Comment les températures extrêmes affectent-elles le corps humain ?

29 avril 2021
La capacité de thermorégulation du corps humain lui permet de faire face aux environnements climatiques adverses. Néanmoins, une exposition constante peut avoir de grandes conséquences.

L’exposition à des températures extrêmes peut avoir de sérieuses conséquences sur la santé et même entraîner la mort d’une personne. Ces conditions climatiques apparaissent généralement dans les pays au climat tempéré, surtout lors des mois d’hiver et d’été.

La température idéale du corps se situe autour des 37°C. Au dessus de 41, on parle d’hyperthermie et, en dessous de 35, d’hypothermieLes températures extrêmes peuvent rapidement déclencher ces deux états.

Vous aimeriez en savoir plus sur ce sujet ? Nous vous avons préparé cet article pour résoudre les principaux doutes sur ce thème. Alors, n’hésitez pas à poursuivre votre lecture !

Comment le corps peut-il tolérer les changements de température ?

L’être humain dispose de nombreux mécanismes biologiques de thermorégulation. Ceux-ci sont complétés par notre capacité consciente à créer des objets et des vêtements destinés à éviter la perte ou le gain de chaleur, selon les cas.

Grâce à l’activité de nombreux organes et systèmes (comme le cardiovasculaire et le neurologique), l’organisme a la capacité de faire face à des situations climatiques adverses.

Par exemple, en ce qui concerne les climats chauds, il existe une perte par évaporation de chaleur, au cours de laquelle les vaisseaux sanguins situés à la surface du corps se dilatent pour perdre du liquide sous forme de sueur. Le contraire se passe quand il fait très froid car la distribution du flux sanguin se fait vers les organes vitaux.

Comment le corps réagit-il en cas de chaleur extrême ?

La chaleur extrême est une condition climatique adverse au cours de laquelle on atteint des températures qui, si elles se maintiennent de façon soutenue, peuvent déboucher sur de sévères conséquences sur la santé. Cette température varie selon chaque région. Les mécanismes d’adaptation dépendent de l’environnement dans lequel une personne évolue.

Quand cette température se maintient autour de 10 degrés au dessus de la limite supérieure moyenne pour une zone déterminée, on parle de chaleur extrême. Bien évidemment, ces conditions doivent être stables pendant plusieurs semaines.

Symptômes et réactions

Certaines des manifestations cliniques les plus importantes pendant une vague de chaleur sont :

  • Douleur musculaire, abdominale et maux de tête.
  • Transpiration abondante.
  • Fatigue et évanouissements.
  • Nausées.
  • Augmentation de la fréquence cardiaque.

Beaucoup de ces symptômes sont la conséquence naturelle de la déshydratation. Si vous les présentez, il est recommandé de se rendre aux urgences le plus vite possible.

Découvrez aussi : 7 astuces simples pour boire plus d’eau chaque jour et améliorer votre santé

La chaleur trop forte peut altérer le mécanisme de régulation chez l'humain

Comment peut-on la réguler et la prévenir ?

En cas de possible vague de chaleur, il convient de suivre plusieurs recommandations pour éviter tout type de dommage au niveau de la santé. Les plus basiques sont d’équiper la maison de climatisation et de ventilateurs, ce qui peut nécessiter un investissement économique anticipé.

Il est aussi recommandé d’acheter ou de fabriquer des déflecteurs si on a beaucoup de fenêtres chez nous. Certains peuvent être crées en utilisant du carton avec de l’aluminium.

Boire beaucoup d’eau et porter des vêtements amples sont des aspects basiques que l’on doit aussi bien respecter à l’extérieur que chez nous. Si nous devons sortir, nous devons aller près de lieux publics où il y a la climatisation ou une assistance médicale immédiate au cas où nous présenterions l’un des symptômes mentionnés.

Groupes à risque

Les personnes âgées, tout comme les jeunes enfants, sont plus sujettes aux complications médicales qui dérivent des températures extrêmes. Les patients atteints de maladies chroniques, surtout celles qui touchent le système cardiovasculaire et rénal, doivent prendre encore plus de précautions.

Comment le corps réagit-il en cas de froid extrême ?

La définition de froid extrême est l’opposée de celle de la chaleur extrême. Il se produit généralement dans des régions avec des climats tempérés et dans le contexte de tempêtes hivernales.

Symptômes et réactions

Les principales manifestations cliniques d’une exposition dangereuse au froid extrême sont les suivantes :

  • Frissons et crampes musculaires.
  • Fourmillements.
  • Diminution de l’état de conscience.
  • Changement de coloration au niveau des mains et des pieds.

Tous ces symptômes, et plus particulièrement les deux derniers, impliquent le besoin d’être examiné dans le service d’urgences le plus proche.

Poursuivez votre lecture : La gangrène : causes et symptômes

Comment peut-on le réguler et le prévenir ?

Comme cela se produit avec les vagues de chaleur, dans la majorité des cas, on peut prévenir ses effets négatifs sur la santé. Les recommandations sont les suivantes :

  • Sortir le moins possible de chez soi.
  • Disposer des outils nécessaires pour retirer la neige des environs.
  • Porter plusieurs couches de vêtements, en se protégeant les mains, les pieds, les oreilles, le cou et la tête.
  • Prévoir à l’avance un bon système de chauffage.
  • Établir un plan d’urgence pour se rendre dans un hôpital en cas de besoin.
  • Avoir suffisamment de nourriture en conserve au cas où l’électricité se couperait.

Groupes à risque

Les âges extrêmes et les patients avec des maladies chroniques sont plus exposés aux effets d’une vague de froid. Les personnes avec une mobilité réduite doivent éviter de sortir de chez elles en raison des possibles obstacles occasionnés par les chutes de neige.

Il faut toujours faire attention aux températures extrêmes

Chaque année, l’exposition à ces températures extrêmes coûte des milliers de vie, plus que les catastrophes naturelles. La majorité des pays développés avec des climats tempérés ont des stratégies gouvernementales destinées à réduire les décès dus à ce problème. Face au moindre doute, il est recommandé de consulter un médecin de confiance.

  • Flouris, A. D. (January, 2011). Functional architecture of behavioral thermoregulation. European Journal of Applied Physiology, 111(1), 1-8.
  • Johnson, J. M., & Kellogg, D. L. (2010). Local thermal control of the human cutaneous circulation. Journal of Applied Physiology, 109(4), 1229-1238.
  • López A. Actualidad en termorregulación. Pensar en Movimiento 2014;12(2):1-36.
  • Nakamura, K. (2011). Central circuitries for body temperature regulation and fever. American Journal of Physiology. Regulatory, Integrative and Comparative Physiology, 301(5), R1207-1228.
  • Organización Panamericana de la Salud. Ola de calor y medidas a tomar – revisión preliminar. Biblioteca sede OPS.
  • Schepers, R. J., & Ringkamp, M. (February, 2010). Thermoreceptors and thermosensitive afferents. Neuroscience and Biobehavioral Reviews, 34(2), 177-184.