Comment faire un tuteur en mousse pour les plantes grimpantes ?

Un tuteur en mousse est une très bonne option pour que les plantes grimpantes puissent pousser normalement et avec force. Apprenez ici à en faire un.
Comment faire un tuteur en mousse pour les plantes grimpantes ?

Dernière mise à jour : 21 novembre, 2022

Les plantes grimpantes d’intérieur ont besoin d’un support naturel pour se maintenir et se développer. C’est pourquoi, à cette occasion, nous vous expliquons commence faire un tuteur en mousse.

Bien qu’il existe différents types de piquets sur le marché, tous ne fonctionnent pas bien ou ne sont pas appréciés par les plantes qui en ont besoin. Certains sont, certes, très attrayants, mais la plante ne se développera pas nécessairement. Passons donc en revue ce qu’est un tuteur en mousse, ses caractéristiques et comment fabriquer le vôtre rapidement et facilement.

Tuteur en mousse : qu’est-ce que c’est et pourquoi est-ce si utile ?

Un tuteur en mousse aide les plantes grimpantes à grimper et à adhérer avec leurs racines aériennes. Parmi les espèces les plus connues, figurent les monsteras, les pothos, les anthuriums, les orchidées et les vanilles grimpantes.

Dans leur habitat naturel, ces plantes s’accrochent à l’écorce humide des arbres. Dans ce cas, le tuteur en mousse remplirait la fonction de l’arbre.

Une fois votre tuteur prêt, il vous suffit de l’humidifier et de le mettre dans le pot. Petit à petit, la plante commencera à se coller au tuteur.

Pensez à garder la mousse humide pour hydrater les racines aériennes de la plante.
Fleur d'Anthurium.
L’anthurium est une espèce qui, se trouvant à l’intérieur de la maison, aura besoin d’un tuteur en mousse.



[/atomik -lu-aussi ]

Comment faire un tuteur de mousse ?

Il existe de nombreux types de tuteur sur le marché, mais certains ne fonctionnent pas bien. Par exemple, il existe des tuteurs en fibre de coco, très beaux, mais qui ne donnent pas un résultat adéquat.

En effet, ils ne retiennent pas l’humidité dont les racines ont besoin. Par conséquent, la plante ne cherchera pas à y grimper.

Les tuteurs fabriqués avec de la mousse prétraitée ne fonctionnent pas non plus. Et ce, car ils contiennent de la glycérine et des encres dont le but est de créer un aspect naturel.

Nous vous recommandons alors de fabriquer un tuteur en mousse maison pour offrir à vos plantes une bonne alternative. Découvrez ici tout ce dont vous aurez besoin.

Matériel

Voici les éléments dont vous avez besoin pour créer votre propre tuteur pour plantes :

  • Canne de bambou ou bâton en bois. La hauteur et l’épaisseur dépendront de la taille de la plante.
  • Mousse de sphaigne. S’il est vrai qu’il existe de nombreuses variétés de mousse, nous vous suggérons celle-ci car ses brins sont longs, ce qui est important à l’heure de la faire adhérer à la canne. De plus, c’est l’une de celles qui maintiennent le mieux l’humidité et les plantes s’y installeront immédiatement.
  • Treillis métallique. De 60 à 90 cm de large. Le treillis peut être en plastique ou dans le matériau utilisé pour fabriquer des moustiquaires. Ayez un fil flexible et des pinces coupantes à portée de main.
  • Accessoires : gants, pot, plante et terre.



[/atomik -lu-aussi ]

Instructions

Avant toute chose, enfilez vos gants de travail pour éviter d’éventuelles blessures. Ayez tout le matériel à portée de main et commencez. Nous vous proposons deux options de montage ; choisissez celle qui vous plaît le plus.

Première option

Faites d’abord tremper la mousse pendant environ 10 minutes dans de l’eau tiède pour l’hydrater. Pendant ce temps, coupez le filet d’environ 25 cm de large.

Pour la première option, enroulez le treillis et fixez-le avec des attaches de fil. Égouttez la mousse et mettez-la à l’intérieur du cylindre une fois que vous avez fini de rouler le treillis. Au fur et à mesure que vous ajoutez de la mousse, à l’aide de la canne, poussez-la vers le bas pour qu’elle se compacte bien.

Ensuite, lorsque vous les avez déjà remplis, placez-le dans un pot à côté de la canne ou du bâton en bois. Mettez la plante et remplissez le pot avec une bonne terre humide en veillant à ce que toute la structure reste ferme. Si vous le souhaitez, vous pouvez attacher la tige de la plante à la canne jusqu’à ce qu’elle gagne en force et en stabilité.

Mousse de sphaigne pour tuteur de plante.
La mousse de sphaigne est recommandée, car c’est une option naturelle.

Deuxième option

Dans la deuxième option, vous devez coller la mousse déjà hydratée au bâton ou à la canne. Pour ce faire, attachez d’abord une ficelle au bout du bâton qui sera face vers le haut. Ensuite, prélevez de petites quantités de mousse, égouttez-la et placez-la sur le bâton en exerçant une pression dessus.

Avant d’ajouter de la mousse, entourez la mousse que vous avez déjà posée avec le fil que vous avez initialement attaché au bâton. Faites cela jusqu’à ce que toute la canne soit recouverte.

Pour finir, coupez le surplus de fil et mettez la plante dans le pot. Pour ce faire, suivez les mêmes étapes que la première option.

L’importance d’un tuteur en mousse pour les plantes

Ce tuteur en mousse est indispensable pour que les plantes conservent leur humidité et restent bien droites. Les deux options fonctionnent très bien : elles donnent d’excellents résultats.

Nous espérons que vous pourrez les mettre en pratique. Ainsi, vos plantes grimpantes deviendront saines et fortes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quels sont les bienfaits de l’acide borique pour les plantes ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quels sont les bienfaits de l’acide borique pour les plantes ?

L'acide borique est bénéfique pour la santé des plantes. Découvrez un moyen simple et économique de prendre soin de vos cultures.



  • Catota Toapanta, J. A. (2020). Estudio de los musgos terrestres (bryophyta) presentes en el sendero quishuar del área recreacional el boliche, parque nacional Cotopaxi, Ecuador(Bachelor’s thesis, Ecuador: Latacunga: Universidad Técnica de Cotopaxi (UTC).).
  • Dasí, A. L. (2004). Dale caña a la caña.  Bricojardinería & paisajismo: Revista profesional de distribución en horticultura ornamental y jardinería, (120), 42-43.
  • de Jesús, M. V. R. (1994). Mantenimiento de las plantas ornamentales de interior.
  • ROVERE, A. E., & CALABRESE, G. M. (2011). Diversidad de musgos en ambientes degradados sujetos a restauración en el Parque Nacional Lago Puelo (Chubut, Argentina). Revista chilena de historia natural84(4), 571-580.
  • Villarroel, M., Acevedo, C., Yáñez, E., & Biolley, E. (2003). Propiedades funcionales de la fibra del musgo Sphagnum magellanicum y su utilización en la formulación de productos de panadería. Archivos Latinoamericanos de Nutrición53(4), 400-407.