Comment vivre de façon plus consciente ?

Vivre en étant conscients de ce que nous sommes et de ce qui nous entoure est la meilleure façon d'être en harmonie. Poursuivez votre lecture et découvrez ce que vous devez faire pour y parvenir.
Comment vivre de façon plus consciente ?

Dernière mise à jour : 13 juin, 2021

Dans le monde actuel, avec tant d’informations et de sources de distraction qui nous invitent à nous concentrer sur le reste et non sur nous, vivre de façon consciente est une chose de plus en plus difficile. Apparemment, notre monde interne nous attire moins.

Pourquoi vivre de manière consciente devrait-il nous intéresser ? Pour quelles raisons avons-nous besoin d’explorer nos propres expériences ? Il ne s’agit pas seulement du moi mais d’avoir une pleine conscience du moment et des circonstances dans lesquels nous vivons.

Creuser ces réponses fait partie de ce que nous verrons dans cet article, dans lequel nous découvrirons ce que signifie vivre consciemment, ce qui nous en empêche et ce que nous pouvons faire pour y parvenir.

Que signifie vivre de façon consciente ?

Vivre de façon consciente signifie savoir ce que vous êtes, qui vous êtes, connaître votre place dans le monde et celle que vous occupez par rapport aux autres personnes qui vous entourent. C’est aussi vous souvenir de vos responsabilités, de vos qualités, de vos vertus, et reconnaître votre côté négatif.

Ceci nous renvoie un peu au concept de dasein, du philosophe allemand Martin Heidegger. Dasein veut dire « être dans le monde », être situé en lui de façon dynamique, en vivant et en y faisant des expériences. Il s’agit en fait d’une relation avec l’être en soi.

Par ailleurs, pour le grand penseur espagnol José Ortega y Gasset, vivre en étant conscient est lié à nous-mêmes et à nos circonstances car ce que nous sommes dépend aussi bien de nous que de la culture et de l’époque.

Qu’est-ce qui nous empêche de vivre conscients dans le présent ?

En plus des distractions de la vie quotidienne, de l’excès de travail et des activités, il y a certaines attitudes qui nous affectent et nous signalent que nous ne vivons pas en étant conscients du moment présent.

En voici quelques-unes :

  • Ressentiment : le ressentiment est une émotion négative autour d’un souvenir amer, à cause d’une offense ou d’une injure que nous pensons avoir reçu sans le mériter. Il est lié à la rancœur et à la tristesse.
  • Peur et anxiété : nous avons peur du danger, de mourir, de tomber malade, que quelque chose de mal arrive à nos enfants. En étant prisonniers de la peur, nous cessons de vivre pleinement. La peur et l’anxiété produisent des sensations d’angoisse, d’insécurité et d’incertitude par rapport au futur.
  • Excès d’amour propre : une certaine dose d’amour propre est positive mais pas en excès. L’égo surdimensionné nous empêche de nous connecter au monde et aux personnes.
  • Évasion : être conscients de ce que nous sommes implique d’accepter notre réalité. S’évader vers le passé, vers des moments en apparence plus heureux ou vers un futur idéalisé peut soulager de façon temporaire, mais ce n’est pas la solution.
  • Distraction : vivre pleinement n’est possible que si vous prêtez attention à votre personne, à vos circonstances et à votre présent.
  • Ennui : si ce que vous faites et ce que vous avez devant vous vous ennuie, c’est peut-être parce que vous voudriez faire autre chose en ce moment même. Mais si vous passez votre temps à vous ennuyer, c’est mauvais signe.
Un homme qui s'ennuie devant la télévision.

L’ennui est capable de nous tirer du moment présent et nous empêche de profiter de ce qui se passe autour de nous.

Ceci peut vous intéresser : L’escalier de vie : se dépasser chaque jour en 5 étapes

Conseils pour vivre de façon plus consciente

Même si nous sommes d’accord avec le fait que vivre de façon plus consciente dans le présent est quelque chose de nécessaire, nous ne savons pas tous comment nous centrer davantage sur l’ici et maintenant. Nous devons entraîner notre esprit pour vivre chaque expérience. Nous devons réapprendre ce que nous avons désappris.

1. Méditation

Avec la méditation, vous commencez à vivre consciemment. Quand nous méditons, nous ne faisons rien d’autre qu’être là, dans le moment présent, à vivre le moment.

Des évidences indiquent que la méditation a des effets biopsychosociaux bénéfiques dans différents domaines de la vie humaine, aussi bien en lien avec les états émotionnels que les processus cognitifs et la santé en général. Elle influe même sur les symptômes de maladies chroniques.

Ainsi, développer la pratique de la méditation en tant qu’habitude nous aide à vivre de manière consciente et à cesser de penser avec angoisse à ce qui nous attend ou avec du ressentiment par rapport à ce qu’il s’est déjà passé.

2. Yoga et exercices

Le yoga ne consiste pas seulement en une série d’exercices d’étirements bénéfiques pour le corps. Il travaille surtout la connexion entre l’esprit et le physique.

On mentionne d’ailleurs, dans plusieurs études, que l’activité physique et le yoga sont des agents qui réduisent le stress et favorisent une meilleure qualité de vie, dans les domaines physiques, émotionnels, intellectuels, sociaux et spirituels.

3. Abandonner les jugements et les attentes

Avoir des attentes nous conduit à ne pas accepter. De la même façon, croire que les choses devraient être différentes nous épuise et nous empêche de voir ce que nous avons autour de nous.

Nous pouvons bien évidemment changer et essayer de nous améliorer. Car accepter ne signifie pas être d’accord avec toutes les choses telles qu’elles sont mais mettre de côté l’attitude de négation et l’éternelle bataille contre le monde.

Par ailleurs, les jugements que nous faisons de nous-mêmes ou la crainte de jugements de la part des autres nous écartent de notre réalité, en créant une idée biaisée de ce que nous attendons ou de ce qu’on attend de nous.

4. Éviter les émotions négatives

Une attitude de confiance dans le présent est celle consistant à vivre de façon consciente. Faire confiance au présent implique de mettre de côté la peur, l’angoisse et l’anxiété.

La même chose est valable pour la colère, la rage et le ressentiment. Ils nous enchaînent aux moments négatifs, en nous empêchant de voir qu’il y a autre chose.

5. Pratiquer l’acceptation et la gratitude

Notre vie peut ne pas nous sembler parfaite mais personne n’a dit qu’elle devait l’être. Il y a des moments ou des faits qui ne nous paraissent pas très agréables.

Cependant, pour chaque fait qui nous déplaît, il y en a un autre qui le compense. Si nous ne voyons que les premiers et pas les seconds, c’est parce que nous pensons trop aux mauvaises choses.

Nous ne pouvons pas seulement avancer de joies en joies, ni de tristesse en tristesse. L’écrivain Albert Camus a un jour dit qu’on ne pouvait pas être toujours heureux ou toujours malheureux.

En outre, quand nous sommes reconnaissants, nous voyons ce que nous avons et nous oublions de qu’il nous manque. Voilà précisément l’essence de la vie consciente.

La méditation au coucher de soleil.

Il n’y a pas qu’une seule façon de méditer. Chacun devrait trouver celle qui correspond le mieux à son style de vie.

6. Attention pleine

L’attention pleine ou mindfulness est liée au fait d’être au contact de la réalité du moment présent, en pleine conscience de ce que l’on fait, sans penser ou désirer autre chose. Vivre de façon consciente et en attention pleine sont aussi inséparables que les faces d’une pièce de monnaie.

Différentes études démontrent que l’attention pleine est efficace dans le traitement du stress et d’autres problèmes psychologiques. On l’a même introduite dans divers programmes de psychothérapie.

Développer l’attention pleine est une chose que nous pouvons réussir à faire à travers la pratique, en évitant tout ce qui peut distraire notre esprit et en nous efforçant de nous concentrer sur une seule tâche.

Différentes activités nous aident dans cet apprentissage difficile mais nécessaire de l’art de l’attention pleine et de la vie consciente. Parmi elles, nous retrouvons :

  • Écouter de la musique douce.
  • Lire.
  • Dessiner ou peindre.
  • Jouer aux échecs.
  • Marcher dans la nature.

 Les bénéfices de vivre de façon plus consciente dans le présent

Si nous ne vivons pas ce que nous devons vivre, nous n’obtiendrons pas la connaissance que suppose chaque expérience. L’apprentissage sera nul et nous serons condamnés à répéter des erreurs.

Quand nous avançons dans la vie en étant conscients, nous sommes plus ouverts à la connaissance, à l’apprentissage de ce qui nous entoure et de nous-mêmes. Nous gérons mieux la souffrance et le stress.

Être capables de vivre consciemment dans le présent est à notre portée. C’est de cela que dépendra l’existence future, beaucoup plus que les autres choses que nous ne pouvons pas contrôler.

Nous pouvons nous libérer de la souffrance superflue. Il suffit de laisser la carapace dans laquelle nous nous sommes réfugiés, de baisser le volume du bruit qui provient de l’extérieur, d’ouvrir les yeux et d’oser vivre pour de vrai.

It might interest you...
Le bocal de gratitude pour vivre pleinement
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Le bocal de gratitude pour vivre pleinement

Avez-vous déjà entendu parler du bocal de gratitude ? Présent dans de nombreuses philosophies, ce sentiment de reconnaissance est essentiel au bien...



  • Armero M. Aprendiendo a vivir. Albacete: Uno Editorial, 2019.
  • Bishop R, et al. Mindfulness: A Proposed Operational Definition. Clinical Psychology. Science and practices. 2006: doi.org/10.1093/clipsy.bph077
  • Carr A. Psicología positiva: la ciencia de la felicidad. Barcelona: Paidós, 2007.
  • Cunha L, Pellanda L, Reppold C. Positive Psychology and Gratitude Interventions: A Randomized Clinical Trial.  Frontiers in Psychology. 2019; 10: https://doi.org/10.3389/fpsyg.2019.00584.
  • Kelly J. Your best life: mindfulness: the end of suffering. Clin Orthop Relat Res. 2015; 473(2): 426–429.
  • Keng S, Smoski M, Robins C. Effects of mindfulness on psychological health: a review of empirical studies. Clin Psychol Rev. 2011; 31(6): 1041–1056.
  • Núñez, M. Estar y conectar: dos claves para las prácticas en psicología. Rúbricas. 2017; 11: http://hdl.handle.net/20.500.11777/3975 http://repositorio.iberopuebla.mx/licencia.pdf
  • Owens R, Patterson M. Positive Psychological Interventions for Children: A Comparison of Gratitude and Best Possible Selves Approaches. The Journal of Genetic Psychology. 2013; 174 (4), 403–428.
  • Shapiro S, Carlson L, Astin J, Freedman B. Mechanisms of mindfulness. Journal of Clinical Psychology. 2005: doi.org/10.1002/jclp.20237
  • Sharma H. Meditation: Process and effects. Ayu. 2015; 36(3): 233–237.
  • Wiederkehr M. Las siete pausas sagradas. Madrid: Narcea Ediciones, 2019.