Attaque de panique et crise d'angoisse : est-ce la même chose ?

Les attaques de panique se caractérisent par leur apparition soudaine et leur intensité croissante, mais limitées dans le temps. Les crises d'angoisse, elles, ont tendance à se répéter encore et encore dans le même cercle vicieux.
Attaque de panique et crise d'angoisse : est-ce la même chose ?

Dernière mise à jour : 29 juillet, 2022

Une attaque de panique implique toujours de l’angoisse, mais toutes les crises d’angoisse ne se manifestent pas par une attaque de panique. Cela ressemble à un jeu de mots, cependant, il est important de distinguer attaque de panique et crise d’angoisse.

Cette distinction est notamment pertinente pour reconnaître les signaux des différents tableaux cliniques et ainsi apporter des ressources aux personnes qui les vivent. Approfondissons.

Panique et angoisse : définition des concepts

Afin de différencier chaque concept, il est essentiel d’établir des bases communes. La panique fait référence à l’apparition soudaine d’une peur intense. L’attaque de panique peut ou non avoir des déclencheurs. Autrement dit, elle peut apparaître avec un stimulus environnemental (par exemple, un voyage en bus) ou elle peut être inattendue.

L’angoisse est une inquiétude face à l’avenir. À une juste dose, elle est nécessaire, car elle nous permet d’activer des ressources pour faire face à différentes demandes. Elle devient dysfonctionnelle lorsqu’elle dépasse notre capacité de réaction, nous causant de l’inconfort et nous empêchant de faire face à une situation.

Il convient de mentionner qu’il existe une comorbidité entre l’attaque de panique et la crise d’angoisse. Cela signifie qu’elles peuvent coexister.

Comment identifier une attaque de panique ?

Parmi les signes qui nous permettent d’identifier une attaque de panique, figurent les suivants :

  • Sensation d’étouffement
  • Peur intense de mourir
  • Picotements et engourdissements
  • Sentiment de dépersonnalisation
  • Peur de perdre le contrôle ou de devenir fou
  • Besoin de s’échapper ou de fuir d’un endroit
  • Gêne thoracique, accélération du rythme cardiaque, palpitations

Les signes mentionnés sont les plus typiques et différentiels. D’autres sensations peuvent également survenir, telles que des nausées, des étourdissements et de la transpiration.

Attaque de panique dans la rue.
Les attaques de panique se manifestent par des symptômes physiques qui peuvent faire soupçonner une maladie cardiovasculaire.

Quelques clés pour faire face à une crise de panique

Une attaque de panique est souvent suivie de la peur d’avoir une autre attaque. C’est pourquoi les personnes ont tendance à éviter les situations dans lesquelles elles ont vécu le premier épisode. Par exemple, si cela s’est produit dans un théâtre, la personne évitera d’aller à cet endroit à l’avenir. Le problème est que ce comportement renforce la peur et amplifie le problème.

Dans son approche, la psychoéducation est très importante : il faut expliquer à la personne le cycle de l’attaque de panique, afin qu’elle puisse comprendre ce qui se passe. Il faut également aborder tous les mythes et croyances qui existent autour de l’attaque de panique.

Par exemple, les personnes croient souvent qu’elles vont mourir d’une crise cardiaque à cause de la façon dont leur cœur bat. Mais ce n’est pas le cas. Un cœur qui bat vite est une réponse défensive à cette situation qui est présentée comme menaçante. Avec des informations fiables, une personne sera en mesure de suivre ou de fournir des auto-instructions pour aider à retrouver le calme.

Pratiquer des techniques de respiration est également souvent utile, il est donc conseillé de se former. On demande généralement à la personne de s’allonger sur le sol ou sur une surface confortable, ce qui lui permettra de ressentir un sentiment de soutien. Petit à petit, le corps et l’esprit retrouvent le calme.

Comment identifier une crise d’angoisse ?

L’anxiété est liée à un sentiment de vigilance, d’inquiétude et d’angoisse excessif et persistant. La perception de la personne est disproportionnée par rapport à la réalité.

Parmi les questions qui peuvent aider à détecter une crise d’angoisse, figurent les suivantes :

  • Trouvez-vous très difficile de vous détendre ?
  • Vous sentez-vous anxieux la plupart du temps ?
  • Trouvez-vous très difficile d’arrêter de vous inquiéter ?
  • Vous sentez-vous fatigué la plupart du temps ?
  • La façon dont vous vous sentez et l’intensité avec laquelle vous le vivez affectent-elles votre quotidien ?

Parmi les caractéristiques des états d’anxiété, figurent les suivantes :

  • Fatigue
  • Préoccupation
  • Humeur irritable
  • Troubles du sommeil
  • Hypervigilance et hypersensibilité à l’environnement
  • Difficulté à se concentrer, à se vider ou à se détendre



Quelques conseils pour gérer une crise d’angoisse

Il existe différentes mesures que nous pouvons prendre pour réduire l’anxiété :

  • Faire de l’exercice
  • Pratiquer des techniques de respiration
  • Adopter une alimentation saine
  • Dormir au moins 7 ou 8 heures par jour
  • Éviter la consommation d’alcool et de drogues
  • Utiliser des guides de relaxation musculaire progressive
  • Réduire ou éviter la consommation de sucre et de caféine

Ces suggestions ne sont qu’un point de départ. Il convient de demander de l’aide, de parler de ce que vous ressentez avec vos amis ou votre famille et de consulter un professionnel si vous le jugez nécessaire.

Techniques de respiration pour l'anxiété.
Les techniques de respiration et de relaxation sont efficaces dans les moments de crise.

Les différences entre une attaque de panique et une crise d’angoisse

Maintenant que nous avons identifié en quoi consiste chaque concept, nous pouvons plus facilement reconnaître leurs différences. Tout d’abord, elles varient en intensité et en durée.

L’attaque de panique éclate brutalement, elle s’intensifie très rapidement et est vécue avec une grande intensité. Les personnes rapportent souvent qu’elles sont essoufflées et qu’elles ont peur de mourir.

Cependant, cette attaque a une durée limitée, bien qu’elle soit vécue comme si elle était éternelle. Elle atteint son apogée rapidement, en 10 minutes ou moins.

Nous ne pourrons pas rester constamment dans une crise de panique (bien que nous puissions en avoir plusieurs par jour), mais nous pouvons être continuellement et chroniquement dans un état d’angoisse. Concernant la fréquence des crises de panique, si elles sont récurrentes, elles peuvent devenir un trouble panique.

Il faut aussi savoir que l’attaque de panique vient de nulle part, elle est brutale, tandis que l’angoisse se nourrit d’un même sujet qui revient encore et encore. Elle monte crescendo.



Ce sont des inconforts fréquents, mais il ne faut pas s’y habituer

Les attaques de panique et les crises d’angoisse sont alimentées par différentes raisons et l’environnement ne leur est pas étranger. Les exigences et les pressions que nous subissons aujourd’hui nous élèvent à un rythme effréné, dans lequel il est très difficile de s’arrêter.

Il ne faut pas normaliser ce mode de vie dont nous payons les conséquences par un manque de bien-être. Il est important de faire des pauses et de jouir d’un bon repos.

Arriver le premier ne signifie pas toujours arriver mieux.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 pratiques saines pour éviter les crises d’angoisse
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
6 pratiques saines pour éviter les crises d’angoisse

Adopter des habitudes saines peut aider à éviter les crises d'angoisse. Souffrez-vous de ce problème ? Découvrez 6 recommandations importantes.



  • Raone, M. F., & Zanassi, S. R. (2016). Antecedentes y revisión crítica del denominado” Ataque de pánico”. Perspectivas en Psicología: Revista de Psicología y Ciencias Afines13(2), 57-66.
  • Bados López, A. (2017). Trastorno de ansiedad generalizada: Naturaleza, evaluación y tratamiento (2017).
  • Orozco, W. N., & Baldares, M. J. V. (2012). Trastornos de ansiedad: revisión dirigida para atención primaria. Revista médica de costa rica y Centroamérica69(604), 497-507.