Comment l'obésité affecte-t-elle le cerveau ?

L'obésité est liée à une augmentation de la perméabilité intestinale et à une arrivée plus importante de composés toxiques dans le cerveau.
Comment l'obésité affecte-t-elle le cerveau ?
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 23 septembre, 2022

L’obésité altère le fonctionnement normal de l’organisme. En plus d’augmenter le risque de développer des maladies à moyen et long terme, il est également capable d’influencer les performances cognitives.

Pour cette raison, il est essentiel de réduire le surpoids. Cela contribuera à améliorer considérablement la qualité de vie. Découvrez comment l’obésité est capable d’affecter le cerveau.

L’obésité réduit les performances cérébrales

L’obésité est capable de réduire les performances du cerveau et d’accélérer son vieillissement. Et ce, car cet état favorise des processus d’oxydation et d’inflammation. De plus, il pourrait augmenter le risque de démence chez les personnes âgées.

D’autre part, le surpoids est lié à l’aggravation des marqueurs de la santé métabolique. Cette situation est susceptible d’augmenter la sensation de fatigue et d’épuisement de l’individu, qui se produit non seulement au niveau musculaire, mais est également susceptible de s’étendre à la fonction cognitive.

L’obésité est une condition qui peut affecter plusieurs des principaux systèmes qui composent le corps humain. Cette maladie empêche le corps de fonctionner correctement.



Le lien entre la maladie d’Alzheimer et l’obésité

L’obésité est capable de précipiter le déclin cognitif. Pendant des années, cette condition a été associée à une augmentation des processus de démence. Mais en plus, comme en témoigne un article publié sur International Journal of Molecular Sciences, le surpoids et l’obésité vont de pair avec un risque plus élevé de développer la maladie d’Alzheimer.

La raison serait une augmentation de la perméabilité de la barrière intestinale et hémato-encéphalique. À partir de là, le nombre de composés bêta-amyloïdes qui sont synthétisés et pénètrent dans le système nerveux central augmente. Cela est lié au risque de souffrir de ce type de maladies neurodégénératives.

Pour réduire l’impact de cette situation, une supplémentation en probiotiques peut s’avérer positive. Ces bactéries colonisent les parois du transit intestinal et réduisent la genèse de déchets toxiques et la perméabilité de la paroi intestinale.

Protection de l'acide fulvique contre la maladie d'Alzheimer-



Quelques conseils diététiques pour perdre du poids

Lorsque l’on cherche à réduire l’obésité, il est nécessaire de mettre en œuvre une série de stratégies diététiques. L’objectif est d’améliorer la qualité de l’alimentation et d’augmenter la vitesse de perte de poids. Le jeûne intermittent et la restriction glucidique sont très efficaces en milieu clinique.

De plus, il existe un certain nombre de suppléments ou de substances qui peuvent soutenir le processus d’amincissement. Consommer fréquemment du thé ou du café et ajouter des épices aux repas sont des stratégies qui se sont avérées très efficaces.

Bien que certains types d’obésité soient liés à des facteurs génétiques, dans la plupart des cas, les causes sont environnementales. Les personnes atteintes de cette maladie ont souvent des habitudes de vie malsaines, situation qui se traduit par une accumulation d’énergie dans le tissu adipeux.

Pour cette raison, des changements au niveau du régime alimentaire et la mise en place d’une routine d’exercice donnent généralement des résultats satisfaisants.

Surpoids et obésité.

L’obésité est un facteur de risque de déclin cognitif

En somme, l’obésité est une maladie qui entraîne la détérioration de divers organes du corps. L’un d’eux est le cerveau. Le surpoids peut entraîner une réduction des performances cognitives, ainsi qu’une incidence plus élevée de pathologies neurodégénératives.

Pour prévenir une telle situation, la perte de poids est essentielle. Il est possible d’atteindre cet objectif en améliorant les habitudes alimentaires et en augmentant le niveau d’activité physique.

Il est nécessaire de remédier à cet état d’obésité pour prévenir l’apparition de pathologies liées au vieillissement.

La consommation d’aliments à caractère antioxydant et anti-inflammatoire peut favoriser le retardement du développement de ce type de maladie. De plus, une supplémentation en probiotiques peut réduire l’incidence des problèmes cognitifs.

Cela pourrait vous intéresser ...
10 raisons pour lesquelles le yoga est idéal pour les personnes en surpoids
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
10 raisons pour lesquelles le yoga est idéal pour les personnes en surpoids

Découvrons ensemble 10 raisons qui font du yoga l'activité idéale pour toutes les personnes en surpoids qui recherchent une activité de faible inte...



  • Dye L., Bernard Boyle N., Champ C., Lawton C., The relationship between obesity and cognitive heatlh and decline. Proc Nutr Soc, 2017. 76 (4): 443-454.
  • Jones NS., Rebeck GW., The synergistic effects of APOE genotype and obesity on alzheimer’s disease risk. Int J Mol Sci, 2018.
  • Martínez, I. V., Román, J. L., Gonzálvez, A. M., & García, J. V. (2005). Obesidad y síndrome metabólico en pacientes con esquizofrenia. Revista Psiquiatría Biológica [revista en internet]12(2), 39-45.