Comment le perfectionnisme et la dépression sont-ils liés ?

Le perfectionnisme et la dépression ont une relation de cause à effet. Si nous ne sommes pas satisfaits de nos accomplissements, nous pouvons présenter des symptômes dépressifs.
Comment le perfectionnisme et la dépression sont-ils liés ?

Dernière mise à jour : 28 novembre, 2021

Le perfectionnisme et la dépression ont une corrélation claire. La perfection est une attente irréalisable qui génère une frustration constante. Lorsque nous ne sommes jamais satisfaits de ce que nous faisons, notre humeur ne peut qu’en être affectée. Par ailleurs, certains traits de personnalité influencent également l’apparition de la dépression. Alors, comment sont-ils liés ?

Qu’est-ce que le perfectionnisme ?

Pour comprendre comment se produit la relation entre le perfectionnisme et la dépression, nous devons revoir les deux concepts. Le perfectionnisme est compris comme un schéma mental inadapté qui provoque des problèmes de comportement.

L’attente de la perfection peut s’exprimer de différentes manières. Certaines personnes attendent beaucoup d’elles-mêmes, tandis que d’autres placent beaucoup d’attentes sur les autres.

Lorsque nous avons besoin que tout soit parfait, l’estime de soi en souffre. Voici un exemple clair : une personne souhaite obtenir les meilleurs résultats au travail, et lorsqu’elle ne les obtient pas, elle pleure et toute sa vie en pâti.

Qu'est-ce que le perfectionnisme ?
Prétendre être parfait en tout ne conduit qu’à la frustration et à la déception.

Les causes du perfectionnisme

La principale cause du perfectionnisme, et même de la dépression, est un style parental dysfonctionnel. Ces parents qui exigent trop de leurs enfants, au fil du temps, leur causent des frustrations. Les enfants qui grandissent dans des environnements hostiles, où ils sont éduqués pour obtenir des résultats avant tout, deviennent insensibles et perfectionnistes.

Avoir une faible estime de soi est un autre facteur de risque pour la personnalité perfectionniste. Les personnes qui, pour une raison quelconque, n’ont pas une bonne estime de soi, se réfugient dans l’idée d’être parfaites. Il est important d’identifier l’origine des attentes afin de les modérer.

L’environnement peut également jouer en la défaveur de la personnalité perfectionniste si elle se trouve dans un contexte marqué par une concurrence toxique. Dans les environnements de travail dysfonctionnels, le perfectionnisme s’intensifie. Lorsque nous passons beaucoup de temps exposés au comportement négatif des autres, il est normal que cela nous affecte.



Sa relation avec la dépression et l’anxiété

Comme nous l’avons vu précédemment, la relation entre le perfectionnisme et les problèmes de santé mentale est claire. L’anxiété et la dépression sont les principales pathologies associées. N’étant pas en mesure de répondre aux attentes du perfectionnisme, les personnes perfectionnistes s’auto-sabotent émotionnellement.

L’anxiété survient lorsque nous anticipons de manière catastrophique tout événement. Dans des conditions normales, il s’agit d’un schéma de pensée irrationnel. Mais chez les personnes perfectionnistes, la peur de ne pas être assez est toujours présente.

La dépression est la réponse la plus intense. C’est un état d’apathie constant dont il est difficile de sortir. Pour tomber dans la dépression à cause du perfectionnisme, il faut être soumis à une pression incessante pendant une longue période et ne recevoir aucune aide.

Comment gérer le perfectionnisme ?

Changer les schémas mentaux concernant le fonctionnement de notre vie est essentiel. Il faut comprendre que, même si nous n’obtenons pas toujours les meilleurs résultats, nous pouvons nous sentir satisfait. Cela ne signifie pas être conformiste : il s’agit d’accepter que la réussite n’est pas un chemin linéaire, et qu’il est normal qu’il y ait des hauts et des bas.

Disposer d’un réseau de soutien social permet d’éviter que les ravages du perfectionnisme ne provoquent des tableaux cliniques intenses, comme les troubles anxieux ou la dépression. Compter sur le soutien des amis et de notre famille permet d’accepter plus facilement les résultats lorsqu’ils ne nous satisfont pas complètement.

Comment gérer le perfectionnisme ?
Avoir un réseau de soutien est essentiel pour faire face au perfectionnisme. Néanmoins, une consultation avec un psychologue peut être nécessaire.

Quand demander l’aide d’un professionnel ?

Dans certains cas, il est nécessaire de suivre une thérapie avec un professionnel de la santé mentale. L’idéal est de pouvoir identifier si la situation nous affecte de manière intense et prévalente. La consultation est particulièrement nécessaire si le perfectionnisme touche trois domaines ou plus de la vie.

Vous n’avez pas besoin d’être déprimé pour demander de l’aide. Une démarche thérapeutique est toujours positive. Les domaines les plus touchés par le perfectionnisme sont souvent la famille, le travail et les relations interpersonnelles.

La famille et les amis peuvent également souffrir du comportement d’un perfectionniste. En effet, il n’est pas facile de faire face à la frustration constante d’un être cher. Pour aider une personne perfectionniste, il faut l’encourager à demander de l’aide. Bien entendu, de manière empathique et respectueuse.



Le perfectionnisme est-il toujours nocif ?

Souffrir d’une insatisfaction chronique n’est jamais sain. Être perfectionniste empêche d’atteindre son meilleur potentiel. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, plus on cherche à atteindre la perfection, plus on s’éloigne de la meilleure version de nous-même.

Ainsi, pour éviter de tomber dans un cercle vicieux de performances inaccessibles, nous devons être des juges justes à l’heure d’évaluer nos progrès. Apprendre à valoriser les progrès que nous avons accomplis, même si nous sommes encore loin du but à atteindre, permet de renforcer la motivation.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment éliminer les “voleurs de temps” de votre vie ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment éliminer les “voleurs de temps” de votre vie ?

Il existe de nombreux voleurs de temps dans nos vies. Nous les avons tellement assimilés que nous ne les reconnaissons pas en tant que tels.



  • Vera Farfan, A. L. Análisis teórico de la variable esquemas mentales desadaptativos según la teoría Jeffrey Young.
  • FRANCHI, S. (2010). Estilo de personalidad perfeccionista y depresión15. Contribuciones y proyecciones de la Etnografía en el estudio interdisciplinario del desarrollo infantil., (13), 53.
  • Ferrer, L., Martín-Vivar, M., Pineda, D., Sandín, B., & Piqueras, J. A. (2018). RELACIÓN DE LA ANSIEDAD Y LA DEPRESIÓN EN ADOLESCENTES CON DOS MECANISMOS TRANSDIAGNÓSTICOS: EL PERFECCIONISMO Y LA RUMIACIÓN. Behavioral Psychology/Psicologia Conductual26(1).
  • Puddington, M. M. (2021, July). Asociación diferencial del perfeccionismo con distintos tipos de síntomas de depresión. In XVIII Reunión Nacional y VII Encuentro Internacional de la AACC.