8 aspects méconnus de la maladie d'Alzheimer

La maladie d'Alzheimer est la principale cause de démence dans le monde, elle est donc bien connue. Cependant, certains aspects sont mal compris.
8 aspects méconnus de la maladie d'Alzheimer

Dernière mise à jour : 22 août, 2022

La maladie d’Alzheimer (MA) est la principale cause de démence d’origine neurodégénérative dans le monde. Au sein de ces pathologies, c’est la mieux connue et étudiée, bien que divers aspects restent encore à élucider.

Il est assez fréquent que les patients et leur entourage proche accèdent à des informations peu véridiques à cet égard. Cela complique le tableau de la maladie.

Le but de cet article est de dissiper les principaux doutes qui surgissent avec le diagnostic. Notamment parce qu’il s’agit d’une maladie dégénérative : cela signifie que les symptômes s’aggravent avec le temps.

C’est pourquoi la maladie d’Alzheimer fait partie d’un groupe d’entités regroupées sous le terme de démence. Le patient se retrouve dans l’incapacité de réaliser ses tâches quotidiennes.

1. Génétique et maladie d’Alzheimer

S’il est vrai que la MA a une composante héréditaire, elle est également considérée comme une maladie multifactorielle. Cela signifie que plusieurs facteurs interagissent dans son développement.

Parmi ces facteurs de risque, le plus important est l’âge. La maladie est plus fréquente après 65 ans, chez les femmes et chez les personnes qui souffrent du syndrome de Down.

En raison de cette origine multiple, il n’est pas correct de supposer que nous souffrirons de la maladie, car nous avons un parent atteint de la maladie d’Alzheimer. Cependant, il n’est pas non plus correct de rejeter la composante héréditaire.

On estime qu’environ 40% des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ont des antécédents familiaux de démence après l’âge de 65 ans.
Génétique dans la maladie d'Alzheimer.
La génétique ne peut pas être établie comme la seule cause de la maladie d’Alzheimer.

2. MA et vieillesse

On pense souvent que la maladie d’Alzheimer n’apparaît que chez les personnes âgées. Il est vrai que c’est le groupe le plus touché.

Cependant, il existe une variante de la démence dans laquelle les symptômes apparaissent dès un jeune âge. Les manifestations cliniques peuvent débuter après 30 ans.

De plus, l’évolution clinique de la maladie d’Alzheimer précoce suit souvent une évolution torpide et dévastatrice. Elle a donc un plus mauvais pronostic que la forme tardive. Par ailleurs, bien qu’il s’agisse d’une entité rare, une composante génétique claire a été démontrée au début de la MA, atteignant même jusqu’à 90 % d’association familiale.



3 La maladie d’Alzheimer est-elle synonyme de démence ?

La MA étant la cause la plus fréquente de démence dégénérative, il est courant de supposer que démence et maladie d’Alzheimer sont synonymes. Or, toutes les démences ne sont pas causées par la maladie d’Alzheimer.

En dehors de la MA, les autres pathologies à l’origine du trouble neurocognitif majeur connu sous le terme de démence sont les suivantes :

Dans chacune de ces entités, les manifestations cliniques dépendront de la zone neuronale atteinte. De la même manière, les facteurs de risque, les caractéristiques et la physiopathologie sont différents pour chacun d’eux.

Cependant, elles sont toutes considérées comme démences, car elles entraînent une détérioration neurocognitive progressive, qui interfère avec l’exécution des activités quotidiennes des patients. Elles nécessitent toutes le soutien d’un soignant.



4. Le traitement de la MA est-il efficace ?

L’un des aspects qui effraie le plus les patients et les familles est qu’il n’existe actuellement aucun remède contre la maladie d’Alzheimer. Toutefois, il existe des médicaments pour minimiser les symptômes cognitifs.

Cela a parfois conduit à différer la mise en place d’un traitement précoce. L’hypothèse fataliste selon laquelle la progression est inévitable règne.

Cependant, après le diagnostic, il est nécessaire d’établir un schéma thérapeutique opportun. Pour cela, il est nécessaire de recourir à ces médicaments, qui se sont avérés efficaces dans la gestion des manifestations, permettant une amélioration significative de la fonctionnalité.

Bien que les bienfaits soient modestes et qu’il reste encore beaucoup à étudier, il est erroné de priver les patients d’une possibilité de traitement.

5. Est-il possible de prévenir la maladie d’Alzheimer ?

Ce point mérite une section. Et ce, car il y a plusieurs opinions à ce sujet.

Il existe d’innombrables publications qui partagent des régimes miraculeux, des exercices physiques définitifs et des thérapies alternatives magiques sur la façon d’empêcher la pathologie de se développer. Cependant, aucune de ces options n’offre une contribution réaliste à la prévention de la maladie d’Alzheimer, puisque son origine est multifactorielle.

Pour cette raison, la recherche sur les facteurs de risque individuels impliqués a été difficile. Cependant, des études ont été menées pour mettre en place des mesures de prévention permettant au moins de repousser l’âge d’apparition.

Les symptômes sont le résultat d’une atteinte neuronale qui s’étale sur des décennies et il ne s’agit pas d’une pathologie d’apparition brutale.

Les facteurs de risque associés

Indépendamment de la complexité de la maladie, certains auteurs proposent l’adoption d’un mode de vie plus sain en vue de réduire le risque de souffrir de la maladie. Malgré ces suggestions, il n’existe pas de consensus garantissant une prévention efficace.

Parmi les recommandations les plus acceptées, figurent les suivantes :

  • Maintenir un développement intellectuel stimulant
  • Suivre une routine d’exercice physique
  • Avoir une alimentation équilibrée riche en fruits, légumes et protéines provenant de poissons et de plantes
  • Participer à des événements sociaux et culturels dans les différentes étapes de la vie
  • Contrôler la tension artérielle, l’obésité et le diabète
  • Réduire la consommation d’alcool et de tabac

6. Le diagnostic définitif de la MA : une tâche impossible ?

Un autre aspect préoccupant pour les patients nouvellement diagnostiqués et leurs familles est l’exactitude du diagnostic. La raison en est que les changements histologiques cérébraux avec lesquels la maladie est définie ne peuvent être mis en évidence que par une autopsie.

Ce concept est toujours en vogue. Bien qu’à l’heure actuelle, une meilleure compréhension de la maladie d’Alzheimer ait conduit à la création de critères valides qui réduisent les erreurs de diagnostic.

De plus, il est possible de détecter de tels changements histologiques sans avoir besoin de recourir à une confirmation post-mortem. Cela est possible grâce à des biomarqueurs détectés dans des tests complémentaires. Ces études sont la ponction lombaire et l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positrons (TEP).

IRM pour le diagnostic de la maladie d'Alzheimer.
L’imagerie cérébrale contribue au diagnostic, mais elle doit être associée à d’autres éléments.

7. La DA ne définit pas le patient

La perception que les patients eux-mêmes ont de leur maladie est un autre aspect pertinent. Cela a été compilé dans un article de l’Association Alzheimer, afin de démystifier la pathologie et de réduire la stigmatisation attachée au diagnostic.

Quelque chose d’aussi accablant que le diagnostic lui-même, et ce à quoi les patients doivent faire face dans les premiers stades, est l’hypothèse de leurs proches selon laquelle la MA signifie la désintégration de l’indépendance. Bien que cette réaction puisse initialement être raisonnable, elle doit être évitée. La perte cognitive est progressive dans le temps, de sorte que la personnalité du patient ne s’évapore pas avec le diagnostic.

8. Minimiser la maladie d’Alzheimer

Il est toujours important de considérer quelqu’un qui s’occupe de la maladie au quotidien, c’est pourquoi certains commentaires sont à éviter. Certains patients atteints de la pathologie affirment qu’il y a ceux qui sous-estiment le diagnostic.

Et bien qu’il soit possible qu’il n’y ait pas de mauvaise intention derrière ces commentaires, la réalité est qu’ils affectent négativement le patient. L’information est toujours le meilleur outil.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quel est le rôle de la famille dans le traitement contre Alzheimer ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quel est le rôle de la famille dans le traitement contre Alzheimer ?

Le rôle que joue la famille dans le traitement contre Alzheimer peut être assez compliqué. Que doit-elle prendre en compte ?



  • Domarus, A.; Farreras, P.; Rozman, C.; Cardelach, F.; Nicolás, J; Cervera, R.; Farreras Rozman. Medicina Interna; 19na Edición; Elsevier; 2020.
  • Sacristán, P.; Aspectos Genéticos de la Enfermedad de Alzheimer; Universidad de León – Facultad de Ciencias Biológicas y Ambientales; 2021.
  • Tellechea, P.; Pujol, N.; Steve, P.; Echeveste, B.; García, M.; Arbizú, J.; Riverol, M.; Enfermedad de Alzheimer de Inicio Precoz y de Inicio Tardío: ¿Son la Misma Entidad?; Sociedad Española de Neurología; 2015.
  • López, Ó.; Tratamiento Farmacológico de la Enfermedad de Alzheimer y otras Demencias; Archivos de Medicina Interna; 37 (2); 2015.
  • Orueta Sánchez, Ramón. “Los medicamentos para la enfermedad de Alzheimer a debate. El papel del médico de familia.” Revista Clínica de Medicina de Familia 12.3 (2019): 113-114.
  • Bermejo, F.; Llamas, S.; Villarejo, A.; Prevención de la Enfermedad de Alzheimer: un Camino a Seguir; Sociedad Española de Medicina Interna; 2016.