Comment expliquer la mort aux enfants ?

La mort est une réalité complexe, difficile à accepter, qui peut sembler encore plus complexe lorsque nous tentons de l'expliquer aux enfants. Voici quelques recommandations.
Comment expliquer la mort aux enfants ?

Dernière mise à jour : 19 février, 2021

L’un des épisodes les plus douloureux dans la vie est certainement la perte d’un être cher. Tous les adultes ne savent pas comment y faire face. Vous êtes-vous déjà demandé comment expliquer la mort aux enfants ?

Les enfants peuvent sentir une anxiété profonde ainsi qu’une douleur après la mort d’un être cher.

Cela est parfois plus simple d’expliquer ce processus lorsqu’il touche un animal, ou une personne connue mais éloignée -qui ne soit pas dans l’entourage familial. Néanmoins, s’il s’agit d’un parent proche, les choses changent énormément.

La compréhension de la mort en fonction de l’âge de l’enfant

Les études à ce sujet signalent que la compréhension de la mort varie en fonction de l’âge de l’enfant. Par exemple, avant l’âge de deux ans, les petits peuvent éprouver un sentiment de présence et d’absence.

Cependant, à cet âge, l’enfant n’a pas encore formé sa capacité de pensée opérationnelle. Autrement dit, l’élaboration d’une pensée logique. Ni la possibilité d’intégrer un concept tel que celui de la mort.

Cela est dû, selon la théorie de Piaget, au fait que chez les enfants de cet âge prédomine un développement sensori-moteur qui se base davantage sur les réflexes. Il est donc normal qu’ils soient apathiques face à ce type de douleur.

D’autres recherches sur le deuil chez les enfants soulignent que, jusqu’à 7 ans, les petits pensent encore que la mort est quelque chose de temporaire et réversible. Par ailleurs, ils peuvent présenter une sorte de “pensée magique”, et croient même que c’est leur propre imagination qui a causé cet événement.

Bien sûr, il s’agit d’un sujet qui est inconfortable pour les familles car elles n’ont pas toujours les ressources pour expliquer ou apporter une réponse aux multiples questions des enfants.

Les adultes cherchent également un moyen de communiquer sur ce qui s’est passé, en essayant d’éviter la douleur chez les enfants. Ou du moins de l’atténuer. C’est précisément à ce moment qu’ils comprennent qu’ils ne savent pas quoi dire.

Une jeune fille triste.

“Les jeunes enfants pensent parfois que la mort est temporaire et réversible. C’est pourquoi, il est difficile de leur expliquer quand un membre de la famille meurt.”

Les questions des enfants

Si l’enfant a moins de cinq ans au moment du décès, il lui sera difficile de comprendre les trois facteurs fondamentaux suivants :

  • La mort est un fait irréversible et définitif.
  • Les fonctions vitales de la personne décédée sont totalement et définitivement absentes.
  • La mort est universelle. Elle vient un jour pour tout le monde.

Par conséquent, les enfants peuvent demander : “pourquoi je ne peux plus voir grand-père ?, “est-ce que la mort fait mal ?”, “est-ce pour toujours ?”, “où est-il ?”, “est-ce qu’il a froid ?”, “est-ce qu’il nous entend ?” etc. Ce sont également des questions que nous nous posons en tant qu’adulte, mais que les enfants adaptent à leur réalité. Que faut-il alors répondre ?

Comment expliquer la mort aux enfants ?

Les adolescents – y compris les préadolescents- peuvent déjà comprendre le concept de la mort, presque aussi bien que les adultes. Cependant, ils peuvent également avoir peur d’être abandonnéde perdre un autre parent, un proche, et cachent parfois leurs sentiments.

Une jeune fille qui s'ennuie.

“Les enfants peuvent éprouver des sentiments difficiles à comprendre lorsqu’ils sont confrontés à la perte d’un être cher. C’est pourquoi, nous devons constamment les soutenir et dissiper leurs doutes.”

Voici quelques manières, pour les adultes, de répondre aux enfants pour leur expliquer :

  • Transmettre du calme. Si vous ne vous sentez pas capable de répondre à une question, vous pouvez dire à l’enfant que vous répondrez plus tard parce que c’est une question très importante et que vous souhaitez apporter une réponse plus profonde.
  • Les réponses doivent être cohérentes.
  • Permettre à l’enfant d’exprimer leurs peurs dans un endroit sûr, tranquille et sans interruptions.
  • Eviter les phrases du type : “il dort“, ou “il est parti en voyage“, car elles peuvent développer une peur du sommeil ou du voyage.
  • Donner des réponses claires. “Être mort signifie que nous ne pourrons plus voir ces personnes”, mais nous pouvons transmettre un calme en ajoutant que “les souvenirs seront toujours présents”.
  • Certains parents donnent des explications religieuses, mais les enfants ne les comprennent pas toujours, et ont besoin de réponses plus précises quant à l’absence physique de la personne.
  • A l’âge scolaire, les enfants ont probablement besoin d’aide pour décrire leurs sentiments. Il faut les aider et prendre le temps nécessaire pour écouter et apporter des précisions.
  • Expliquer à l’enfant que ce n’est pas lui qui a provoqué la mort de l’être proche. Cela évitera le sentiment de culpabilité.
  • Lui expliquer que toutes les personnes qui tombent malades ne meurent pas. Et le rassurer en lui disant qu’il est en bonne santé.
  • Enfin, le plus important pour l’enfant, c’est que vous appliquiez ces directives avec amour et affection car c’est ce dont il a le plus besoin.

Comment expliquer la mort aux enfants ? Conclusion

La mort est une réalité très complexe. Il n’est pas donc pas si simple de l’expliquer. Si vous pensez avoir besoin de soutien, n’hésitez pas à consulter un psychologue pour obtenir quelques conseils.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les étapes du deuil
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Les étapes du deuil

Bien que nous préférions l'éviter, les étapes du deuil sont des phases inévitables par laquelle nous passons tous après une perte de tout type.



  • Fleming-Holland Rutherford, A. (2008). Reflexiones sobre la Muerte: el Duelo Infantil y el Suicidio Juvenil. Psicología Iberoamericana.
  • Lombardo, E., & Krzemien, D. (2008). La Psicología del curso de vida en el marco de la Psicología del Desarrollo. Revista Argentina de Sociolog?-A.
  • Orrego, N. (2014). La muerte en el contexto del rito funerario: un “sí, pero no.” Revista de Psicología: (Universidad de Antioquía).
  • Zañartu S., C., Krämer K., C., & Wietstruck P., M. A. (2008). La muerte y los niños. Revista Chilena de Pediatria. https://doi.org/10.4067/s0370-41062008000400007