Comment faire face à la peur de l'inconnu et surmonter les pertes ?

Grandir face à l'adversité implique d'accepter le changement. Bien que l'inconnu nous fasse peur, il faut garder à l'esprit que la souffrance ne sera que temporaire.
Comment faire face à la peur de l'inconnu et surmonter les pertes ?

Dernière mise à jour : 23 septembre, 2021

Nous sommes fréquemment exposés à différents défis et à des situations imprévues. Et nous apprenons instinctivement à survivre. Toutefois, surmonter les pertes est parfois complexe. Comment faire face à cette peur de l’inconnu ?

Ce qui nous définissait auparavant et nous rendait heureux peut disparaître. Parce que la vie est faite de changements. Il n’y a pas d’autre choix que d’accepter que nous sommes des voyageurs dans un monde qui se transforme sans cesse.

Souhaitez-vous approfondir cette idée ? Si c’est le cas, poursuivez donc votre lecture. Nous partageons ici quelques réflexions à ce sujet.

Comment faire face à la peur de l’inconnu et surmonter ce q ?

Personne ne nous explique que ce que nous avons et ce qui nous rend heureux à l’instant T peut disparaître. Les gens partent, nous quittent, nous disent au revoir. Les situations qui nous apportent tant de bien-être peuvent se terminer…

Le changement est une constante de la vie. Et c’est quelque chose que nous apprenons au fil du temps : lorsque nous rencontrons d’autres amis, lorsque nous déménageons dans une autre ville ou lorsque nous commençons un nouveau travail.

Ce qui vient, nous l’acceptons avec enthousiasme, mais ce qui s’en va, nous le percevons comme une perte. Et ce, parce que nous avons peur de l’inconnu. Mais ces pertes nous sont utiles…

Comment faire face à la peur de l'inconnu et surmonter ce qui s'en va ?

Dire au revoir, c’est aussi grandir

Dire au revoir, dans certains cas, signifie devoir dire au revoir à un être cher. Peu de douleurs sont aussi intenses que la douleur d’un au revoir. Quels aspects faut-il considérer dans cette situation ?

  • Toute perte nous obligera à faire preuve de résilience qui caractérise l’espèce humaine.
  • Bien que nous souffrions, nous constaterons que nous avons plus de ressources que nous ne le pensons pour faire face à ces circonstances.
  • Ce qui part laisse un vide dans le cœur qui fait partie de l’expérience de vie elle-même.
  • Nous grandirons en tant que personnes en acceptant ces événements.

La souffrance ne sera pas éternelle

Supposer que cette souffrance sera temporaire permet de tracer un horizon plus supportable. Bien qu’à un moment donné nous nous sentions dépassés et presque immobilisés, l’intensité de la douleur diminuera avec le temps et avec le soutien approprié.

  • Un jour viendra où la mémoire n’ira plus de pair avec une tristesse profonde.
  • Se concentrer sur les expériences positives que nous avons eues avec quelqu’un peut également nous aider à faire le deuil.
  • À l’inverse, s’accrocher à ces émotions négatives fait de nous des victimes du passé.

Les illusions quotidiennes face à la peur de l’inconnu

Nous abordons généralement les difficultés que nous rencontrons en cours de route avec une certaine dose de motivation et de confiance. Nous nous faisons confiance. Alors pourquoi ne pas utiliser les mêmes stratégies face à aux pertes ?

  • Avec une attitude optimiste, il nous sera plus facile d’affronter les adieux. Nous savons que quelque chose meurt en nous, mais nous sommes également conscients que nous réussirons à la surmonter.
  • Malgré ce qui s’est passé, nous méritons toujours d’être heureux.
  • Nous avons l’opportunité d’embrasser de nouveaux désirs.
  • Dans notre cœur, habitera le souvenir de ce que nous avons tant aimé, mais il est temps de respirer et de continuer d’avancer.
Les nouvelles illusions quotidiennes face à la peur de l'inconnu.

Au-delà de la peur de l’inconnu…

Certaines personnes n’arrivent pas à surmonter une perte ou l’abandon. Elles refusent d’avancer parce qu’elles restent accrochées à ce passé, à cette personne. Par inadvertance, elles deviennent les victimes de la personne qui leur manque.

La même chose est vraie dans les autres cas où nous subissons également une perte. Voir une nouvelle porte qui s’ouvre devant nous nous paralyse. Nous essayons alors de recréer ce qui a disparu. Mais d’autres projets nous attendent si nous portons notre attention sur cette nouvelle porte.

Les premiers sont difficiles, car la douleur est intense. Mais au fur et à mesure que nous avançons, cette douleur s’atténuera et de nouvelles sensations agréables apparaîtront. Puis les craintes initiales disparaîtront et nous marcherons alors sur le chemin de notre propre rétablissement…

Cela pourrait vous intéresser ...
Les étapes du deuil
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les étapes du deuil

Bien que nous préférions l'éviter, les étapes du deuil sont des phases inévitables par laquelle nous passons tous après une perte de tout type.



  • Eagleson, C., Hayes, S., Mathews, A., Perman, G., & Hirsch, C. R. (2016). The power of positive thinking: Pathological worry is reduced by thought replacement in Generalized Anxiety Disorder. Behaviour Research and Therapy, 78, 13–18. https://doi.org/10.1016/j.brat.2015.12.017
  • Gullone, E. (2000). The development of normal fear. Clinical Psychology Review, 20(4), 429–451. https://doi.org/10.1016/s0272-7358(99)00034-3
  • Gustavon, D. E., Du Pont, A., Whisman, M. A., & Miyake, A. (2018). Evidence for Transdiagnostic Repetitive Negative Thinking and Its Association with Rumination, Worry, and Depression and Anxiety Symptoms: A Commonality Analysis. Collabra: Psychology, 4(1), 13. https://doi.org/10.1525/collabra.128
  • Olsson, A., & Phelps, E. A. (2007). Social learning of fear. Nature Neuroscience, 10(9), 1095–1102. https://doi.org/10.1038/nn1968
  • Vannikov-Lugassi, M., & Soffer-Dudek, N. (2018). No Time Like the Present: Thinking About the Past and the Future Is Related to State Dissociation Among Individuals With High Levels of Psychopathological Symptoms. Frontiers in Psychology, 9. https://doi.org/10.3389/fpsyg.2018.02465