Binge drinking : quelles sont ses conséquences ?

Même si cela est occasionnel, lorsque nous buvons excessivement lors d'une fête ou d'une réunion, notre santé peut en être affectée. Découvrez ici les effets de la consommation excessive d'alcool.
Binge drinking : quelles sont ses conséquences ?

Dernière mise à jour : 22 septembre, 2022

Boire trop d’alcool peut avoir des conséquences sur la santé. Mais cela s’intensifie lorsque les gens se livrent à ce que l’on appelle le binge drinking, qui renvoie à une consommation excessive d’alcool.

De manière générale, on considère que cette pratique peut affecter à court, moyen et long terme, du point de vue physique et mental. De plus, le système nerveux est altéré et produit à la fois un effet inhibiteur et un manque de coordination, augmentant ainsi les comportements à risque et la probabilité de subir des blessures et des accidents.

Le binge drinking, qu’est-ce que c’est ?

On pourrait penser que les problèmes liés à l’alcoolisme sont plus typiques des personnes qui boivent régulièrement. Cependant, le trouble ne réside pas seulement dans la fréquence, mais aussi dans la quantité consommée en une seule fois.

Le binge drinking est une pratique qui consiste à consommer de grandes quantités d’alcool en peu de temps. Le terme binge désigne des activités qui sont faites de manière extrême.

L’objectif recherché est une ivresse rapide ou des effets intenses. La personne peut alors ingérer 4 et jusqu’à 5 verres en 2 heures.

Si la réunion sociale dure en moyenne 6 heures, elle boit une moyenne de 20 verres. Un niveau élevé d’intoxication est ainsi atteint (avec un taux d’alcool d’au moins 0,8 g/l).

Cette pratique est plus fréquente chez les hommes âgé entre entre 20 et 40 ans. Selon une étude réalisée à la polyclinique José Ramón León Acosta de Santa Clara (Cuba), 70%  des patients admis pour des problèmes liés à la consommation d’alcool se situaient dans cette tranche d’âge.

Consommation excessive d'alcool lors d'une réunion sociale.
La consommation excessive d’alcool est plus fréquente dans les contextes sociaux qui favorisent la consommation de boissons.



Les conséquences de la consommation excessive d’alcool

Le binge drinking peut être très dangereux à court et à long terme, tant pour la personne que pour son entourage. Voyons quelles sont ses conséquences.

Effets à court terme

En plus des étourdissements et des vomissements, boire de manière excessive peut également provoquer des pertes de connaissance. Et le lendemain, bien sûr, la personne a des symptômes d’une gueule de bois, mais beaucoup plus forts.

Agressions et comportement criminel

L’alcool nous désinhibe. Si la consommation est excessive, nous pouvons facilement « perdre la tête » et adopter des comportements à risques. Par exemple : l’exhibitionnisme ou encore les rapports sexuels non protégés et avec des inconnus. Les chances d’agresser quelqu’un et de commettre des crimes et des abus augmentent aussi.

Risque accru d’accidents

Sous l’influence de l’alcool, nous perdons notre coordination ; nos membres ne répondent pas ou n’obéissent pas au cerveau. Il existe alors un risque accru de traumatisme.

Les accidents de voiture sont alors courants. Selon des recherches, les chances de mourir d’un accident de la circulation sont environ 13 fois plus élevées lorsqu’il y a une forte concentration d’alcool dans le sang.

Arrêt respiratoire

Dans certains cas, la personne peut se sentir nauséeuse. Mais en raison de sa position, elle ne pourra pas expulser le contenu de l’estomac. Le vomi pourrait alors obstruer les voies respiratoires, entraînant un arrêt cérébral et la mort.

Coma éthylique

Lorsqu’il y a des niveaux élevés d’alcool dans le sang (supérieurs à 3 grammes par litre), une diminution des capacités respiratoires et cardiaques peut survenir, déclenchant un coma éthylique, pouvant entraîner la mort par suffocation.

Augmentation des risques de dépendance

La consommation excessive d’alcool est souvent l’étape définitive du développement de la dépendance à l’alcool, car la difficulté à contrôler la consommation est évidente. D’autres conséquences chroniques font leur apparition.



Troubles hépatiques

À long terme, la consommation fréquente de fortes doses d’alcool augmente les risques de maladie du foie, de cirrhose et de stéatose hépatique.

Cardiopathie

Plusieurs études ont établi que la consommation excessive d’alcool augmente le risque de développer une maladie cardiovasculaire chez les personnes d’âge moyen (45 ans ou plus). Cette relation n’est pas si nette chez les plus jeunes.

La conclusion à laquelle sont parvenus les chercheurs est que la consommation excessive d’alcool affecte non seulement la prévalence de diverses maladies chroniques, mais qu’il y a plus de chances qu’elles s’aggravent si elles étaient déjà présentes.

Fonctions exécutives

Les conséquences sont également évidentes dans les capacités cognitives. À cet égard, dans une enquête auprès d’étudiants universitaires, il a été constaté que ceux qui consommaient de l’alcool de manière excessive avaient de moins bons résultats aux tâches intellectuelles. Les scores étaient d’autant plus faibles que la consommation avait commencé jeune.

Risque de démence

Dans une étude portant sur 131 415 adultes, les gros buveurs présentaient un risque de démence 1,2 fois plus élevé.

Trouble cognitif chez un jeune en raison d'une consommation excessive d'alcool.
Les adultes d’âge moyen peuvent connaître un déclin cognitif accéléré s’ils consomment de l’alcool.

Problèmes sociaux et affectifs

En plus des conséquences susmentionnées, les troubles dépressifs, l’anxiété, l’irascibilité et les troubles du sommeil sont fréquents chez les personnes qui boivent de l’alcool de manière abusive et fréquente. Ces personnes adoptent également des comportements conflictuels avec les personnes qui les entourent.

Autres conséquences

Selon une étude menée en Espagne, l’alcoolisme est l’une des principales causes d’invalidité. Il affecte également la structure familiale (famille dysfonctionnelle) et entraîne des répercussions économiques et professionnelles.

Le binge drinking n’est pas anodin

Les conséquences du binge drinking sont diverses. Toutes sont négatives. Il est donc important de travailler à sensibiliser les jeunes à ce problème.

Il faut démystifier les fausses croyances selon lesquelles si la consommation est occasionnelle, elle n’est pas nocive. Au contraire, elle peut y être pour beaucoup.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment l’alcool influence-t-il les maladies digestives ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment l’alcool influence-t-il les maladies digestives ?

L'alcool peut aggraver le pronostic des maladies digestives et augmenter les symptômes même s'il est consommé à des doses minimes.



  • Athyros V, Liberopoulos E, Mikhailidis D, et al. Association of Drinking Pattern and Alcohol Beverage Type With the Prevalence of Metabolic Syndrome, Diabetes, Coronary Heart Disease, Stroke, and Peripheral Arterial Disease in a Mediterranean Cohort. Angiology. 2007; 58(6):689-697.
  • Catalá-López F, Génova-Maleras R, Álvarez-Martín E, et al. Carga de enfermedad en adolescentes y jóvenes en España. Revista de Psiquiatría y Salud Mental. 2013; 6: 80-85.
  • Ferrat C, Fernández E, González G, et al. Caracterización de las personas consumidoras de bebidas alcohólicas. Acta Med Cent. 2019; 13(4):523-531.
  • Kivimäki M, Singh-Manoux A, David Batty G, et al. Association of alcohol-induced loss of consciousness and overall alcohol consumption with risk for dementia. JAMA Netw Open. 2020; 3(9):e2016084.
  • Ministerio de Sanidad de España. Líneas de actuación en el ámbito de la prevención del consumo de alcohol. Comisión de Salud Pública: 2021.
  • Salas-Gómez D, Fernández-Gorgojo M,  Pozueta A.  Binge drinking in young university students is associated with alterations in executive functions related to their starting age. Plos One. 2016. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0166834
  • Sánchez Sánchez A, Redondo Martín S, García Vicario M, Velázquez Miranda A.. Episodios de urgencia hospitalaria relacionados con el consumo de alcohol en personas de entre 10 y 30 años de edad en Castilla y León durante el período 2003-2010. Rev Esp Salud Pública. 2012; 86: 409-417.
  • Sarasa-Renedo A, Sordo L, Molist G, Hoyos J, Guitart A, Barrio G. Principales daños sanitarios y sociales relacionados con el consumo de alcohol. Rev. Esp. Salud Pública. 2014; 88(4): 469-491.