Blocage mental ou émotionnel : causes et stratégies pour y faire face

Un blocage mental et émotionnel nous plonge dans un cercle vicieux dans lequel nous répétons sans cesse le même problème. Comment y faire face ?
Blocage mental ou émotionnel : causes et stratégies pour y faire face

Dernière mise à jour : 20 juin, 2022

Sans désir, sans force, à l’arrêt, immobile… Telles sont quelques-unes des sensations que les personnes évoquent lorsqu’elles traversent un blocage mental et émotionnel. C’est un phénomène dans lequel des mécanismes de défense se mettent en place pour éviter de révéler ce qui nous fait souffrir ou ce qui nous déplaît. De quoi s’agit-il ?

Blocage mental ou émotionnel : qu’est-ce que c’est et quelles en sont les causes ?

Si nous devions penser à une façon simple de penser au blocage mental et émotionnel, nous pourrions faire appel à la métaphore d’une impasse : la personne se sent prise au piège dans un labyrinthe. En d’autres termes, peu importe à quel point vous essayez de trouver une solution, vous ne pouvez pas visualiser une situation différente.

Il s’agit de ce sentiment d’immobilité dans lequel il nous est impossible de trouver une réponse. Ce sentiment va de paire avec le déni ou l’évitement des expériences qui nous déplaisent. Et tenir ces expériences “à distance” demande une énorme quantité d’énergie.

Souvent, une pensée négative déclenche une certaine émotion en nous et nous empêche d’agir. Et une certaine peur — basée sur une expérience antérieure — peut alimenter de manière récurrente ladite pensée.

Par exemple, les biais cognitifs nous amènent à interpréter la réalité dans une certaine direction, en mettant l’accent sur certains aspects et en écartant d’autres. Cette situation cause anxiété, angoisse et blocage, puisqu’elle nous donne l’impression que nous n’avons pas les ressources pour faire face à cette situation.

Une autre conséquence du fait de ne pas entrer en contact avec nos émotions est la suradaptation. C’est-à-dire que nous faisons de grands efforts pour prétendre que tout va bien, ce qui nous amène à fonctionner “en apparence”. Or, au fond, ces émotions et tout ce qui n’est pas traité se feront un chemin pour être révélés au grand jour.

De nombreuses maladies, telles que la dépression et les troubles anxieux, découlent de ce manque de contact avec les émotions. Par exemple, on connaît bien l’effet de la somatisation de certains malaises accompagnée de l’impossibilité de les exprimer de manière plus saine.

Blocage mental ou émotionnel : qu'est-ce que c'est et quelles en sont les causes ?
Les blocages mentaux peuvent se manifester par de l’anxiété, des pensées négatives ou de l’angoisse.



Les causes du blocage mental

Il existe une grande variété de facteurs qui influencent le blocage mental. En soi, cela dépend des circonstances, de la personne, de ses expériences antérieures, entre autres. L’un des plus fréquents est le burn-out, qui est une situation extrême d’épuisement mental et physique.

La tête est à un tel point de fatigue qu’elle reconnaît qu’elle est fatiguée, mais se sent incapable de penser à quoi faire pour sortir de la situation. Cette situation conduit à encore plus de frustration, d’impuissance et de colère.

Les émotions jouent également un rôle important. Le blocage mental et émotionnel vont de pair, car il existe une difficulté à reconnaître et à gérer les émotions. Il apparaît comme un mécanisme de défense.

Vivre une expérience traumatisante, sans pouvoir la traiter, peut conduire à un blocage. Nous évitons ainsi de reproduire une situation complexe et de la revivre. Cependant, la laisser « en suspens » ne résoudra rien.



Comment faire face à un blocage mental ou émotionnel ?

Voici quelques recommandations pour faire face à un blocage mental et émotionnel :

  • Interrogez-vous sur vos besoins. De quoi ai-je besoin pour me sentir mieux ? Que dois-je changer pour me sentir différemment ? Parfois, nous ne savons pas exactement ce que nous pouvons faire, mais ce que nous devons changer.
  • Parlez à d’autres personnes. Parfois, “faire ressortir” un problème ou une question nous permet d’entendre le point de vue des autres et facilite la manifestation d’idées ou de sentiments différents.
  • Permettez-vous de ressentir. Nous avons été éduqués aux “bonnes manières”, comme si pleurer, se fâcher ou être déçu n’étaient pas des états émotionnels valables. Il est important de s’autoriser à penser à soi et à exprimer aux autres ce que nous ressentons et comment leurs actions nous affectent. En faisant preuve d’affirmation de soi et de respect, nous prenons non seulement soin de nous-mêmes, mais aussi de la relation avec les autres.
  • Faites de l’exercice. Ce type d’activité nous aide à nous débloquer, car pendant que nous la pratiquons, nous produisons différents types d’hormones associées au bien-être et au plaisir.
  • Connectez-vous à vos plaisirs. Profitez des moments dans lesquels vous ne pensez qu’à “l’ici et maintenant“, en vous déconnectant des soucis du futur.
  • Demandez une aide thérapeutique. Les blocages mentaux et émotionnels doivent souvent être confrontés à des outils plus élaborés et professionnels que ceux que nous pouvons mettre en œuvre spontanément.
Consultation psychologique.
Une consultation psychologique est nécessaire lorsque les blocages mentaux deviennent récurrents et interrompent les activités quotidiennes.

Percevoir le signal de malaise comme une opportunité

Face à un blocage, nous pouvons avoir le sentiment qu’il n’y a pas grand-chose à faire. Cependant, cela peut aussi être vu comme une opportunité de comprendre les signaux que transmettent les émotions.

Nous vivons des blocages lorsque nous ignorons ce que nous ressentons. Reconnaître, accepter et gérer les émotions nous permettra de nous approprier, de retrouver notre souveraineté. Dès lors, cette “stagnation” peut devenir une opportunité pour réaliser le mouvement inverse.

Cela pourrait vous intéresser ...
9 façons d’améliorer vos capacités mentales
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
9 façons d’améliorer vos capacités mentales

Les capacités mentales ne sont une affaire de chance, mais de pratique. Découvrez ici ce que vous pouvez faire pour améliorer vos capacités mentale...



    • Alonso-Fernández, Francisco. (2011). La alexitimia y su trascendencia clínica y social. Salud mental34(6), 481-490. Recuperado en 14 de junio de 2022, de http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0185-33252011000600002&lng=es&tlng=es.
    • Concha, D., Ramírez, M. Á. B., Cuadra, I. G., Rovira, D. P., & Rodríguez, A. F. (2012). Sesgos cognitivos y su relación con el bienestar subjetivo. Salud & Sociedad3(2), 115-129.
    • Concha, D., Bilbao Ramírez, M. Ángeles, Gallardo Cuadra, I., Páez Rovira, D., & Fresno Rodríguez, A. (2016). Sesgos cognitivos y su relación con el bienestar subjetivo. Salud & Sociedad3(2), 115-129. https://doi.org/10.22199/S07187475.2012.0002.00001