Alimentation et syndrome des ovaires polykystiques

6 janvier 2021
Suivre une alimentation faible en glucides peut être bénéfique pour les femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques. Pourquoi ? Voici davantage de détails.

Le syndrome des ovaires polykystiques est la cause la plus commune d’infertilité chez les femmes. On estime qu’une femme sur dix en âge de procréer en souffre. Il est donc essentiel de prendre soin de l’alimentation lors du syndrome des ovaires polykystiques. Car, en général, les patientes ont tendance à développer une résistance à l’insuline.

Une mauvaise gestion de cette pathologie peut entraîner des complications à plus ou moins long terme, notamment de nature métabolique. L’alimentation peut alors être décisive dans le pronostic de l’évolution de la maladie.

Vous souffrez de cette maladie ? Voulez-vous savoir comment améliorer votre alimentation ? Même s’il est fondamental de consulter un nutritionniste, aujourd’hui nous souhaitons également partager quelques recommandations générales à ce sujet. Prenez note !

Alimentation et syndrome des ovaires polykystiques

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) est une affection commune causée par un déséquilibre des hormones reproductives. Ce déséquilibre hormonal génère alors des problèmes dans les ovaires.

Les ovaires sont responsables de la production des ovules qui sont libérés chaque mois dans le cadre d’un cycle menstruel sain. Si une femme est atteinte de ce syndrome, l’ovule peut ne pas se développer ou être libéré pendant l’ovulation comme il le devrait.

Le SOPK peut provoquer une aménorrhée ou des périodes menstruelles irrégulières. Les règles irrégulières peuvent à leur tour provoquer une infertilité ou un développement de kystes dans les ovaires.

Consultation gynécologique d'une jeune femme.

“Le syndrome des ovaires polykystiques est le résultat d’un déséquilibre dans les hormones reproductives de la femme.”

Quelles sont les causes ?

La cause exacte du SOPK est méconnue. La plupart des experts considèrent plusieurs facteurs, dont les facteurs génétiques, comme des causes possibles. Voici certaines des causes les plus reconnues.

Niveaux élevés d’androgènes

Les androgènes sont parfois appelés “hormones masculines”, bien que toutes les femmes produisent de petites quantités d’androgènes. Les femmes souffrant du SOPK présentent donc plus d’androgènes que la normale.

Cela peut alors empêcher la libération d’un ovule par un ovaire à chaque cycle menstruel et peut entraîner un excès de pilosité et d’acné.

Niveaux élevés d’insuline

La résistance à l’insuline se manifeste lorsque les cellules ne réagissent pas normalement à cette hormone. En conséquence, les niveaux d’insuline dans le sang sont plus élevés que la normale.

De nombreuses femmes souffrant du syndrome des ovaires polykystiques présentent une résistance à l’insuline. Notamment celles qui sont en surpoids ou obèses. C’est ce que souligne une recherche publiée dans le journal CES Medicine. En général, ces patientes ont des habitudes alimentaires peu saines, ne pratiquent pas d’activité physique ou présentent des antécédents de diabète. Avec le temps, la résistance à l’insuline peut déclencher un diabète de type 2.

Lisez également : 5 symptômes du syndrome des ovaires polykystiques

Traitement diététique du syndrome des ovaires polykystiques

L’alimentation peut être un facteur très important pour contrôler les symptômes du SPOK. Comme nous l’avons précisé auparavant, les femmes qui souffrent d’obésité présentent plus de chances de le développer. Le maintien d’un poids adéquat est donc un facteur protecteur.

En effet, une perte pondérale de 5 % permet d’améliorer des problèmes tels que la résistance à l’insuline, les niveaux élevés d’androgènes ainsi que les dysfonctions du système reproducteur.

Une étude publiée dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, sur l’alimentation et le syndrome des ovaires polykystiques, conseille aux femmes en surpoids de perdre du poids pour réduire la gravité de la maladie.

Cet aspect est plus important que la composition de l’alimentation en elle-même, à condition qu’elle soit toujours saine. Cependant, il semble qu’un régime faible en glucides puisse apporter des avantages plus importants en termes de perte de poids et de contrôle des glycémies.

Mais il n’y a pas que les femmes en surpoids qui doivent être attentives à leur alimentation. En effet, certaines femmes ayant un poids normal et souffrant du SOPK ont également un taux d’insuline sanguine plus élevé que les femmes qui ne souffrent pas du syndrome. C’est pourquoi, chacune doit être attentive à l’indice glycémique des aliments.

Une femme qui mange une pomme et dit non aux sucreries.

“Une alimentation faible en glucides pourrait être bénéfique pour les patientes atteintes du syndrome des ovaires polykystiques.”

Par conséquent, une alimentation à faible indice glycémique pourrait être une approche adaptée. Autrement dit, sans sucreries ni sucre, et pauvre en céréales, en pain et en tubercules. Pour remplacer ces aliments, il est conseillé de privilégier les suivants :

  • Fruits et légumes.
  • Fruits secs et graines.
  • Légumineuses.
  • Produits laitiers et œufs.
  • Viandes maigres et poissons.

D’autre part, il a été démontré dans un article publié dans le journal Medical Hypotheses que le jeûne intermittent réduit la résistance à l’insuline, aide à soulager d’autres symptômes du SPOK et à améliorer les niveaux hormonaux.

Découvrez aussi : L’hyperinsulinemie : qu’est-ce que c’est ?

Des compléments vitaminiques

Les compléments vitaminiques pourraient améliorer les symptômes de cette maladie.

L’inositol

Les femmes souffrant du SPOK présentent souvent un déficit d’une enzyme appelée épimérase, nécessaire pour avoir des niveaux corrects d’un composant nommé D-Chiro inositol. Etant donné que ce manque élève les valeurs de glucose et d’insuline dans le sang, une bonne alternative est la supplémentation en D-Chiro Inositol.

Des recherches publiées dans le journal Gynecological Endocrinology ont montré son efficacité pour restaurer le cycle ovulatoire, améliorer la résistance à l’insuline, diminuer l’acné et l’hirsutisme ainsi que le cholestérol total et les triglycérides.

Acide folique

Il peut aider à traiter l’infertilité ovulatoire. Les légumes tels que les feuilles vertes, les fruits et les légumineuses sont riches en cette vitamine.

Vitamine D

Une déficience en vitamine D est associée à une plus grande résistance à l’insuline ainsi qu’une prise de poids.

Une alimentation adéquate ainsi qu’un exercice physique régulier est fondamental pour le traitement du SPOK. Ainsi qu’un traitement pharmacologique ou hormonal, surtout chez les femmes qui souhaitent être maman.

Améliorer l’alimentation pour traiter le syndrome des ovaires polykystiques

Bien que les causes soient méconnues, nous savons que le syndrome des ovaires polykystiques réagit très favorablement à une approche diététique. C’est pourquoi il est essentiel d’augmenter la consommation de certains aliments et de réduire l’ingestion de glucides.

  • Gateva A., Unfer V., Kamenov Z., The use of inositol isomers in the management of polycystic ovary síndrome: a comprehensive review. Gynecol Endocrinol, 2018. 34 (7): 545-550.
  • Chiofalo, B., Laganà, A. S., Palmara, V., Granese, R., Corrado, G., Mancini, E., … & Triolo, O. (2017). Fasting as possible complementary approach for polycystic ovary syndrome: Hope or hype?. Medical hypotheses105, 1-3.
  • Moran, L. J., Ko, H., Misso, M., Marsh, K., Noakes, M., Talbot, M., … & Teede, H. J. (2013). Dietary composition in the treatment of polycystic ovary syndrome: a systematic review to inform evidence-based guidelines. Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics113(4), 520-545.
  • Vivas, C. A., Castaño-Trujillo, P., García-Trujillo, G., & Ospina-Gutiérrez, M. L. (2011). Síndrome de ovario poliquístico. Fisiopatología en mujeres obesas y no obesas. CES Medicina25(2), 169-179.