Comment le coronavirus affecte-t-il la peau ?

21 mai 2020
Certaines études scientifiques réalisées récemment décrivent comment le coronavirus affecte la peau, aussi bien directement qu'à cause des mesures de protection. Nous vous présentons ici les symptômes ainsi que les moyens de les identifier.

Le virus COVID-19 provoque des symptômes respiratoires comme signe principal. Cependant, il existe également des données sur la manière dont le coronavirus affecte la peau et d’autres organes et systèmes de notre corps.

Rappelons que la triade des symptômes classiques de l’infection par le SARS-COV-2 consiste en la fièvre, la toux et l’affaiblissement. Le tout pouvant évoluer vers un essoufflement. Chez certains patients, on a également signalé une perte de l’odorat et une rougeur des yeux.

Le catalogue des symptômes de cette pandémie est en discussion depuis le début. Parfois, les professionnels de la santé mettent en garde contre un signe associé, mais les associations médicales ne l’intègrent pas dans les protocoles. Ou, à l’inverse, une association médicale publie une déclaration demandant que les patients soient examinés selon les nouveaux critères et l’Organisation Mondiale de la Santé la rejette.

Cette situation contradictoire est typique d’une pandémie en développement. Nous ne connaissons pas encore la portée finale du Covid-19, et ne savons pas non plus s’il y aura des réinfections ou de nouvelles vagues de contamination, comme on le suppose déjà en Chine qui a levé les mesures de quarantaine les plus strictes.

Nous en arrivons ainsi à la question dermatologique liée au SARS-COV-2 où deux aspects sont à prendre en compte : les symptômes directs de l’action du coronavirus sur la peau et les conséquences cutanées occasionnées par la quarantaine. Voyons ces deux aspects.

Le coronavirus affecte-t-il la peau ?

Les dermatologues du monde entier s’accordent à dire que le virus SARS-COV-2 n’est pas dermotrope. Ce terme signifie que le coronavirus n’affecte pas directement la peau, donc qu’il n’entre pas dans les cellules dermiques.

Toutefois, une lettre adressée au rédacteur du Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology par un dermatologue italien fait état de symptômes cutanés chez des patients hospitalisés pour le Covid-19. Selon ce courrier, 20% des patients examinés par ce dermatologue présentaient l’un des symptômes suivants :

  • Éruption érythémateuse
  • Urticaire
  • Vésicules

Ces lésions dermiques sont apparues pendant ou après l’hospitalisation, mais n’étaient pas liées à la gravité de l’infection. Autrement dit, le coronavirus aurait pu affecter la peau de ces personnes sans que cela ne change le pronostic.

L’avertissement de ce professionnel italien porte sur la protection qui serait nécessaire pour éviter la contagion. Bien qu’il souligne que la transmission avérée se fait au travers des gouttelettes respiratoires, il préconise l’utilisation de barrières physiques pour ne pas entrer en contact avec ces éventuelles lésions associées.

L'apparition de vésicules sur la peau liée au coronavirus

Lisez également : Covid-19: est-il possible de contaminer les autres une fois remis de la maladie ?

Affections cutanées à cause de la quarantaine

Le coronavirus ne génère pas seulement des problèmes en lien avec l’infection elle-même, mais aussi avec l’isolement imposé. La quarantaine amène ses propres troubles qui dépendent du confinement, de l’usage de produits de nettoyage et du manque d’exposition à la lumière du soleil.

Nous pourrions affirmer, dans ce cas, que le coronavirus affecte la peau indirectement. Des dermatites dues à un lavage excessif des mains et l’usage inadéquat du gel hydroalcoolique ont été signalées. Ainsi que des ulcères de pression dus au fait de rester trop longtemps dans la même position.

Par ailleurs, l’eczéma sur les mains à cause des produits de nettoyage n’est pas nouveau. En effet, la dermatite par irritation chimique a toujours existé. Le problème actuel est l’exacerbation de l’utilisation de ces produits. Certaines personnes sont devenues obsédées par le lavage des mains et utilisent des quantités inadéquates de produits désinfectants.

A cela, il faut ajouter le peu d’exposition à la lumière du soleil. En restant si longtemps à l’intérieur, sans la possibilité de capter suffisamment les rayons ultraviolets, nous diminuons notre production de vitamine D.

La vitamine D joue un rôle clé dans la santé de la peau. Elle protège les cellules de la peau ainsi que leur métabolisme. C’est pourquoi, il est conseillé aux citoyens qui le peuvent de s’exposer à la lumière du soleil à travers les fenêtres ou sur la terrasse. Même si ce n’est que quelques minutes par jour.

Il est essentiel de bien se laver la peau au savon pour se protéger du coronavirus

Découvrez aussi : Le savon, l’ennemi du coronavirus

La peau du personnel sanitaire

Un autre point important sur l’affection de la peau en lien avec le coronavirus est le personnel soignant. En raison des équipements de protection que les médecins et les soignants doivent utiliser, leur peau en souffre.

Les systèmes de protection personnelle recommandés dans les protocoles impliquent des gants, des masques et des charlottes. Cela peut donc être associé à des dermatites, et de l’eczéma sur les mains et le visage. Par ailleurs, le cuir chevelu peut également être atteint de folliculite et de dermatite séborrhéique.

Il est alors essentiel que les professionnels de la santé suivent un programme de soins cutanés une fois qu’ils retirent l’équipement de protection. Ils doivent se laver soigneusement les mains pour enlever les substances des gants et du latex transparent. Une douche complète serait appropriée.

L’usage de crèmes hydratantes peut aussi aider à protéger la peau, mais le personnel sanitaire n’est pas habitué à les utiliser. Selon certaines études, seulement 22% des médecins et soignants s’appliquent de la crème à la fin de la journée.

Le coronavirus affecte la peau et modifie nos coutumes

De manière directe ou indirecte, le coronavirus affecte la peau de l’être humain. Il peut s’agir d’un effet infectieux sur les cellules elles-mêmes, mais il est plus probable que ce soit un effet découlant des mesures de protection. Enfin, il est évident que cette pandémie a changé nos habitudes, et il est fondamental que les bonnes coutumes puissent être préservées.

  • Darlenski, Razvigor, and Nikolai Tsankov. « Covid-19 pandemic and the skin-What should dermatologists know?. » Clinics in Dermatology (2020).
  • Elston, Dirk M. « Letter from the Editor: Occupational skin disease among healthcare workers during the Coronavirus (COVID-19) epidemic. » Journal of the American Academy of Dermatology (2020).
  • María, Macias. « Study on relationship between Vitamin D and risk for various diseases. » Archivos Latinoamericanos de Nutrición 70.3 (2020).
  • Yan, Yicen, et al. « Consensus of Chinese experts on protection of skin and mucous membrane barrier for healthcare workers fighting against coronavirus disease 2019. » Dermatologic Therapy (2020): e13310.
  • Recalcati, S. « Cutaneous manifestations in COVID‐19: a first perspective. » Journal of the European Academy of Dermatology and Venereology (2020).