Aliments fortifiés et aliments enrichis : de quoi s’agit-il ?

2 juillet 2019
Qu'il s'agisse de produits laitiers, de pâtes ou de produits d'hygiène personnelle, nombreuses sont les marques qui ajoutent des vitamines, des minéraux et d'autres nutriments censés les rendre plus sains.

Lorsque vous faites vos courses, vous pouvez lire sur les étiquettes de certains aliments qu’ils sont fortifiés ou enrichis. Mais que signifient ces mots et quelle est la différence entre les deux ? Est-il vraiment bon pour votre santé d’acheter ces aliments plutôt que d’autres ?

Qu’il s’agisse de produits laitiers, de pâtes ou de produits d’hygiène personnelle, nombreux sont les industriels qui ont ajouté des vitamines, des minéraux et d’autres nutriments censés les rendre « plus sains ». Dans cet article, vous découvrirez ce qu’ils sont et quelles sont les différences entre les aliments fortifiés et les aliments enrichis. Nous vous invitons à lire ce qui suit !

Que sont les aliments fortifiés et les aliments enrichis ?

Les aliments fortifiés

Un aliment fortifié est un aliment auquel on a ajouté des éléments nutritifs, ou des substances en général, qui ne se trouvaient pas à l’origine dans l’aliment avant sa transformation. Certains aliments ne contiennent pas eux-mêmes certains nutriments. En les ajoutant, l’aliment a des caractéristiques différentes, supposées le rendre meilleur.

Les aliments enrichis

lire les étiquettes des aliments fortifiés ou enrichis

Il s’agit également d’aliments auxquels une ou plusieurs substances ont été ajoutées. Cependant, elles étaient déjà présentes dans l’aliment avant sa transformation. L’ajout se justifie par le fait que l’aliment contenait trop peu de la substance en question, ou que celle-ci a été totalement éliminée par un processus de transformation. Parfois, des quantités beaucoup plus importantes sont ajoutées que celles contenues dans l’aliment d’origine.

Par exemple, le lait contient de la vitamine D, mais en quantités limitées. Lorsque l’on ajoute de la vitamine D, le lait est dit enrichi en cette vitamine. Un autre exemple, lorsque l’on raffine le blé, une grande partie des vitamines se perd. Dès lors, pour les remplacer, les mêmes vitamines sont ajoutées.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié un Guide pour enrichir les aliments en micronutriments. Les lignes directrices se rédigent dans une perspective de nutrition et de santé publique. Leur but est de fournir des conseils pratiques sur la façon dont on devrait mettre en oeuvre, surveiller et évaluer l’enrichissement des aliments.

Cet article pourrait vous intéresser : Qui peut souffrir le plus d’une carence en vitamine D ?

Pourquoi fortifier ou enrichir les aliments ?

 

La fortification et l’enrichissement sont utilisés avec succès depuis des décennies pour réduire la prévalence de certaines carences nutritionnelles. Cela a grandement amélioré la santé et la qualité de vie de millions de personnes.

Le principal avantage de ces deux processus, par rapport à d’autres méthodes visant à améliorer la teneur en micronutriments de l’alimentation, est qu’ils ne nécessitent pas de changement de comportement de la part de la population. En effet, ils sont effectués dans les aliments de base qui sont consommés pratiquement dans le monde entier.

La fortification augmente l’apport en micronutriments sans que la population n’ait à modifier son alimentation habituelle. Cela signifie que tous les segments de la population, y compris ceux qui vivent dans des milieux pauvres en ressources, peuvent en bénéficier.

Quelques exemples de l’importance de l’enrichissement et de la fortification des aliments

  • Iode et carence en iode

aliments fortifiés en iode

La diminution de la carence en iode dans plusieurs pays est la première réussite de la fortification des aliments. L’iode est nécessaire à la formation des hormones thyroïdiennes responsables de la régulation de la croissance, ainsi que des processus métaboliques.

Sa carence entraîne une déficience intellectuelle et une hyperthyroïdie congénitale chez les nourrissons et les enfants, ou un goitre chez les adultes. L’iode se trouve dans plusieurs produits de la mer comme le poisson, les mollusques et crustacés, ainsi que les algues. Pour les populations vivant près de la mer, la carence en iode est rarement un problème.

Il n’est donc pas étonnant que les premiers exemples d’un programme d’iode efficace aient eu lieu en Suisse, un pays enclavé, et au Michigan, au centre de l’Amérique du Nord.

A lire aussi : 7 boissons riches en iode pour stimuler votre thyroïde

  • Acide folique et anomalies du tube neural

Au début des années 1970, on avait établi une relation possible entre l’alimentation et l’incidence des anomalies du tube neural. Un type d’anomalie qui affecte le développement correct du cerveau, de la moelle épinière ou de la colonne vertébrale de l’embryon.

Au milieu des années 1970, cette relation entre l’acide folique et les malformations congénitales a servi de fondement aux premières études cliniques démontrant que la supplémentation en acide folique était un moyen efficace de réduire l’incidence des anomalies du tube neural.

Pour terminer, nous vous recommandons de surveiller la consommation régulière d’aliments fortifiés avec un professionnel de la nutrition. Cela vous permettra d’éviter tout excès et de définir les contours de votre alimentation fortifiée.

 

  • Allen, L. H., De Benoist, B., Dary, O., & Hurrell, R. (2017). Guías para la fortificación de alimentos con micronutrientes.
  • Smithells RW, Sheppard S, Schorah CJ. Vitamin deficiencies and neural tube defects. Arch Dis Child. 1976 Dec;51(12):944-50. PubMed PMID: 1015847; PubMed Central PMCID: PMC1546171.
  • Zimmermann MB. Research on iodine deficiency and goiter in the 19th and early  20th centuries. J Nutr. 2008 Nov;138(11):2060-3. PubMed PMID: 18936198.
  • Czeizel, A.E., et al., Prevention of neural-tube defects with periconceptional folic acid, methylfolate, or multivitamins? Ann Nutr Metab, 2011. 58(4): p. 263-71.