Comment le stress affecte-t-il le coeur ?

15 novembre 2020
Même si les mécanismes exacts de l'interaction entre le corps et l'esprit sont encore incompréhensifs, il a été démontré que le stress émotionnel influence une grande variété de maladies. Découvrez l'impact du stress sur le cœur.

Les facteurs psychologiques peuvent avoir un impact négatif sur de multiples organes du corps humain. A cette occasion, nous souhaitons approfondir l’influence du stress sur le cœur et l’ensemble du système cardiovasculaire. Dans la pratique, presque toutes les maladies cardiaques sont influencées par la santé mentale.

Le corps et l’esprit se trouvent effectivement dans une relation intime et en interaction constante. La perte d’équilibre augmente en plus des facteurs de risque de mortalité.

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est la façon dont le corps réagit face à des situations qui mettent en danger la personne ou qui représentent un défi. Ce type de réaction a pour but de protéger contre les menaces.

En petites quantités, les situations stressantes ne devraient pas être préjudiciables pour la santé. Par contre, si elles deviennent permanentes ou sont trop intenses, elles peuvent être nocives.

Le stress peut affecter presque toutes les maladies générales, comme nous l’avons déjà mentionné. Y compris celles dont le mécanisme de production est bien connu. Les maladies coronaires, par exemple, ou le diabète, ainsi que les migraines, le syndrome de l’intestin irritable et la fibromyalgie.

Un homme stressé au travail.

“Le stress au travail est l’une des formes de ce trouble qui augmente le risque cardiovasculaire.”

Comment le stress affecte-t-il le cœur et le système cardiovasculaire ?

La relation négative qui existe entre le stress et les maladies cardiaques ischémiques a été démontrée il y a presque 20 ans grâce à l’étude de patients atteints de maladies coronariennes. Ensuite, de nombreuses autres recherches ont confirmé ce lien. Cependant, les mécanismes exacts par lesquels cela se passe restent encore incertains.

Plusieurs hypothèses ont été émises selon lesquelles le stress émotionnel pourrait déclencher un infarctus aigu du myocarde, une augmentation de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque, du tonus vasculaire et même de la capacité d’agrégation plaquettaire. Tous les éléments sont étroitement liés à la libération des neurotransmetteurs.

L’augmentation significative de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle pourrait entraîner une augmentation de la demande en oxygène du cœur. Dans certaines conditions, autrement dit chez les patients qui présentent un plus grand risque, cela peut générer un infarctus aigu.

Tous ces facteurs font également référence à certaines anomalies dans le système nerveux autonome. Il s’agit de la partie neuronale qui est responsable des actions involontaires telles que la respiration ou les battements du cœur.

Si la personne présente des facteurs de risque établis, comme la présence de plaques d’athérome dans les petites artères, la décharge du système nerveux pourrait alors conduire à un accident vasculaire cérébral. En d’autres termes, les athéromes se rompent et bloquent la circulation, interrompant ainsi le flux d’oxygène vers les tissus.

Par ailleurs, il faut souligner que les situations stressantes de la vie quotidienne peuvent entraîner une augmentation de la quantité de cigarettes fumées par les consommateurs. Chez certaines personnes, le stress entraîne également une tendance à la malnutrition, avec pour conséquence une augmentation du cholestérol sanguin.

Découvrez aussi : Les infarctus féminins et masculins sont-ils différents ?

Symptômes de stress affectant le cœur

Certains individus sont plus sujets que d’autres à souffrir de symptômes du stress. Soit en raison de leur personnalité, soit pour des situations vécues. Pour ces personnes, il est fondamental de développer des mécanismes qui leur permettent d’affronter plus sainement les déclencheurs qui les déstabilisent.

L’un des symptômes typiques du stress qui affecte le cœur sont les palpitations. Il s’agit d’accélérations des battements cardiaques, avec une tachycardie, qui ressemble à un tambourinement dans la poitrine. Les douleurs thoraciques peuvent également en être une manifestation.

Lisez davantage : La cardiopathie congénitale

Conseils pour lutter contre le stress et ses effets sur le cœur

La reconnaissance du lien étroit entre les facteurs stressants et les diverses maladies cardiaques devrait favoriser le développement de stratégies de prévention.

En effet, la prévention des phénomènes cardiovasculaires est possible si, en plus de l’alimentation et de l’exercice physique, nous mettons en place des techniques de réduction du stress. Des stratégies de relaxation peuvent être utiles en cas de difficultés émotionnelles sérieuses. Dans l’idéal, les déclencheurs de stress devraient aussi être évités.

En général, l’objectif d’un programme de gestion du stress est de diminuer l’impact sur la personne. Les facteurs de stress ne seront jamais complètement éliminés, mais il est possible de les limiter. De même qu’il est possible de les contenir et les transformer en stimulus pour une amélioration individuelle.

Une jeune femme qui a mal à la tête.

“Le stress doit être géré pour minimiser les risques cardiovasculaires.”

Quand faut-il consulter un médecin ?

Il est impossible de prévoir l’ampleur du stress qui affectera le cœur de chaque individu. Malgré tout, l’identification de situations problématiques, comme par exemple un deuil, devrait nous alerter sur la nécessité de solliciter une aide professionnelle afin de prévenir des conséquences négatives.

En outre, il est fortement conseillé d’adopter des habitudes saines. Plus précisément, une alimentation saine et équilibrée, éviter de fumer et de consommer de l’alcool en excès, puis réaliser une activité physique régulière, de préférence aérobique. La routine de sommeil est un autre facteur qui réduit l’anxiété.

Enfin, dans la mesure du possible, nous devrions éviter ou diminuer les situations stressantes. Cela aura un impact positif non seulement sur la santé du cœur, mais également sur le bien-être général.

  • Levenson J., Psychological factors affecting other medical conditions: Clinical features, assessment, and diagnosis, retrieved on 25 Sep 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/psychological-factors-affecting-other-medical-conditions-clinical-features-assessment-and-diagnosis?search=stress%20psychological&source=search_result&selectedTitle=1~150&usage_type=default&display_rank=1
  • Krantz DS, Helmers KF, Bairey CN, Nebel LE, Hedges SM, Rozanski A. Cardiovascular reactivity and mental stress-induced myocardial ischemia in patients with coronary artery disease. Psychosom Med. 1991 Jan-Feb;53(1):1-12. doi: 10.1097/00006842-199101000-00001. PMID: 2011644.
  • Vieco Gómez, German Fernando. “Factores de riesgo psicosocial, estrés y enfermedad coronaria.” Psicología desde el Caribe 35.1 (2018): 49-59.
  • Kop WJ, Krantz DS, Howell RH, Ferguson MA, Papademetriou V, Lu D, Popma JJ, Quigley JF, Vernalis M, Gottdiener JS. Effects of mental stress on coronary epicardial vasomotion and flow velocity in coronary artery disease: relationship with hemodynamic stress responses. J Am Coll Cardiol. 2001 Apr;37(5):1359-66. doi: 10.1016/s0735-1097(01)01136-6. PMID: 11300447.
  • Toffer G., Psychosocial factors in acute myocardial infarction, retrieved on 25 Sep 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/psychosocial-factors-in-acute-myocardial-infarction?search=stress%20psychological&source=search_result&selectedTitle=3~150&usage_type=default&display_rank=3
  • Estrés: el riesgo cardiovascular es mayor durante el primer año, extraído el 25 Septiembre 2020, de Sociedad Argentina de Cardiología. https://www.sac.org.ar/actualidad/estres-el-riesgo-cardiovascular/
  • Medina, Natalia Tobo, and Gladys Eugenia Canaval. “Las emociones y el estrés en personas con enfermedad coronaria.” Aquichan 10.1 (2010): 19-33.
  • Sánchez Segura, Miriam, et al. “Asociación entre el estrés y las enfermedades infecciosas, autoinmunes, neoplásicas y cardiovasculares.” Revista Cubana de Hematología, Inmunología y Hemoterapia 22.3 (2006): 0-0.
  • Brito Pons, Gonzalo. “Programa de reducción del estrés basado en la atención plena (mindfulness): sistematización de una experiencia de su aplicación en un hospital público semi-rural del sur de Chile.” Psicoperspectivas 10.1 (2011): 221-242.
  • García-Goméz, Ronald G., Patricio López-Jaramillo, and Carlos Tomaz. “Papel del sistema nervioso autónomo en la relación entre depresión y enfermedad cardiovascular.” Revista de neurología 44.4 (2007): 225-233.
  • El estrés provoca un incremento de la tensión arterial, importante factor de riesgo cardiovascular, extraído el 25 Septiembre 2020, de Sociedad Española de Cardiologia. https://secardiologia.es/185-clinica-extrahospitalaria/noticias/932-el-estres-provoca-un-incremento-de-la-tension-arterial-importante-factor-de-riesgo-cardiovascular