Conditionnement excitateur et inhibiteur : ce qu'il faut savoir

Le conditionnement inhibiteur et excitateur sont deux principes du conditionnement classique. Nous vous disons en quoi ils consistent et comment ils interviennent dans le comportement.
Conditionnement excitateur et inhibiteur : ce qu'il faut savoir

Dernière mise à jour : 23 août, 2022

Le conditionnement excitateur et inhibiteur fait référence aux deux sous-paradigmes les plus pertinents de la théorie classique du conditionnement. Alors que l’excitateur provoque des réponses, l’inhibiteur a l’effet inverse. Quoi qu’il en soit, les deux jouent un rôle important dans la régulation du comportement.

Mais en quoi consiste chacune d’entre eux ? Comment s’expriment-ils ? Résoudre ces questions nous permet de comprendre ce qui provoque la répétition ou l’élimination d’un comportement. Ci-dessous, nous détaillons les aspects les plus importants que vous devez connaître.

Qu’est-ce que le conditionnement classique ?

Pour comprendre ce qu’est le conditionnement, il faut remonter à ses origines. En ce sens, la figure d’Ivan Pavlov devient pertinente. Le physiologiste d’origine russe faisait des recherches sur le système digestif des chiens.

Dans son laboratoire, il a découvert que ces animaux salivaient non seulement en présence de viande (stimulus), mais aussi face à un autre stimulus qui annonçait que la viande était sur le point d’être livrée. Par exemple, lorsqu’il est entré dans la pièce, les chiens se sont mis à saliver.

Pavlov a donc décidé de tester cette hypothèse et a réussi à convertir un stimulus neutre, comme le son d’une cloche, en un stimulus capable de provoquer la réponse de salivation. Ainsi, il réussit à découvrir un moyen d’obtenir ou de supprimer un comportement souhaité, posant les bases et les principes de l’apprentissage associatif.

Qu'est-ce que le conditionnement classique ?
La théorie classique du conditionnement est une forme d’apprentissage associatif qui a été observée pour la première fois par Pavlov dans une expérience sur des chiens.

Clés du conditionnement classique

Avec ce qui précède, le physiologiste a découvert quelques clés qui expliquent le conditionnement classique ou de type I :

  • Il existe un stimulus inconditionnel (US), qui a la force ou l’intensité nécessaire pour provoquer une réponse par lui-même. Dans ce cas, il s’agit de la nourriture.
  • Il existe également la réponse inconditionnée (IR), qui fait référence à la réaction attendue ou qui suit la présentation du stimulus inconditionné. La salivation est le résultat attendu de l’exposition du chien à la viande.
  • De son côté, le stimulus neutre (EN) est celui qui n’a pas d’effet sur le comportement. Autrement dit, par eux-mêmes, ils “ne disent ou ne tirent” rien.
  • Ensuite, il y a le stimulus conditionné (CS) qui est celui qui résulte de l’association d’un stimulus inconditionné et d’un neutre (EI + EN).
  • L’association est telle que le stimulus neutre acquiert les propriétés et provoque les mêmes réponses que le stimulus inconditionné. Par conséquent, à partir du stimulus conditionné, la réponse conditionnée (RC) apparaît alors.

Qu’est-ce que le conditionnement excitateur et inhibiteur ?

Ces concepts nous aident à comprendre comment il est possible de modifier et de façonner le comportement, basé sur le conditionnement excitateur et inhibiteur.

Conditionnement excitateur

Le conditionnement excitateur est celui dans lequel le stimulus conditionné est positivement lié au stimulus inconditionné. En d’autres termes, il fait référence à celui qui permet au comportement de se poursuivre.

La réponse se produit “si naturellement”, comme s’il s’agissait d’un stimulus inconditionné (montrant la viande) provoquant la réponse inconditionnée (obtenant la salivation de l’animal). Par exemple, si je remarque que lorsque je traverse le virage, je parviens à le faire en toute sécurité, alors je continuerai à le faire de cette façon.

Conditionnement inhibiteur

Le conditionnement inhibiteur prédit qu’un certain comportement sera supprimé. Par conséquent, après la présentation du stimulus conditionné, la non-occurrence ou l’absence du stimulus inconditionné suit.

C’est un stimulus conditionné inhibiteur parce qu’il est lié négativement.

Femme effrayée
Bien que les conditionnements excitateurs et inhibiteurs aient chacun des fonctions spécifiques, ils permettent simultanément la consolidation de certains schémas comportementaux.

Conditionnement opérant : une étape de plus

De même que le conditionnement classique renvoie à l’apprentissage par l’association de stimuli, apparaît plus tard le « conditionnement opérant », dont la figure la plus représentative est Skinner.

Sur la base de ses expériences, Skinner a proposé que le comportement humain se développe ou disparaisse de l’utilisation de récompenses (renforcement positif) ou de punition (renforcement négatif). En particulier, il fait référence à l’apprentissage d’un comportement et de ses conséquences.

De quoi dépend l’apprentissage ?

Nous considérons l’apprentissage comme un changement de comportement relativement permanent. Cependant, il existe différentes manières d’apprendre et certaines conditions sont nécessaires pour que cela se produise.

Et c’est que nous ne le faisons pas de la même manière lorsque nous sommes épuisés physiquement et mentalement, que lorsque nous sommes reposés et impatients. Autrement dit, le contexte d’apprentissage est fondamental.

D’autre part, il est également vrai que tous les stimuli ne fonctionnent pas de la même manière ; certains ont une plus grande “force” ou “puissance” que d’autres. Par exemple, l’apprentissage de l’aversion pour le goût est considéré comme un cas « particulier ».

Si après avoir mangé un certain aliment, nous nous sentons malades et nauséeux, cette association est consolidée par une seule « exposition ». Ainsi, la prochaine fois que nous verrons cet aliment, nous ne voudrons pas le manger car nous nous souvenons de notre inconfort.

De même, tout le monde n’apprend pas de la même manière. Cela est influencé à la fois par les conditions physiques et génétiques (nature) et par le contexte social et culturel (acquis).

Le cerveau et la plasticité

Au-delà de la méthode, ce que ces principes d’apprentissage nous montrent, c’est la flexibilité dont dispose notre cerveau lorsqu’il s’agit de créer ou de modifier un comportement. Rappelons-nous qu’auparavant, la cloche n’était pas capable de produire de la salivation, mais plus tard, elle l’a été, en fonction de l’expérience.

Ainsi, nous créons du sens. C’est ainsi que nous apprenons et savons. Par conséquent, il n’y a rien d’établi et de fermé, mais les êtres humains peuvent créer et recréer nos expériences et s’adapter à l’environnement.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pourquoi un mode de vie actif est-il bon pour le cerveau ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Pourquoi un mode de vie actif est-il bon pour le cerveau ?

Pourquoi un mode de vie actif est-il bon pour le cerveau ? Comment exercer son esprit ? Comment pouvez-vous entraîner votre mémoire ?



  • Rehman I, Mahabadi N, Sanvictores T, et al. Classical Conditioning. [Updated 2021 Aug 27]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2022 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK470326/
  • Cruz, Julio Eduardo, & Pérez, Andrés M. (2003). Conceptos de condicionamientoclásico en los campos básicos y aplicados. Interdisciplinaria, 20(2),205-227.[fecha de Consulta 11 de Abril de 2022]. ISSN: 0325-8203. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=18020204
  • Cansado, M. N., Morillas, A. S., & Sastre, D. M. (2015). Principios de condicionamiento clásico de Pavlov en la estrategia creativa publicitaria. Opción31(2), 813-831.
  • Rozo, J. A., & Pérez-Acosta, A. M. (2006). Condicionamiento clásico y cognición implícita. Acta Colombiana de Psicología9(1), 63-75.