Boulimie : tout ce que vous devez savoir

La boulimie est un trouble du comportement alimentaire caractérisé par une alternance de crises de boulimie et de comportements compensatoires. Elle est plus fréquente que l'anorexie et 9 personnes sur 10 touchées sont des jeunes femmes.
Boulimie : tout ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 15 mars, 2022

La boulimie fait partie des troubles du comportement alimentaire. C’est une pathologie caractérisée par une alternance de crises de boulimie avec des comportements compensatoires, tels que des vomissements, un jeûne ou un exercice physique excessif.

Ces comportements sont généralement motivés à la fois par une peur excessive de prendre du poids et par une insatisfaction vis-à-vis de sa propre image. Selon la littérature scientifique, il existe deux types de boulimie :

  • Le sous-type purgatif est peut-être le plus connu au niveau populaire. Après des crises de boulimie, les gens se font vomir, utilisent des pilules amaigrissantes, des lavements, des diurétiques, des laxatifs, etc.
  • Dans le sous-type sans purge, les comportements compensatoires sont orientés vers un exercice ultérieur rapide, excessif, etc. Mais il n’y a pas de vomissements, pas d’apport de substances purgatives.

La boulimie implique généralement de graves problèmes d’estime de soi, de fortes insécurités, de l’anxiété et des problèmes dans l’environnement familial ou scolaire.

Quelle est son incidence ?

Qui affecte-t-il le plus ?
  • La boulimie peut toucher n’importe qui, bien que la plupart des cas soient des jeunes femmes. Chez les hommes, il est très rare qu’il se présente comme tel, étant plus fréquent chez ceux-ci la vigorexie.
  • De même, le risque d’en souffrir est plus important chez les personnes présentant des troubles de la personnalité. Son association avec le trouble de la personnalité borderline, avec les troubles dépendants et évitants est très fréquente.

Qu’est-ce qui caractérise la boulimie ?

S’il y a quelque chose qui caractérise la boulimie, c’est l’alternance de crises de boulimie avec des comportements de purge. Nous parlons de vomissements causés après avoir mangé. Cependant, ils sont également courants :

Exercice excessif, prise d’agents amincissants, abus de diurétiques, de laxatifs ou de lavements, etc. Elle est fortement associée à des problèmes d’estime de soi et d’insécurité, ainsi qu’à des troubles anxieux. Cela ne signifie pas qu’une personne avec une mauvaise image de soi ou avec un certain type de trouble anxieux développe nécessairement la maladie.

De même, il n’exclut pas le reste de la population. Ce sont simplement des facteurs qui augmentent les chances de développer la maladie.

Les personnes boulimiques ont généralement leur poids dans les limites normales. Cependant, ils sont excessivement soucieux à la fois de leur image et de leur poids.

Comment ça commence ?

Comme ça commence

Normalement, tout commence dans le cadre d’un régime amaigrissant indûment prolongé. Dans de nombreux cas, cela est dû à une réduction considérable des apports au cours de la journée.

Lorsque ces personnes ont faim (en raison de l’hypoglycémie), des crises de boulimie se produisent, les sucreries et les aliments hypercaloriques étant courants.

Après cela, ils ressentent une culpabilité et une angoisse énormes. C’est pourquoi ils ont recours à des comportements compensatoires. Ainsi commence la spirale binge-compensation.

Que faire en cas de boulimie ?

Tout d’abord, il est essentiel de créer un climat de confiance lors de l’échange avec cette personne. S’il s’agit en soi d’un trouble qui se cache relativement facilement, si la personne se sent “agressée” ou plongée dans une “chasse aux sorcières”, il est fort probable qu’elle finira par se refermer sur elle-même, refuser de parler et développer des comportements d’évitement.

Il est important de savoir quelle perception cette personne a d’elle-même, ainsi que s’il y a des problèmes dans son environnement. Si elle se sent attirante ou non, s’il y a des problèmes sous-jacents d’intimidation ou d’anxiété à propos des résultats scolaires.

De même, et bien que cela semble idiot, nous devons exclure qu’il s’agit d’un simple régime. Évidemment, s’il est certain que cette personne, par exemple, provoque des vomissements, toutes les alertes doivent être activées.

Si, en revanche, vous avez changé vos habitudes (manger moins, changer de type d’alimentation, faire de l’exercice…), avant d’appuyer, il est préférable de s’assurer.

Si le problème est confirmé…

Il est nécessaire que cette personne soit évaluée par des équipes psychiatriques spécialisées. Ce sont les unités pour les troubles de l’alimentation.

Recevoir des soins psychiatriques génère généralement beaucoup de rejet dans la population. Pour cette raison, il est essentiel que la personne perçoive le soutien de son entourage, et non des reproches ou un sentiment de déception. Rappelons-nous que, dans l’ensemble, il y a généralement une forte insécurité sous-jacente et de graves problèmes d’estime de soi. Que la personne trouve du soutien dans son environnement, qu’elle puisse s’épanouir, c’est aussi basique que la prise en charge par des spécialistes.

Comment le diagnostic de ce trouble est-il atteint ?

Diagnostic

Elle est réalisée en fonction des antécédents cliniques et nécessite l’évaluation d’unités spécialisées. L’évaluation se fait par le biais d’un entretien, tant avec la personne qu’avec les membres de sa famille. Divers tests sont utilisés pour cela.

Quel est le traitement de la boulimie ?

D’une part , la psychothérapie est essentielle. Au début, cela génère généralement du rejet et de l’inconfort, des réactions de colère et de déni du problème. Il existe plusieurs façons de faire face à la situation, c’est pourquoi la prise en charge est individualisée.

En revanche, un traitement médicamenteux peut être nécessaire. En ce sens, les médicaments les plus utilisés sont les antidépresseurs ou les anxiolytiques, dans le but d’améliorer l’humeur et de réduire les sentiments d’angoisse.

Les stabilisateurs de l’humeur, comme le lithium, sont également utilisés pour prévenir les changements d’humeur soudains. En effet, ils réduisent la labilité et l’instabilité.

Occasionnellement, un antipsychotique peut être prescrit afin de profiter de ses propriétés anti-impulsivité.

Vous pensez souffrir de boulimie ? Si tel est le cas, contactez votre médecin généraliste pour obtenir de l’aide. Votre bien-être en dépend.

Cela pourrait vous intéresser ...
8 conséquences physiques ou psychologiques de la boulimie
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
8 conséquences physiques ou psychologiques de la boulimie

Les conséquences de la boulimie affectent à la fois la santé physique et psychologique du patient. Découvrez-en ici quelques-unes.