Avantages et utilisations de l'huile de bourrache

L'huile de bourrache peut traiter l'eczéma, améliorer la croissance des bébés prématurés et guérir les infections respiratoires. Découvrez les autres façons dont elle peut être bénéfique pour votre santé, ainsi que ses effets secondaires.
Avantages et utilisations de l'huile de bourrache

Dernière mise à jour : 05 août, 2021

La plante Borago officinalis mesure entre 60 et 100 centimètres de haut, et appartient à la famille des Boraginaceae. Bien qu’elle soit originaire du Liban, de la Syrie et de l’Égypte, la bourrache est cultivée, utilisée et consommée dans toute la région méditerranéenne, tant dans ses tiges et ses feuilles que dans son huile et son infusion.

L’huile, qui est fabriquée à partir des graines de la plante du même nom, est réputée apporter divers bienfaits et ses utilisations remontent à l’Antiquité. Aujourd’hui, elle est souvent utilisée en médecine populaire pour traiter les inflammations, l’acné, l’eczéma et même les douleurs mammaires et la ménopause. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur cet extrait.

À quoi sert l’huile de bourrache ?

Des gouttes d'huile essentielle.
L’huile de bourrache est couramment utilisée pour combattre les troubles de la peau.

L’huile de bourrache a un certain nombre d’utilisations dans la médecine traditionnelle. Elle est couramment utilisée pour combattre les troubles cutanés tels que l’acné, l’eczéma et la rosacée, car elle est riche en niacine ou vitamine B3, connue pour aider à maintenir une peau saine, ainsi que pour son action émolliente et tonifiante.

De même, c’est une source d’acide gamma-linolénique (GLA), lié à des effets positifs sur la pression sanguine, l’hypercholestérolémie et la régulation d’hormones telles que l’œstrogène.

En outre, il existe des preuves anecdotiques qu’il pourrait être utilisé dans le traitement d’autres affections telles que l’arthrite, la fatigue surrénale, le diabète, l’épilepsie et la sclérodermie, entre autres.

Composition et avantages potentiels

L’huile de bourrache est une source de composés actifs qui lui confèrent d’importants avantages pour la santé. Voici quelques-uns des composés et des avantages possibles que cette huile peut offrir.

1. Elle contient de l’acide linolénique

L’acide linoléique, également appelé acide gamma-linolénique ou GLA, est un acide gras essentiel de la série oméga-6 qui est converti par l’organisme en prostaglandine E1 (PGE1). Cette molécule fonctionne comme une hormone et réduit l’inflammation associée aux affections cutanées ainsi qu’aux problèmes cardiovasculaires.

L’huile de bourrache a attiré l’attention de beaucoup de personnes pour sa teneur en GLA, car on pense qu’elle a des niveaux plus élevés que toute autre huile fabriquée à partir de graines. Cependant, des recherches supplémentaires sont encore nécessaires.

2. Elle peut avoir des propriétés anti-inflammatoires

Selon une recherche publiée dans Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, prendre 1,8 gramme d’huile de bourrache ou 2,1 grammes d’huile de poisson par jour peut réduire les symptômes de la polyarthrite rhumatoïde.

L’étude a également montré que ces huiles pouvaient remplacer les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) chez certaines personnes, tout en évitant les effets secondaires associés à leur prise.

3. Elle pourrait traiter l’eczéma

Un examen des études utilisant l’huile de bourrache par voie topique a conclu qu’elle possède des propriétés antioxydantes et anti-inflammatoires qui peuvent être bénéfiques pour traiter l’eczéma ou la dermatite atopique.

Cependant, un autre examen des études dans lesquelles elle était utilisée par voie orale a révélé que l’huile de Borago officinalis n’avait aucun effet sur les personnes souffrant d’eczéma. On pense donc que la version topique pourrait être plus efficace pour traiter les troubles cutanés que la version orale.

4. Elle pourrait améliorer la croissance des bébés prématurés

Selon une étude publiée dans The Journal of Pediatrics, les bébés prématurés qui ont pris une formule complétée par de l’huile de bourrache et de l’huile de poisson ont montré une croissance et un développement supérieurs à ceux qui ont pris une formule standard.

5. Elle pourrait aider à soulager les infections respiratoires

Une étude portant sur 146 patients atteints du syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) a révélé que ceux qui ont reçu une alimentation par sonde comprenant de l’acide eicosapentaénoïque (EPA) et de l’acide linoléique (GLA) ont vu leur état s’améliorer et ont passé moins de temps aux soins intensifs que ceux qui suivaient un régime standard.

6. Elle a des propriétés antioxydantes

Il est scientifiquement prouvé que l’huile de Borago officinalis possède une activité antioxydante et antimutagène qui pourrait en fait inhiber la croissance des cellules cancéreuses.

Une étude en laboratoire suggère que l’huile de bourrache et l’AGL agissent tous deux comme des substances cytotoxiques, raccourcissant ainsi la vie des cellules nuisibles et prolongeant la vie de l’hôte. Cependant, des études supplémentaires sur ces effets sont encore nécessaires.

7. Elle réduirait l’accumulation de graisse et la prise de poids

Selon une étude publiée dans Comparative Biochemistry and Physiology, l’AGL présent dans l’huile de bourrache entraîne une accumulation de graisse corporelle moins importante qu’avec d’autres huiles végétales.

De même, l’accumulation provoquée par l’AGL est principalement constituée de graisse brune plutôt que de graisse blanche. Ceci est important, car les personnes minces ont tendance à avoir plus de graisse brune que celles qui sont obèses ou en surpoids.

De l'huile de bourrache.
L’huile de bourrache doit être consommée et appliquée sous surveillance médicale.

Contre-indications et effets secondaires

Les effets secondaires de l’huile de bourrache dépendent de la forme sous laquelle elle est consommée ou utilisée. Les suppléments, par exemple, peuvent provoquer des maux de tête, des ballonnements, des indigestions, des nausées et des vomissements.

En cas d’utilisation topique, il existe un risque de réaction allergique ou de symptômes tels que urticaire, éruption cutanée, gonflement, difficulté à respirer, fatigue soudaine, et autres. Dans ce cas, vous devez appeler votre médecin immédiatement.

Certains effets indésirables peuvent être moins fréquents et donc plus graves. Comme certaines formules d’huile de bourrache peuvent affecter le foie, elle n’est pas recommandée aux patients souffrant d’une maladie du foie ou prenant des médicaments liés à la santé du foie. Vous devez toujours consulter votre médecin avant de le prendre.

Il a également été documenté qu’une consommation excessive peut avoir des effets néfastes sur la santé. Il existe des preuves scientifiques qu’une femme a subi des crises d’épilepsie soudaines après avoir ingéré 1 500 à 3 000 milligrammes d’huile de bourrache par jour pendant une semaine.

Bien que ce cas ne signifie pas à lui seul que l’huile de bourrache orale provoque l’épilepsie, il est possible que ce soit le cas, c’est pourquoi il faut faire preuve de prudence dans sa consommation et son application.

Posologie de l’huile de bourrache et recommandations d’utilisation

Il n’existe pas de dosage spécifique pour prendre ou appliquer l’huile de bourrache. Cependant, une étude publiée dans le European Journal of Clinical Nutrition suggère que les femmes allaitantes peuvent prendre entre 230 et 460 milligrammes.

Parallèlement, une recherche publiée dans les Archives of Gerontology and Geriatrics a révélé qu’entre 360 et 720 milligrammes peuvent être efficaces pour traiter les affections cutanées chez les adultes de plus de 65 ans.

Toutefois, lorsque vous achetez des compléments oraux, veillez à suivre les instructions du fabricant et, bien sûr, à les prendre sous surveillance médicale. Si vous l’utilisez sur la peau, gardez à l’esprit qu’elle doit être diluée dans une huile de support ; mélangez jusqu’à 12 gouttes par once d’huile de support, qui peut être de l’huile de jojoba ou d’olive.

Quant à l’application, pensez à appliquer une fine couche sur la zone affectée deux fois par jour. Une autre option consiste à enduire l’intérieur d’un T-shirt d’huile et à le coller sur la peau ; ceci est particulièrement utile pour les zones telles que le dos.

L’huile de bourrache, un extrait aux bienfaits et usages variés

La bourrache ou Borago officinalis est une plante de la famille des Boraginaceae originaire de la région méditerranéenne. Son huile offre des avantages tels que le traitement de l’eczéma, le soulagement des symptômes des infections respiratoires et même la réduction de l’accumulation de graisse.

Cependant, il faut veiller à ne pas en ingérer des quantités excessives et éviter de l’utiliser si vous souffrez d’une maladie du foie ou si vous prenez des médicaments qui affectent le foie. Avant toute consommation ou utilisation, une consultation médicale est recommandée.

Cela pourrait vous intéresser ...
Toutes les huiles d’olive vierges sont-elles saines ?
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Toutes les huiles d’olive vierges sont-elles saines ?

Les huiles d'olive vierges ont de très nombreuses propriétés pour votre santé ! Découvrez comment bien choisir votre huile d'olive vierge !



  • Reed, G. W., Leung, K., Rossetti, R. G., Vanbuskirk, S., Sharp, J. T., & Zurier, R. B. (2014). Treatment of rheumatoid arthritis with marine and botanical oils: an 18-month, randomized, and double-blind trial. Evidence-based complementary and alternative medicine : eCAM, 2014, 857456. https://doi.org/10.1155/2014/857456
  • Lin, T. K., Zhong, L., & Santiago, J. L. (2017). Anti-Inflammatory and Skin Barrier Repair Effects of Topical Application of Some Plant Oils. International journal of molecular sciences, 19(1), 70. https://doi.org/10.3390/ijms19010070
  • Bamford, J. T., Ray, S., Musekiwa, A., van Gool, C., Humphreys, R., & Ernst, E. (2013). Oral evening primrose oil and borage oil for eczema. The Cochrane database of systematic reviews, (4), CD004416. https://doi.org/10.1002/14651858.CD004416.pub2
  • Fewtrell, M. S., Abbott, R. A., Kennedy, K., Singhal, A., Morley, R., Caine, E., Jamieson, C., Cockburn, F., & Lucas, A. (2004). Randomized, double-blind trial of long-chain polyunsaturated fatty acid supplementation with fish oil and borage oil in preterm infants. The Journal of pediatrics, 144(4), 471–479. https://doi.org/10.1016/j.jpeds.2004.01.034
  • Nelson, J., DeMichele, S., Pacht, E. and Wennberg, A. (2003), Effect of enteral feeding with eicosapentaenoic acid, gamma‐linolenic acid, and antioxidants on antioxidant status in patients with acute respiratory distress syndrome. JPEN J Parenter Enteral Nutr, 27: 98-104. https://doi.org/10.1177/014860710302700298
  • Tasset-Cuevas, I., Fernández-Bedmar, Z., Lozano-Baena, M. D., Campos-Sánchez, J., de Haro-Bailón, A., Muñoz-Serrano, A., & Alonso-Moraga, A. (2013). Protective effect of borage seed oil and gamma linolenic acid on DNA: in vivo and in vitro studies. PloS one, 8(2), e56986. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0056986
  • Takahashi, Y., Ide, T., & Fujita, H. (2000). Dietary gamma-linolenic acid in the form of borage oil causes less body fat accumulation accompanying an increase in uncoupling protein 1 mRNA level in brown adipose tissue. Comparative biochemistry and physiology. Part B, Biochemistry & molecular biology, 127(2), 213–222. https://doi.org/10.1016/s0305-0491(00)00254-6
  • Al-Khamees, W. A., Schwartz, M. D., Alrashdi, S., Algren, A. D., & Morgan, B. W. (2011). Status epilepticus associated with borage oil ingestion. Journal of medical toxicology : official journal of the American College of Medical Toxicology, 7(2), 154–157. https://doi.org/10.1007/s13181-011-0135-9
  • Thijs, C., Houwelingen, A., Poorterman, I., Mordant, A., & van den Brandt, P. (2000). Essential fatty acids in breast milk of atopic mothers: comparison with non-atopic mothers, and effect of borage oil supplementation. European journal of clinical nutrition, 54(3), 234–238. https://doi.org/10.1038/sj.ejcn.1600926
  • Brosche, T., & Platt, D. (2000). Effect of borage oil consumption on fatty acid metabolism, transepidermal water loss and skin parameters in elderly people. Archives of gerontology and geriatrics, 30(2), 139–150. https://doi.org/10.1016/s0167-4943(00)00046-7