Applications et fonctions de la ponction sèche

20 août 2020
En raison de l'augmentation des problèmes musculaires dont souffre actuellement la population, de nombreuses recherches se concentrent sur l'importance d'étudier de nouveaux moyens d'améliorer notre santé. L'une d'entre elles est l'application de la ponction sèche.

Dans le cadre de la physiothérapie, il existe de multiples thérapies pour traiter des douleurs corporelles. Tout au long de l’histoire, des techniques nouvelles et innovantes ont fait leur apparition, comme c’est le cas de la ponction sèche.

La ponction sèche, également appelée ‘dry needling‘, est une technique fondée sur des preuves pour améliorer les douleurs musculaires. Dans cet article, vous en saurez davantage sur cette nouvelle technique, en plus de connaître ses applications dans le cadre d’un traitement d’une infinité de problèmes musculaires.

Pour comprendre en quoi consiste la ponction sèche et quelles sont ses fonctions, nous devons clarifier deux concepts avant de continuer : le point gâchette et la douleur myofasciale.

Qu’est-ce que le point gâchette ?

Le point gâchette est un point hyper-irritable à l’intérieur d’une bande tendue d’un certain muscle. Cette bande constitue un groupe de fibres musculaires qui présentent une tension anormale, formant alors une bande très consistante. C’est ce que nous appelons communément la contracture.

Cette bande tendue est douloureuse et son point gâchette est un nodule qui, à la palpation, génère une douleur très vive qui fait que la personne se retire. Par ailleurs, la douleur irradie vers d’autres zones qui n’incluent pas le point gâchette. C’est ce que l’on nomme la douleur référée ou irradiée. Elle peut s’accompagner d’un dysfonctionnement moteur et de phénomènes tels que les vertiges et les nausées.

Les points gâchettes d’un muscle ont tendance à irradier vers des zones spécifiques qui donnent aux physiothérapeutes un indice sur la source du problème. Par exemple, les maux de tête peuvent provenir d’un point gâchette placé dans des muscles comme le trapèze supérieur, l’omoplate ou le sterno-cléido-mastoïdien.

Par conséquent, la douleur n’a parfois rien à voir avec la zone d’où elle provient. D’autre part, les points gâchette peuvent être actifs ou latents. Un point gâchette actif signifie qu’il irradie la douleur à d’autres zones. En revanche, s’il est latent, il n’irradie pas la douleur.

Les points gâchettes peuvent s’activer par des surcharges musculaires aiguës ou chroniques, des traumatismes directs et des refroidissements. Le facteur d’activation le plus fréquent est souvent la surcharge chronique due à des problèmes de posture.

Une femme avec des douleurs lombaires.

Lisez également : 8 habitudes complémentaires au traitement de la douleur lombaire

Qu’est-ce qu’une douleur myofasciale ?

La douleur myofasciale ou SMF est un processus musculaire régional qui peut être soit aiguë soit chronique. Elle est handicapante et très courante dans la population, mais elle est souvent inconnue. Elle ne montre généralement pas d’altérations lors des examens d’imagerie ou d’analyse. Ce qui fait qu’elle est souvent mal diagnostiquée et sous-traitée.

Par ailleurs, la SMF se définit pas une série de symptômes causés par un point gâchette :

  • Symptômes sensitifs : il y a une altération de la sensation du toucher. Par exemple, si nous sommes touchés par quelque chose qui normalement ne fait pas mal, la SMF augmente la douleur.
  • Symptômes moteurs : diminution de la force, difficulté à bouger le muscle affecté, etc.
  • Des symptômes autonomes : rhinite, larmoiement, salivation, changements de température, transpiration, piloérection (la peau s’hérisse), vertiges, nausées et rougeurs cutanées.

Nous pourrions dire que la douleur myofasciale a trois composantes :

  • Une bande tendue palpable dans le muscle strié affecté ou la contracture.
  • Un point gâchette.
  • Un modèle caractéristique de douleur référée : ce point gâchette irradie la douleur vers une zone caractéristique.

Qu’est-ce que la ponction sèche ? A quoi sert-elle ?

La ponction sèche correspond à une technique de physiothérapie qui s’utilise principalement pour la fameuse douleur myofasciale ou SMF. Une fois que le point gâchette qui cause la douleur myofasciale est détecté, il faut le désactiver à l’aide d’une aiguille. Cette aiguille est semblable aux aiguilles d’acupuncture mais elle est plus longue afin d’atteindre le muscle.

Tout ce processus nécessite un nettoyage de la zone. Le physiothérapeute utilise des gants, du désinfectant et de la gaze car la ponction sèche est une technique semi-invasive qui traverse la peau du patient. De plus, les aiguilles sont livrées dans des emballages individuels et ne sont pas réutilisables.

L’aiguille est introduite dans le point gâchette sans anesthésiant puis est déplacée de l’intérieur à l’extérieur jusqu’à l’obtention d’un spasme local. Autrement dit, une contraction involontaire du muscle. Cela se fait bien sûr sans retirer l’aiguille de la peau.

La ponction du muscle stimule le récepteur musculaire en produisant une relaxation postérieure au spasme ainsi qu’une augmentation de l’élasticité et une diminution de la douleur dans la zone.

La ponction sèche et l’acupuncture sont-elles deux techniques similaires ?

Une ponction sèche est une technique scientifique qui consiste à ponctionner le muscle pour contrôler la douleur myofasciale. Elle dure entre 2 et 5 minutes et peut être douloureuse. D’autre part, elle n’est réalisée que par des physiothérapeutes qualifiés.

En revanche, l’acupuncture se base sur la médecine traditionnelle chinoise et les points énergétiques sont piqués à un niveau superficiel, sans entrer en contact avec le muscle. La durée est d’environ 20 minutes et n’est pas douloureuse. Par ailleurs, l’acupuncture traite une multitude de maladies et peut être pratiquée par n’importe quel thérapeute.

Aiguilles d'acupuncture.

Découvrez davantage : 5 bienfaits de l’acupuncture qu’il faut connaître

Les risques de la ponction sèche

Bien que les risques de la ponction sèche soient minimes, ils peuvent exister. Cependant, la plupart d’entre eux sont évitables si les précautions sont prises et si le traitement est effectué par un physiothérapeute expérimenté :

  • L’aiguille traverse la peau et atteint le muscle. Entre les deux, il peut y avoir de petits vaisseaux sanguins. Le risque le plus courant de la ponction sèche est de piquer un vaisseau et de provoquer un petit hématome, qui dure environ un jour. Ce risque est plus fréquent chez les patients qui ont un sang plus liquide.
  • Un autre élément qui peut être piqué sur le chemin du muscle est une branche nerveuse. Cela peut entraîner une sensation de picotement qui cessera peu de temps après.
  • Un autre risque moins commun est que la ponction sèche peut provoquer des vertiges pendant la procédure. C’est ce que l’on appelle techniquement une réponse vagale.
  • Il existe peu de cas signalés, mais si le physiothérapeute n’a pas beaucoup d’expérience dans la ponction sèche du thorax, cela peut engendrer un pneumothorax.
  • Gonflement du muscle ou myo-oedème.
  • Dermatite post-ponction : réaction de la peau dans la zone de la ponction.
  • Risque d’infection si les mesures d’hygiène préalables n’ont pas été appliquées, ou si le physiothérapeute n’a pas utilisé de gants ou d’aiguilles stériles.

Par ailleurs, après la ponction sèche, nous pouvons avoir une sensation similaire à celle d’un massage très intense avec de légères courbatures. Ces sensations disparaissent après un ou deux jour.

Contre-indications de la ponction sèche

La plupart des contre-indications sont relatives. Parmi elles, nous pouvons trouver :

  • Une peur insurmontable des aiguilles.
  • Problèmes de coagulation et traitement anticoagulant : risque d’hémorragie.
  • Personnes avec un système immunitaire faible : risque d’infection.
  • Personnes ayant subi une lymphadénectomie : risque de lymphœdème. Autrement dit, la zone de la ponction sèche peut se remplir de liquide qui ne peut être filtré car les ganglions lymphatiques ont été retirés de la zone.
  • Hypothyroïdisme : risque de myo-oedème ou inflammation du muscle.

La ponction sèche est-elle efficace ?

Selon diverses étudesla ponction sèche est efficace pour :

  • Diminuer la douleur subjective et objective aussi bien locale que dans la zone référée et la douleur à la pression du point gâchette.
  • Elle montre également une amélioration dans la mobilité des articulations liées au muscle qui abrite le point gâchette.
  • Il n’y a pas de preuves suffisantes, mais certaines indications suggèrent que la ponction sèche améliore la dépression chez les patients atteints de douleur myofasciale.

Enfin, il a aussi été observé que l’efficacité de la ponction sèche peut être affectée par d’autres facteurs chez les patients. Par exemple, une douleur prolongée, le manque de sommeil ou le travail répétitif du muscle.