Ce qu'il arrive à votre corps lorsque vous arrêtez de manger pendant plusieurs jours

Arrêter de manger peut avoir plusieurs conséquences pour l'organisme, il est donc essentiel d'apprendre à maintenir de bonnes habitudes alimentaires au quotidien.
Ce qu'il arrive à votre corps lorsque vous arrêtez de manger pendant plusieurs jours

Dernière mise à jour : 19 décembre, 2021

De nombreuses personnes, dans leur quête pour perdre du poids, ont recours à des régimes amincissants et à d’autres mesures extrêmes comme arrêter de manger. Et même si elles savent que ne pas manger affectera leur santé, elles tentent l’expérience, quelles qu’en soient les conséquences.

Non seulement des complications vont survenir, car le corps a besoin de nourriture, mais le résultat peut être fatal. C’est une chose de réduire la quantité de nourriture pour atteindre un indice de masse corporelle sain, c’en est une autre de ne presque rien manger pour afficher une apparence qui ne correspond pas à la réalité du corps.

Ce n’est un secret pour personne que l’obésité est un problème de santé publique mondial qu’il faut combattre. Cependant, pour perdre du poids, il est préférable de suivre les instructions d’un spécialiste. Ce professionnel saura proposer des solutions adaptées, sans mettre la santé en danger.

Arrêter de manger n’est jamais une bonne idée. Découvrez ci-dessous quelles sont les conséquences pour votre corps lorsque vous arrêtez de manger pendant une longue période.

La mode de ne pas manger

Actuellement, de nombreuses personnes se sentent sous pression et cherchent désespérément à modifier leur apparence afin de s’adapter au concept de beauté socialement accepté. En général, ce concept est étroitement lié au fait d’avoir un corps aussi mince que possible.

Ne mangez pas de nourriture.

Au lieu d’aller chez le médecin ou le nutritionniste, les personnes recherchent souvent des solutions auprès de sources peu ou pas fiables et finissent par adopter une formule dite miracle. Pire que tout, ces formules ne sont pas du tout réalistes, encore moins saines. Malheureusement, l’idée d’arrêter de manger pendant plusieurs jours est devenue à la mode pour perdre du poids en peu de temps.

En effet, ne pas manger pendant plusieurs jours vous aidera à perdre du poids, mais cela apportera également plusieurs problèmes à l’organisme. De plus, il est à noter que lorsque la personne se remet à manger, elle prendra aussitôt le poids perdu, car l’organisme stockera tout pour faire des réserves.

Si vous arrêtez de manger, l’hypothalamus cherchera à équilibrer

L’hypothalamus est une glande endocrine située à la base du cerveau et l’une de ses fonctions est de réguler l’équilibre énergétique. Elle contrôle donc la faim et la satiété. En fonction de l’énergie dont votre corps a besoin, il activera les mécanismes nécessaires pour satisfaire le besoin, et ce, à court et à long terme.

Ainsi, si vous ne mangez pas pendant une journée, l’hypothalamus va puiser dans les réserves d’énergie pour combler le manque. Jeûner pourrait déclencher des troubles neurologiques plutôt que métaboliques, et des troubles sous-jacents qui pourraient déclencher l’obésité ou l’anorexie.

Les processus biochimiques qui s’enclenchent lorsque vous arrêtez de manger

Ne pas s’alimenter déclenche progressivement une série de processus organiques nocifs pour la santé auxquels il convient de prêter attention. Voyons cela plus en détail.

Les six premières heures

Le glucose est le principal carburant dont se nourrissent les cellules et il est obtenu grâce aux glucides. En particulier, le cerveau a besoin d’un quart du glucose disponible pour l’organisme, et le reste est utilisé par les tissus musculaires et les globules rouges.

Lorsque vous ne mangez pas, vous arrêtez de fournir des glucides qui se transforment en glucose. Par conséquent, vous ne fournissons pas l’énergie dont votre corps a besoin.

Cependant, jusqu’à six heures après ne pas avoir mangé, le corps fonctionne normalement. Et ce, car il prend le glycogène stocké et le convertit en glucose, alimentant ainsi le cerveau et certaines cellules.

La septième heure sans manger

Nous avons sûrement tous vécu la septième heure sans manger. A partir de ce moment, la source de glycogène commence à s’épuiser. Son effet visible est la mauvaise humeur.

Mauvaise humeur.

De 7 à 72 heures sans manger

Comme le glycogène ne suffit pas, le corps commence à rechercher d’autres éléments qu’il peut convertir en glucose. Le corps décompose les graisses, où il trouve des acides gras à longue chaîne qui contiennent suffisamment de glucose. Cependant, en raison de leur épaisseur, ils ne peuvent pas atteindre le cerveau, bien qu’ils soient utiles pour les tissus et le sang.

Pour cette raison, le cerveau utilise des acides gras à chaîne courte, même s’ils ne peuvent pas couvrir plus de 75 % des besoins énergétiques du cerveau. En conséquence, vous commencerez à ressentir une aggravation des fonctions cognitives, telles que des problèmes de concentration, de mémoire et vous n’aurez pas la même capacité de réaction.

Du troisième au septième jour

Dès le troisième jour, le cerveau s’adapte à son fonctionnement en métabolisant les corps cétoniques en vue d’économiser les protéines. Dans ces circonstances, le corps entame le processus de dégradation des protéines. De cette façon, des acides aminés sont obtenus à partir desquels suffisamment de glucose est extrait pour nourrir le cerveau.

Bien que cela puisse sembler positif, en réalité le corps se nourrit de sa propre masse musculaire. Chez les femmes, ce processus provoque l’altération de leur cycle menstruel, car le corps essaie de minimiser les dépenses énergétiques. En outre, cela entraîne une perte de densité osseuse et une diminution de la libido.

Entre 1 et 2 semaines

Pendant cette période, le corps continue de décomposer les protéines pour se nourrir, un processus au cours duquel il endommage les organes et l’ensemble du système immunitaire. Avec cette situation, la probabilité de souffrir d’une maladie augmente.

Femme extrêmement mince.

De trois semaines à 70 jours

Dans certains cas, vous pouvez survivre plus de trois semaines et jusqu’à soixante-dix jours sans manger. Cela dépendra de la quantité de graisse stockée, ainsi que de l’eau consommée.

Cependant, dans les deux cas, le corps continuera à se consommer jusqu’à ce qu’il meure. Par conséquent, il est essentiel de maintenir une alimentation adéquate.

N’arrêtez pas de manger, sollicitez l’aide d’un professionnel

Si vous souhaitez perdre du poids, il est préférable de demander l’avis d’un professionnel (médecin ou nutritionniste) qui préparera un plan adapté à vos besoins. Vous changerez ainsi votre apparence, sans perdre la santé et sans mourir de faim.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelles sont les conséquences de ne pas manger pendant plusieurs heures ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quelles sont les conséquences de ne pas manger pendant plusieurs heures ?

Ne pas manger pendant plusieurs heures a des répercussions sur le métabolisme et les réserves énergétiques. Bien que parfois il attire des avantage...



  • Martín Peña G., Paredes de Dios N. ”Sobre la atrofia de los órganos durante la inanición”. Nutr. Hosp. 22( 1 ): 112-123. 2007. [En línea] Disponible en: http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0212-16112007000100014&lng=es
  • Méndez, J. P., Vázquez-Velazquez, V., & García-García, E. (2008). Los trastornos de la conducta alimentaria. Boletín Médico del hospital infantil de México, 65(6), 579-592. Disponible en: http://www.scielo.org.mx/scielo.php?pid=S1665-11462008000600014&script=sci_arttext
  • Quispe, L. E. C. (2016). Fisiología del apetito y el hambre. Enfermería Investiga, 1(3 Sep), 117-124. Disponible en: https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=&ved=2ahUKEwii0rWA3en0AhUzRzABHSugClsQFnoECAMQAQ&url=https%3A%2F%2Fdialnet.unirioja.es%2Fdescarga%2Farticulo%2F6194254.pdf&usg=AOvVaw1bmvEPv0L_BMoiooOK82pn
  • Sawaya, A. ”Malnutrition: long-term consequences and nutritional recovery effects”. Estudos Avancados 20 (58): 147-158. 2006. [Online] Avaiable at: http://www.scielo.br/pdf/ea/v20n58/en_14.pdf