Comment soigner la blessure du rejet ?

Vous ne savez pas comment gérer un rejet amoureux ? Voici 7 choses que vous pouvez faire pour vous remettre d'un amour non réciproque.
Comment soigner la blessure du rejet ?

Dernière mise à jour : 15 novembre, 2021

Le rejet est quelque chose que nous devons tous gérer à un moment de notre vie. Et la blessure du rejet fait particulièrement mal. L’amour ne sera pas toujours réciproque, et soyons honnêtes, presque toutes les relations ont un point final. Si vous vivez une situation de ce type, découvrez ici quelques astuces qui vous seront d’une grande aide.

Surmonter un rejet amoureux demande du temps et de l’engagement. Il est normal que vous ayez beaucoup de sentiments négatifs en ce moment, et comprendre cela fait partie du processus. Nous vous promettons que si vous suivez nos conseils, vous pourrez vous en remettre et aller de l’avant.

7 étapes pour soigner la blessure du rejet

Un article publié sur Dialogues in Clinical Neuroscience en 2015 a examiné les émotions qui surviennent après le rejet. Il a été mis en évidence que les personnes développent des sentiments de jalousie, de solitude, de mal du pays, de culpabilité, de honte, d’anxiété sociale, de tristesse et de colère.

D’autres recherches publiées sur Science en 2003 montrent que la douleur causée par le rejet est similaire à une douleur physique. Avec tout cela, nous voulons vous dire que ce que vous ressentez aujourd’hui est parfaitement naturel.

Les conseils que nous vous livrons ici concernent le contexte amoureux. Cependant, ceux-ci peuvent également être appliqués dans toute autre situation de rejet (amitié, emploie, etc.).



1. Pour soigner la blessure du rejet, l’acceptation est la première étape

Oui, la première étape pour soigner la blessure du rejet est de l’accepter. C’est beaucoup plus facile à dire qu’à faire. En effet, c’est un processus assez complexe. Cependant, vous ne pourrez jamais sortir du bourbier si vous n’acceptez pas d’abord que vous avez été rejeté.

Il s’agit de respecter la décision de la personne qui vous a rejeté. Vous devez être conscient que l’être humain est libre d’accepter ou de rejeter les propositions des autres, de sorte que vous ne pouvez rien faire pour les forcer à choisir ce que vous voulez. Accepter le rejet, c’est accepter ce principe, ce qui implique bien sûr un exercice d’humilité.

C’est aussi prendre du recul, commencer à faire des premiers pas pour boucler la boucle, savoir que vos ambitions actuelles ne se concrétiseront pas, et éviter de blâmer cette personne. Accepter d’avoir été rejeté implique de prendre conscience de la réalité, celle que vous avez devant vous.

Si vous croyez que cette réalité n’existe pas, ou que vous pouvez faire quelque chose pour la modifier à votre manière, alors vous tomberez de plus en plus dans le gouffre. Accepter ne signifie pas cacher vos sentiments ou prétendre que cela ne vous a pas fait mal. Au contraire, cela implique d’assimiler que quelqu’un ne vous aime et que cela est douloureux.

Guérir la blessure du rejet commence par l'acceptation
Bien que cela puisse être triste, accepter que le rejet est réel est la première étape vers la guérison.

2. Embrassez vos émotions

Comme nous l’avons expliqué au début, le cocktail d’émotions que vous ressentez en ce moment est tout à fait normal. Vous en développerez certains avec une plus ou moins grande intensité en fonction de nombreuses variables, mais soyez assuré que vous les vivrez toutes.

La douleur est la plus caractéristique, suivie par la tristesse et la colère. La dernière chose à faire est de réprimer ces émotions : les cacher n’implique pas de les éliminer. Au contraire, elles jailliront tôt ou tard de vous sous forme de frustrations et d’insatisfaction avec une intensité et une répercussion beaucoup plus grandes.

Bien entendu, accepter vos émotions n’implique pas qu’elles vous contrôlent. Pleurez quand vous devez pleurer, et soyez triste quand cette émotion vous envahit, mais apprenez aussi à les gérer. Autrement, toute votre journée sera conditionnée par elles et vous ne trouverez pas d’espace pour d’autres comme la joie et l’espoir.

3. Découvrez la leçon

Comme d’autres expériences de vie, la guérison de la blessure du rejet passe par un apprentissage. Bien sûr, vous n’êtes pas obligé de chercher la leçon de l’expérience dès les premiers jours, mais après quelques semaines, vous devez évaluer objectivement les leçons que vous pouvez en tirer.

Par exemple, il se peut que vous ayez été trop direct ou que vos attentes étaient trop élevées. Quoi qu’il en soit, faites un exercice de réflexion pour découvrir quelles erreurs vous avez commises et comment vous pouvez les éviter à l’avenir.

4. Cherchez le soutien de vos amis

Vos amis et votre famille peuvent être d’une grande aide dans ce processus, alors ne les laissez jamais de côté. Il est très fréquent que nous ayons envie de faire face à une telle expérience seul, et même que nous nous isolions des autres. Comprenez que vos amis et votre famille sont là pour vous soutenir dans des moments comme celui-ci.

Non seulement ils peuvent vous offrir une épaule sur laquelle vous appuyer, mais ils peuvent vous aider à mettre les choses en perspective et vous donner des conseils utiles. De plus, ils peuvent servir de distraction pour que vous ne pensiez pas à cette personne encore et encore. Alors n’hésitez pas à faire des activités avec eux.

Pour panser la blessure du rejet, il faut profiter des amitiés
Les proches sont là pour apporter leur soutien dans les moments les plus difficiles de la vie, y compris les situations de rejet.

5. Rappelez-vous qui vous êtes et ce que vous êtes capable de faire

Comme l’indiquent les chercheurs, la faible estime de soi est l’une des réponses classiques au rejet. Et même si la personne a une grande confiance en elle-même.

Ainsi, pour soigner la blessure du rejet, vous devez vous rappeler qui vous êtes et ce que vous êtes capable de faire. Ne laissez pas cette expérience se traduire par une mauvaise opinion de vous-même, une opinion qui peut entraver vos prochaines relations amoureuses.



6. Continuez d’avancer

Ne vous isolez pas de tout ce qui vous entoure. La vie continue, et elle le fera toujours indépendamment de votre situation. Maintenir un engagement dans votre travail, interagir avec votre famille, vos amis et vos collègues, faire du sport et créer des espaces de distraction ne sont que quelques façons d’aller de l’avant.

Cela est difficile les premiers jours, car le souvenir du rejet sera encore tout frais. Continuer d’aller de l’avant vous permettra de réduire les moments où vous avez l’esprit vide, et cela vous rappellera également qu’il y a beaucoup de choses que vous appréciez dans la vie.

7. Ne laissez pas la blessure du rejet conditionner vos prochaines expériences

Enfin, une des façons de se remettre d’un rejet amoureux est de ne pas le laisser conditionner vos expériences futures. Nous ne sommes pas en train de vous pousser dans les bras de quelqu’un d’autre, mais ne vous fermez pas complètement à cette idée une fois que vous vous sentez prêt.

Un nouveau départ !

Soigner la blessure du rejet est un processus complexe que chaque personne vit différemment. Il y a celles qui récupèrent en un jour ou deux, et il y en a d’autres qui prennent des mois. Ces conseils vous inciteront à vivre votre vie sans tourner le dos à de nouvelles expériences amoureuses par peur de la déception.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 erreurs possibles pour lesquelles vous êtes toujours célibataire
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
5 erreurs possibles pour lesquelles vous êtes toujours célibataire

Parmi les erreurs pour lesquelles une personne reste célibataire, figurent la peur, le désespoir et le manque de confiance en soi.



  • Eisenberger NI, Lieberman MD, Williams KD. Does rejection hurt? An FMRI study of social exclusion. 2003 Oct 10;302(5643):290-2.
  • Ford MB, Collins NL. Self-esteem moderates neuroendocrine and psychological responses to interpersonal rejection. J Pers Soc Psychol. 2010 Mar;98(3):405-19.
  • Leary MR. Emotional responses to interpersonal rejection. Dialogues Clin Neurosci. 2015 Dec;17(4):435-41.