Comment les troubles de l'alimentation sont-ils liés à l'infertilité ?

Les troubles alimentaires sont associés à des problèmes de fertilité, bien qu'on ne sache pas encore exactement dans quelle mesure et de quelle manière spécifique. Plus de recherche est nécessaire.
Comment les troubles de l'alimentation sont-ils liés à l'infertilité ?
Leidy Mora Molina

Relu et approuvé par l'infirmière Leidy Mora Molina.

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 30 octobre, 2022

Les troubles alimentaires peuvent être liés à l’infertilité, tant chez les hommes que chez les femmes. La plupart des preuves indiquent que cela se produit, bien qu’il existe également des études qui ne trouvent pas d’association directe.

Il est important de souligner que les troubles de l’alimentation ne surviennent pas seulement chez les femmes. Il y a aussi des hommes qui les vivent. Dans les deux cas, la capacité de concevoir serait réduite.

Un aspect à souligner est le fait que les effets des troubles alimentaires sur la fertilité ne se manifestent pas toujours immédiatement. Cela signifie que les conséquences pourraient se faire sentir même longtemps après la résolution de ces problèmes.

Quels sont les troubles alimentaires qui peuvent causer l’infertilité ?

Les troubles alimentaires les plus connus sont l’anorexie et la boulimie nerveuse. Cependant, il en existe également d’autres qui se situent dans une catégorie non spécifique, connue sous le nom d’autres troubles alimentaires non spécifiés.

Anorexie nerveuse

L’anorexie mentale est une condition dans laquelle une personne arrête de manger normalement et limite sévèrement la quantité de calories qu’elle consomme, dans le but de perdre du poids ou de maintenir un poids extrêmement faible. C’est peut-être le plus courant des troubles alimentaires.

Boulimie nerveuse

La boulimie nerveuse est un trouble caractérisé par des épisodes récurrents d’hyperphagie boulimique, suivis d’actions destinées à compenser ces excès. La chose la plus courante est que les gens s’auto-induisent des vomissements, mais pour expulser les excès, ils ont aussi généralement recours à des laxatifs, des lavements, des exercices intenses ou des régimes de jeûne très sévères.

Anorexie et boulimie qui affectent la fertilité.
Les troubles de l’alimentation affectent de nombreux aspects de la vie et de la santé, pas seulement le poids corporel.

Frénésie alimentaire

Les crises de boulimie font également partie des troubles alimentaires. Elles se caractérisent par la prise rapide de grandes quantités de nourriture. La chose habituelle est qu’il n’y a pas de faim préalable et qu’elles génèrent des sentiments de culpabilité et de tristesse. Pour être classé comme un trouble, il doit se produire au moins deux fois par semaine.

Prégorexie

La prégorexie est un trouble dans lequel une femme enceinte ne mange pas suffisamment de peur de prendre du poids. Il est généralement accompagné d’exercices intenses.

Il est fréquent que les femmes qui en souffrent aient déjà été anorexiques. C’est pourquoi la prégorexie est liée à l’infertilité, puisqu’il s’avère qu’un grand nombre de ces patientes ont eu des problèmes de conception et prolonge ce problème dans les comportements autour de leur gestation.

Vigorexie

La vigorexie est l’un des troubles alimentaires qui touchent le plus les hommes. Elle suppose une dépendance à l’exercice physique et la consommation d’une alimentation déséquilibrée, très orientée vers l’apport en protéines. Il y a une préoccupation excessive pour le physique et une obsession d’avoir un corps athlétique et musclé.

Syndrome de l’alimentation nocturne

C’est un trouble similaire à l’hyperphagie boulimique. La principale différence est que dans le syndrome de l’alimentation nocturne, l’alimentation ne se produit que la nuit. De même, de gros volumes de nourriture ne sont pas consommés en une seule fois, mais plusieurs petits repas tout au long des heures qui seraient du repos.

Mégarexie

La mégarexie est l’un des troubles alimentaires les moins visibles. On pourrait dire que c’est le contraire de l’anorexie et fait référence aux personnes en surpoids, mais ne le voyez pas comme un problème de santé, mais comme une manifestation de vitalité. Ils en viennent même à se considérer comme minces ou athlétiques.

Les troubles de l’alimentation conduisent à l’infertilité par diverses voies

Les troubles alimentaires sont des problèmes graves qui peuvent même mettre la vie en danger. En plus des effets négatifs qu’ils provoquent sur la santé générale, ils affectent la fertilité. Voyons comment.

Graisse corporelle

Le corps a besoin de niveaux adéquats de graisse pour maintenir l’équilibre hormonal. Les cellules graisseuses influencent la production et la synthèse des hormones, y compris les œstrogènes et la testostérone. Si le corps ne produit pas suffisamment de ces hormones, le système reproducteur est affecté.

Alimentation et fertilité

Bien que la science n’ait pas complètement élucidé la relation entre la nutrition et la fertilité, il est prouvé que la qualité de l’alimentation influence la fertilité. Les personnes atteintes de troubles alimentaires ne voient pas leurs besoins fondamentaux satisfaits.

Cela conduit à des ovules et à du sperme de moins bonne qualité. Aussi au fait que le corps a des difficultés à synthétiser les hormones.

Menstruations et ovulation

La plupart des femmes souffrant de troubles de l’alimentation ont également des règles manquées (aménorrhée) ou des règles irrégulières. Cela provoque des problèmes d’ovulation et entrave la possibilité de tomber enceinte, bien qu’il ne l’élimine pas.

Rétrécissement ovarien et utérin

Chez certaines femmes souffrant d’anorexie, en particulier celles souffrant d’aménorrhée chronique, une réduction de la taille de l’utérus ou des ovaires a été détectée. On pense que cela est lié à un déséquilibre hormonal.

Numération des spermatozoïdes et dysfonction érectile

Il n’y a pas suffisamment d’études à ce sujet, mais les données disponibles indiquent que les hommes ayant de très faibles niveaux de graisse ont également de très faibles niveaux de testostérone, ce qui entraîne une faible numération des spermatozoïdes. De même, ils sont susceptibles de rencontrer des problèmes de dysfonction érectile.

Homme mince avec infertilité.
La maigreur chez les hommes réduirait la qualité du sperme, entraînant une possible infertilité.

Effets sur l’infertilité à long terme due aux troubles alimentaires

Il existe des soupçons fondés que les troubles de l’alimentation peuvent avoir des effets négatifs sur la fertilité, même lorsqu’ils ont été surmontés. En fait, aucune recherche à long terme ne peut le prouver.

Cependant, il est admis parmi les médecins que les personnes ayant des antécédents de troubles de l’alimentation ont un taux d’infertilité plus élevé et plus de difficultés à concevoir. De même, les femmes mettent plus de temps à tomber enceinte que le reste de la population.

Apparemment, cela est lié à la gravité du trouble à l’époque. Lorsqu’il était très radical, il aurait pu laisser des dommages permanents au système reproducteur.

D’autre part, lorsqu’une grossesse survient chez une femme présentant ou ayant des antécédents de troubles de l’alimentation, il existe un risque accru de fausse couche, d’accouchement prématuré et de bébés de faible poids à la naissance. Il existe également un risque accru que la mère développe des problèmes cardiaques.

De plus, la dépression post-partum est plus susceptible de se produire. Ensuite, ils peuvent transmettre une idée déformée de l’image corporelle à leurs enfants.

Ne sous-estimez pas les troubles alimentaires

Les troubles alimentaires causent l’infertilité parce qu’ils affectent la santé physique et mentale. Si une personne envisage d’avoir des enfants, il est souhaitable qu’elle soit en bonne santé. Sinon, vous risquez de rencontrer des obstacles lorsqu’il s’agit de concevoir.

L’approche des troubles du comportement alimentaire est pluridisciplinaire. L’intervention d’un médecin, d’un psychologue et d’un nutritionniste est nécessaire, au minimum. Un bon processus de réhabilitation nutritionnelle peut suffire à avoir une fertilité fonctionnelle.

Cela pourrait vous intéresser ...
15 mythes que les spécialistes de la fertilité entendent
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
15 mythes que les spécialistes de la fertilité entendent

Les spécialistes de la fertilité savent qu'il existe plusieurs mythes entourant la fertilité et qu'il est important de les dissiper.



  • Ekeus, C., Lindberg, L., Lindblad, F., & Hjern, A. (2006). Birth outcomes and pregnancy complications in women with a history of anorexia nervosa. BJOG: An International Journal of Obstetrics & Gynaecology113(8), 925-929.
  • Rava, M. F., & Silber, T. J. (2004). Bulimia nerviosa (Parte 1): Historia. Definición, epidemiología, cuadro clínico y complicaciones. Archivos argentinos de pediatría, 102(5), 353-363.
  • González Rodríguez, L. G., López Sobaler, A. M., Perea Sánchez, J. M., & Ortega, R. M. (2018). Nutrición y fertilidad. Nutricion hospitalaria35(SPE6), 7-10.
  • Whittaker, J., & Wu, K. (2021). Low-fat diets and testosterone in men: Systematic review and meta-analysis of intervention studies. The Journal of steroid biochemistry and molecular biology210, 105878.
  • Yanes-Rizo, T., Salazar-Alarcón, C. E., Martínez-Cruz, M., Nava-Hernández, J., Porter, M., & Vital-Reyes, S. (2014). Composición corporal y hábitos alimentarios en pacientes con infertilidad. Revista Mexicana de Medicina de la Reproducción6(4), 177-184.
  • Tuncer, E., GÜMÜŞ, A. B., & Keser, A. (2020). The Importance of Pregorexia Awareness. Clinical and Experimental Health Sciences10(3), 186-190.