, et al. Influencia de la enfermedad celíaca en los trastornos de la fertilidad y del embarazo. Paraninfo Digital 2018;XII(28):e105.
  • Polanco I, et al. Enfermedad celíaca. Protocolos diagnóstico-terapéuticos de Gastroenterología, Hepatología y Nutrición Pediátrica SEGHNP-AEP.
  • Sheiner E, Peleg R, Levy A. Pregnancy outcome of patients with known celiac disease. Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol. 2007;129(1):41-45.
  • Zugna D, Richiardi L, Akre O, Stephansson O, Ludvigsson JF. A nationwide population based study to determine whether coeliac disease is associated with infertility. Gut. 2010:59(11):1471-1475.