Chirurgie orthognathique : en quoi consiste-t-elle ?

La chirurgie orthognatique est une solution pour ceux qui ont des malformations ou des anomalies au niveau de la mâchoire, du maxillaire ou des deux. C'est une procédure sûre qui a une période postopératoire exigeantes.
Chirurgie orthognathique : en quoi consiste-t-elle ?

Dernière mise à jour : 20 août, 2021

La chirurgie orthognathique est une intervention dentaire qui est effectuée pour corriger les désharmonies ou les déformations dentofaciales. Bien qu’elles ne soient souvent pas détectables à l’œil nu, ces anomalies modifient la structure faciale d’une personne.

On estime qu’environ 5 % de la population mondiale présente un certain type d’anomalie dentaire, ou de la mâchoire. Cela affecte non seulement l’esthétique, mais peut également compromettre la mastication, la déglutition, la respiration et la parole.

Qu’est-ce que la chirurgie orthognathique ?

Principe de la chirurgie orthognathique.
La chirurgie orthographique corrige les déformations dentaires.

La chirurgie orthognathique est une intervention chirurgicale qui est effectuée pour corriger la position de la mâchoire. Lorsqu’elle est anormale, elle provoque des problèmes fonctionnels tels que la malocclusion, l’apnée du sommeil, les troubles digestifs et de diction.

Ce type de chirurgie permet de résoudre les anomalies squelettiques (des os du visage) ainsi que des asymétries correctes. Il permet également de réparer les lésions faciales ou les malformations congénitales dans cette région.

L’intervention doit être effectuée par un chirurgien maxillo-faciale. Il s’agit d’un long processus préparatoire de 12 à 18 mois pour aligner les dents sur les supports. Pendant cette période, plusieurs tests de radiographie et d’imagerie 3D doivent être effectués pour identifier les changements dans la structure maxillo-faciale.

La chirurgie orthognathique est effectuée sous anesthésie générale et nécessite un séjour à l’hôpital de deux à quatre jours. Au cours de l’intervention, des coupes sont effectuées dans les os, puis fixées dans une nouvelle position par des plaques, des élastiques, des vis et des éléments similaires.

Types de chirurgie orthognathique

Il existe trois types de chirurgie orthognathique : de la mâchoire, des dents et de la mâchoire et des dents en même temps, également appelée maxilomandibulaire ou bimaxillaire. Voyons en quoi consiste chacun d’eux.

Chirurgie orthognathique de la mâchoire

La chirurgie orthognathique de la mâchoire est effectuée pour placer la mâchoire dans la bonne position. L’objectif est de retrouver l’harmonie faciale et, surtout, la fonctionnalité de cet os qui est essentiel à la mastication, à la respiration et à la parole.

La chirurgie comprend une coupure de l’os de la mâchoire. Cette procédure s’appelle Le Fort I Ostéotomie. Il permet d’allonger, de raccourcir, de rétracter, d’avancer ou de faire pivoter la mâchoire. Une fois qu’il est atteint qu’il est dans la bonne position, il est fixé par des plaques de titane. La chirurgie orthognathique de la mâchoire dure environ 40 minutes.

Chirurgie orthognathique de la mâchoire

Cette chirurgie est effectuée pour faire avancer ou rétracter la mâchoire. Cependant, dans ce dernier cas, il y a un risque de rétrécissement des voies respiratoires, de sorte qu’il est rarement pratiqué. La progression mandibulaire, en revanche, n’a pas de risques majeurs.

Habituellement, la chirurgie orthognathique mandibulaire est effectuée lorsqu’une personne a une petite mâchoire rétractée. Cette affection est connue sous le nom de rétrognathie ou classe II et est souvent associée à l’apnée du sommeil.

Pendant la chirurgie, une coupe est effectuée de chaque côté de l’os de la mâchoire. Cette procédure est appelée ostéotomie sagittale bilatérale. L’os est avancé et fixé dans sa nouvelle position par des plaques de titane. Le temps de travail est d’environ 30 minutes.

Chirurgie orthognathique maxillomandibulaire

La chirurgie orthognathique maxillomandibulaire est la plus fréquente. Elle est effectué pour repositionner à la fois la mâchoire et les dents. L’objectif est d’obtenir une occlusion correcte et d’assurer également une plus grande harmonie faciale.

On l’indique pour traiter des malformations telles que la classe II, la classe III, la morsure ouverte ou l’asymétrie faciale, entre autres. Au cours de l’intervention, on combine les actions de la chirurgie orthognathique maxillaire et mandibulaire. L’opération dure entre 90 et 120 minutes.

Complications possibles

Traitement par chirurgie orthognathique.
La procédure est sûre, bien qu’à quelques reprises elle puisse générer certaines complications.

La chirurgie orthognathique est une procédure sûre qui ne génère que rarement des complications. Bien qu’il ait une postopératoire exigeante, la plupart des gens parviennent à tout surmonter avec succès.

Les principales complications sont les suivantes :

  • Perte de sang. Environ 30 % des patients ont besoin d’une transfusion sanguine pendant une chirurgie orthognathique.
  • Infection. Il est très rare qu’elle se présente. Pour éviter cela, la personne opérée reçoit des antibiotiques par voie intraveineuse et orale pendant son rétablissement.
  • Dommages nerveux. Il y a un risque de blesser un peu de nerf facial lors d’une chirurgie orthognathique.
  • Rechute mandibuleuse. Elle se produit lorsque la mâchoire revient à la position qu’elle avait avant l’opération. Il est très rare que cela se produise.
  • Fracture mandibulaire. Elle ne se produit que dans 2 % des cas.

À quoi ressemble le processus de récupération ?

La période postopératoire de chirurgie orthognathique est longue et exigeante. Cela peut prendre jusqu’à neuf mois pendant lesquels des ajustements nutritionnels doivent être effectués, la consommation d’alcool évitée. On recommande une hygiène buccale stricte, généralement à l’aide de rince-bouche à la chlorhexidine, trois fois par jour.

Couramment, après une chirurgie orthognathique, une période de repos comprise entre deux et trois semaines est nécessaire. Une inflammation au visage apparait également. L’utilisation d’un protège-menton, des anti-inflammatoires et l’application de compresses froides sur la région aideront.

Le mieux est de commencer la physiothérapie immédiatement pour retrouver un mouvement normal. Habituellement, au début, une alimentation par sonde est nécessaire, avec une seringue. Ensuite, le patient est orienté vers les aliments écrasés, les smoothies et les bouillons.

La chirurgie orthognathique, un moyen d’améliorer l’estime de soi

Le plus souvent, un traitement orthodontique est également nécessaire avant et après la chirurgie orthognathique. Cela permet une stabilité osseuse, ainsi qu’une occlusion stable. Par conséquent, le chirurgien et l’orthodontiste doivent travailler en équipe.

Elle permet aussi de corriger les problèmes de fonctionnalité, causés par une mauvaise position de la mâchoire. Elle améliore également l’apparence du visage et c’est un aspect qui ne doit pas être minimisé, car dans de nombreux cas, elle affecte même l’estime de soi d’une personne.

Cela pourrait vous intéresser ...
Diagnostic des tumeurs et kystes de la mâchoire
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Diagnostic des tumeurs et kystes de la mâchoire

Pour qualifier les kystes de la mâchoire, on parle souvent de kystes odontogènes. Ces derniers peuvent varier considérablement en taille et en grav...



  • Duque, F. L., & Jaramillo, P. M. (2009). Complicaciones asociadas con osteotomía Le Fort I. Revista Facultad de Odontología Universidad de Antioquia, 20(2).
  • Canto Vidal, B., & Cabada Martínez, Y. (2012). Cirugía reconstructiva en pacientes con asimetría facial y retrognatia mandibular acompañada de rinomegalia. MediSur, 10(6), 501-504.
  • Birbe, J. (2014). Planificación clásica en cirugía ortognática. Revista Española de Cirugía Oral y Maxilofacial, 36(3), 99-107.
  • Revista Mexicana de Ortodoncia. Volume 4, Issue 2, April–June 2016, Pages 88-95. Revista Mexicana de Ortodoncia. CASO CLÍNICO. Tratamiento ortodóncico-quirúrgico en paciente con maloclusión clase II. Reporte de casoSurgical-orthodontic treatment in a Class II malocclusion patient. Case report. https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S2395921516301611