Bibliothérapie : caractéristiques et bénéfices

29 décembre 2020
La bibliothérapie était déjà connue dans la Grèce antique, où les bibliothèques étaient des « lieux de guérison de l'âme ».

La caractéristique la plus importante de la bibliothérapie est l’utilisation de livres, de matériel de lecture et d’outils didactiques comme ressources thérapeutiques pour aider les patients de la sphère émotionnelle et psychologique à mieux connaître leur maladie, ce qui aide à leur guérison.

Dans un monde dominé par l’audiovisuel, où les enfants, les jeunes et les moins jeunes sont continuellement bombardés par ces médias, il n’y a rien d’étrange à ce que les troubles de la sphère mentale et émotionnelle soient de plus en plus fréquents.

L’audiovisuel n’a pas besoin de notre compréhension. On nous présente une scène complète du début à la fin et l’intervention de notre conscience est minime, voire même parfois nulle. La lecture, elle, nécessite une compréhension et une réflexion, et ses messages ont une plus grande profondeur.

La mise en place de la bibliothérapie en tant que ressource thérapeutique implique les professionnels de la santé mentale, les généralistes, les bibliothécaires, les associations et les patients eux-mêmes. Son grand défi est la sélection de textes par tranches d’âge et de pathologies.

Une femme à la bibliothèque.

Histoire de la bibliothérapie

Même si elle nous semble très actuelle et novatrice, la bibliothérapie existait déjà dans la Grèce antique. Les bibliothèques se définissaient alors comme des « lieux de guérison de l’âme ». On recommandait également aux soldats blessés de la Seconde Guerre mondiale de lire pendant leur récupération.

La bibliothérapie a été introduite aux Etats-Unis dans les années 1930 avec des titres aussi suggestifs que « La prescription de Littérature ». Au cours des décennies suivantes, de plus en plus de livres faisant référence à cette spécialité sont apparus.

Au début, la bibliothérapie s’utilisait en tant que matériel didactique pour que le patient puisse avoir une connaissance plus poussée de sa maladie. À partir des années 90, avec l’apparition de la médecine et de la psychologie basées sur des évidences, on a commencé à l’utiliser à des fins thérapeutiques.

Ceci peut vous intéresser : Comment susciter l’intérêt d’un enfant pour la lecture

Une femme qui lit.

Le Royaume-Uni est la référence mondiale en matière de prescription de livres à travers tout le système sanitaire et bibliothécaire. Ce pays continue actuellement à développer de nouvelles initiatives.

On peut ici citer un livre très populaire de Lou Marinoff, Platon, pas Prozac ! qui, en 2000, recommandait l’utilisation de la philosophie pour mieux comprendre notre monde intérieur.

Caractéristiques de la thérapie avec des livres

  • Elle a démontré son utilité dans le traitement des maladies de la sphère émotionnelle ou psychologique.
  • On peut l’utiliser comme seul traitement dans des cas légers, avec la surveillance adéquate, ou en tant que complément des médicaments et de la psychothérapie dans d’autres processus.
  • Elle peut se faire à l’hôpital ou dans d’autres espaces sanitaires. Elle peut aussi compter sur le soutien de bibliothèques publiques et de centres éducatifs.
  • Les textes et matériaux doivent être sélectionnés avec soin et liés aux différents âges et pathologies.
Des livres de psychologie pour la bibliothérapie.

  • Beaucoup des matériaux existant sont destinés à réduire le taux de stress et sa responsabilité dans l’anxiété et la dépression.
  • Elle se sert de facteurs émotionnels avec des messages positifs pour aider le patient à résoudre ses conflits et retrouver un bien-être.
  • Elle cherche à apporter des pensées positives au quotidien du patient atteint de troubles de la sphère mentale ou émotionnelle.
  • L’objectif est que la lecture devienne un moyen de modifier la façon de penser du patient et contribue à l’amélioration de son état.

Découvrez aussi : Comment encourager les enfants à aimer les livres ?

Bénéfices de la bibliothérapie

  • La lecture active plusieurs aires du cerveau, comme les aires de Broca, de Werniche et le cortex cingulaire. Ces aires cérébrales s’activent selon l’activité développée dans la lecture. C’est pour cela que certains sportifs se servent de leur imagination pour entraîner leurs muscles.
  • La lecture favorise l’empathie et la résilience.
  • Elle augmente le vocabulaire et améliore la communication.
  • Elle stimule l’apprentissage et la curiosité, augmente la réserve cognitive et retarde les symptômes des maladies neurodégénératives comme la démence et Alzheimer.
  • La bibliothérapie réduit les niveaux de stress. On pense que cela est dû au fait que l’esprit reste concentré sur la lecture : ce serait une sorte de méditation.
  • Elle favorise le repos et le sommeil, en activant les mécanismes du sommeil nocturne dans le cerveau. Il s’agit d’un bon remède pour l’insomnie.
  • Elle diminue la sensation de solitude en faisant plonger le lecteur dans l’histoire et en interagissant avec.
  • Elle apporte une connaissance, une sagesse et une liberté de choix au lecteur. Ceci influe sur son estime de soi et sur son sentiment de sécurité dans la vie.

Car tout est dans les livres. C’est là que l’on retrouve la connaissance, l’aventure, le voyage, l’intrigue, l’histoire, l’amour et, en plus, la possibilité de guérir des maladies de la sphère mentale et émotionnelle. Alors, bonne lecture !

  • Alonso, A. (2008). Biblioterapia y desarrollo personal. La Habana, Cuba: Editorial Ciencias Médicas.
  • Bry, I. (1942). Medical aspect of literature. A bibliographical outline. Bulletin of the Medical Library Association; 30, 252-266.
  • Gamboa, S. (2000). Nuevo rol para el profesional de la biblioteca del futuro. Biblios; 2(6), 1-9.
  • Núñez, M. (1994). Biblioterapia: cuentos infantiles terapéuticos. La Habana, Cuba: Editorial Científico Técnica.
  • Miñarro, L. (2000). Bibliotecas para pacientes. Recomendaciones de la IFLA. Métodos de Información; 7(37), 54-68.
  • Alzheimers Association. (2016). Información Básica Sobre la Enfermedad de Alzheimer. Recuperado de: https://www. alz. org/national/documents/sp_brochure_basicsofalz. pdf.
  • Marinoff, L. (2017). Más Platón y menos prozac. B de Books.
  • Berrospi Bocanegra Sonia, C. M. M., Cóndor Bernal Melany, D. S. Y., & Vargas Rodríguez Karyn, V. C. C. (2018). Fases y beneficios de la Lectura.