Covid-19 : est-il possible de contaminer les autres une fois remis de la maladie ?

21 mai 2020
Pour le moment, il n'y a pas suffisamment d'informations au sujet de la possibilité de contaminer les autres une fois remis de la maladie. En attendant les nouvelles conclusions sur le sujet, la meilleure chose à faire est de continuer à suivre les mesures de prévention actives pendant les deux semaines qui suivent la disparition des symptômes. 

Il n’y a pas suffisamment de preuves scientifiques sur la possibilité de contaminer les autres une fois remis de la COVID-19. C’est la conclusion à laquelle sont parvenus les scientifiques chinois après avoir examiné plusieurs personnes tout juste remises de la maladie. Par ailleurs, une autre recherche signale que des traces du virus restent dans les matières fécales pendant un laps de temps considérable.

Ce que l’on sait pour le moment sur le sujet est que l’élimination totale du virus se déroule sur plusieurs laps de temps. En fonction de chaque cas. Chez certains patients, il n’y a aucune trace du coronavirus seulement deux jours après la rémission de la maladie. Chez d’autres, en revanche, le virus peut rester jusqu’à huit jours avant de disparaître complètement.

Quelle que soit la durée de ce laps de temps, ce qui est certain, c’est que l’on ignore encore s’il est possible de contaminer les autres une fois remis de la maladie. Par conséquent, il est nécessaire de maintenir les mesures de précaution, même lorsque l’on ne présente plus aucun symptôme.

La possibilité de contaminer les autres une fois remis de la COVID-19

Une étude réalisée par des scientifiques chinois et publiée dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine signale que la science ignore encore s’il est possible de contaminer les autres une fois remis de la COVID-19. L’étude s’appuie seulement sur 16 patients, raison pour laquelle les données doivent être considérées comme des données provisoires.

Les 16 patients de l’échantillon avaient été traités dans un hôpital de Pékin et ont été autorisés à sortir entre le 28 janvier et le 9 février 2020. Chez tous ces patients, sauf un, l’incubation du virus a duré cinq jours. Et, en moyenne, ces patients ont présenté des symptômes pendant huit jours.

Par ailleurs, chez ces mêmes patients, le coronavirus a mis un certain temps avant de disparaître complètement de l’organisme, entre un et huit jours plus exactement. Les scientifiques ne savent pas si, pendant ce laps de temps, les personnes concernées peuvent contaminer d’autres personnes. Dans le doute, les personnes concernées doivent maintenir les mesures de prévention, même lorsqu’elles ne présentent plus aucun symptôme de la maladie.

Le docteur Lokesh Sharma de l’Université de médecine de Yale et co-auteur de l’étude signale également qu’il est probable que les cas les plus graves requièrent une période de temps plus longue avant de constater l’élimination totale du virus.

Un test de dépistage du Covid-19

La ténacité du virus dans l’intestin

Une autre étude publiée sur The Lancet avertit également de la possibilité de contaminer d’autres personnes une fois remis de la COVID-19. L’étude signale que le virus continue de se reproduire dans l’intestin, même après la disparition des symptômes.

L’étude ajoute également que des traces du virus ont été trouvées dans les matières fécales jusqu’à cinq semaines après la disparition des symptômes. Les patients chez qui cela a été constaté avaient été testées négatifs à la COVID-19 à partir d’échantillons pris au niveau du nez et de la gorge.

À ce propos, l’étude signale :

Prenant en considération les tests des excrétions fécales, aussi bien pour le Sars-Cov comme pour le MERS-CoV, ainsi que sa capacité à rester viable dans des conditions qui pourraient faciliter la transmission fécale-orale, il est possible que le SARS-CoV-2 se transmette par cette voie. 

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), pour sa part, a signalé qu’il n’existe aucune preuve scientifique sur cette possibilité. Dans l’un de ses communiqués, elle exprime la chose suivante :

À ce jour, seule une étude a cultivé le virus d’un seul échantillon de matières fécales, et aucun rapport au sujet de la transmission fécale-orale de la COVID-19 n’a été reçu.

Cet article peut également vous intéresser : Les femmes enceintes peuvent-elles transmettre le coronavirus à leur bébé ?

Les précautions à prendre une fois remis de la COVID-19

Un homme en quarantaine se protégeant du Covid-19

Vous l’aurez compris, pour le moment, il n’y a aucune certitude absolue sur la possibilité de contaminer les autres après s’être remis de la COVID-19. Néanmoins, dans le doute, les patients doivent prendre toutes les précautions nécessaires. L’idéal est que les patients tout juste remis de la maladie suivent les mêmes précautions que les patients chez qui la maladie est encore active.

Les spécialistes recommandent donc la chose suivante : ceux qui se sont tout juste remis de la maladie doivent rester en quarantaine pendant au moins 14 jours après la disparition des symptômes. Cette mesure semble excessive pour certains mais, étant donné les risques, il est préférable de trop en faire que pas assez.

Au sujet de la transmission par voie fécale, les spécialistes recommandent de maintenir des précautions strictes au moment de manipuler les matières fécales des patients infectés. Si ces patients sont chez eux, l’idéal est que, dans la mesure du possible, ces patients aient leur propre salle de bains.

Par ailleurs, les eaux résiduelles des hôpitaux devraient être désinfectées. Comme c’est le cas en général et comme cela doit continuer à l’être, l’idéal est que les toilettes jouissent d’un niveau d’hygiène irréprochable. Si quelqu’un doit absolument utiliser des toilettes publiques, l’idéal est d’ensuite nettoyer les toilettes en question avec une solution à base de chlore et d’eau.

A voir : Conseils pour utiliser les toilettes publiques

La responsabilité des patients tout juste remis de la COVID-19

La société en général en appelle à la responsabilité des patients tout juste remis de l’infection au coronavirus et autorisés à sortir. Éviter de contaminer les autres une fois remis de la maladie fait partie des devoirs des anciens malades envers leur famille, leurs amis, leur voisinage et leur pays de résidence.

  • Chang, De, et al. « Time Kinetics of Viral Clearance and Resolution of Symptoms in Novel Coronavirus Infection. » American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine ja (2020).
  • Regino, William Otero, et al. « Procedimientos endoscópicos y pandemia COVID19. Consideraciones básicas. » Revista Colombiana de Gastroenterología 35.1 (2020): 65-75.
  • Rampelli, Simone, et al. « Retrospective Search for SARS-CoV-2 in Human Faecal Metagenomes. » Available at SSRN 3557962 (2020).