Crise d’épilepsie : comment agir ?

21 septembre 2020
Les crises épileptiques, surtout si elles sont sévères, requièrent une aide extérieure afin d'éviter que la personne en crise se fasse mal et respire correctement.

Les crises d’épilepsies sont des altérations paroxystiques qui surviennent chez une personne de façon soudaine et inattendue. En général, elle se terminent rapidement. La crise d’épilepsie est due à une activité anormale des neurones qui se manifeste subitement, de façon brève et temporaire.

Le facteur le plus caractéristique de ces crises est qu’elles commencent soudainement et durent quelques secondes ou minutes, parfois. Au cours de l’épisode épileptique, la personne peut perdre connaissance et faire des mouvements brusques, involontaires et rythmiques. La personne peut également rester consciente de tout ce qui lui arrive pendant toute la crise.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santéil y a environ 50 millions de personnes qui sont épileptiques dans le monde. 70 % d’entre elles pourraient vivre sans crise d’épilepsie si la maladie était diagnostiquée et traitée correctement.

Différents types de crise d’épilepsie

Des connexions neuronales.

Les crises d’épilepsie se divisent en deux grands groupes :

  • Généralisées : ce sont celles qui affectent les deux hémisphères du cerveau, depuis le début jusqu’à la fin de la crise.
  • Partielles ou focales : le début de l’activité bioélectrique n’a lieu que dans une zone spécifique du cerveau, et peut ensuite s’étendre à l’ensemble de cet organe.

La crise d’épilepsie généralisée

Les crises généralisées, à leur tour, se divisent en plusieurs catégories :

  • Tonique clonique : ce sont les plus communes. Leur début est marqué par une rigidité des membres -phase tonique- qui est suivi par de fortes secousses du corps -phase clonique-. Pendant ces deux phases, la personne peut se mordre la langue, chuter brusquement, se détendre complètement et perdre le contrôle des sphincters.
  • Myoclonique : elles se caractérisent par des contractions rapides et brèves des muscles, des deux côtés du corps. La personne peut tomber brutalement ou laisser des objets tomber de ses mains. On les confond souvent avec une simple maladresse, et pour cela, le diagnostic se fait tardivement.
  • Crises d’épilepsie généralisées atoniques : elles entraînent une perte brusque du tonus musculaire. Elles sont soudaines et provoquent généralement l’écroulement de la personne.
  • Crises d’absence : elles consistent en la perte soudaine de la conscience, pendant laquelle la personne abandonne l’activité qu’elle exerçait et se retrouve avec un regard dans le vide.

Lisez également : Des remèdes naturels contre l’épilepsie : compléments naturels et efficaces

Crises d’épilepsie partielles

Les crises d’épilepsie partielles simples sont aussi très fréquentes. Les symptômes varient en fonction de la partie du cerveau d’où ils proviennent, mais elles surviennent généralement avec une perte de connaissance initiale.

  • Crise motrice : avec des mouvements involontaires du corps.
  • Gélastique : rires incontrôlés.
  • Sensorielle : hallucinations visuelles, auditives, etc.
  • Psychique : pensées étranges.

Par ailleurs, les crises partielles complexes génèrent également une perte de connaissance. Au cours de leur développement, il se peut que la personne ne réponde plus aux stimulations ou le fasse de manière incohérente.

Parfois, le corps réalise des mouvements automatiques comme sucer, essayer d’avaler, mâcher, se frotter les mains, etc. A la fin de la crise, la personne reste confuse pendant plusieurs minutes. 

Enfin, il existe un type de crise d’épilepsie dite partielle avec généralisation secondaire. Il s’agit de crises d’épilepsie qui commencent par se focaliser sur un secteur du cerveau, mais qui ont tendance à se propager à l’ensemble de l’organe et à se généraliser.

Découvrez aussi : Migraines ophtalmiques : comment peuvent-elles vous affecter ?

Comment agir face à une crise d’épilepsie ?

Une personne allongée qui fait une crise d'épilepsie.

Lorsqu’une personne souffre d’une crise d’épilepsie, il est possible de l’aider. La première chose à faire est de garder le calme. Ensuite, il est préférable de retirer tous les objets à la portée de la personne et qui pourraient la blesser : meubles à bords tranchants, vases, ciseaux, etc.

Si elle a chuté, il faut placer quelque chose de mou sous sa tête afin qu’elle ne se frappe pas contre le sol. Une fois que ces actions sont effectuées, il est recommandé de desserrer les vêtements autour de son cou: cravates, cols de chemise, etc. Puis, il est important de placer le corps sur le côté afin que la personne puisse respirer correctement.

Par ailleurs, il est judicieux d’observer la durée de la crise d’épilepsie, qui est normalement de deux à trois minutes. Tant que la crise dure, il faut rester aux côtés de la personne et vérifier qu’elle revient à elle lorsque la fin est terminée. De même, il est primordial de surveiller qu’elle récupère progressivement, sans lui mettre de pression et en la laissant se reposer.

Enfin, il ne faut pas essayer d’immobiliser la personne, ni introduire quelconque objet ou de doigts dans sa bouche. Il n’est pas non plus nécessaire de pratiquer le bouche à bouche. En général, les crises durent quelques minutes et ne requièrent pas d’hospitalisation. Si elles durent plus de 5 minutes, il faut chercher des soins médicaux d’urgence.

  • Bezos Saldaña, L., & Escribano Ceruelo, E. (2012). ¿Qué esconden los problemas del control de esfínteres?: A propósito de un caso. Pediatría Atención Primaria, 14(56), 317-321.
  • Rosales-Lagarde, A., del Río-Portilla, I. Y., Guevara, M. Á., & Corsi-Cabrera, M. (2009). Caída abrupta del tono muscular al entrar a sueño MOR en el ser humano. Salud mental, 32(2), 117-123.
  • Casas-Fernández, C. (2012). Análisis crítico de la nueva clasificación de las epilepsias y crisis epilépticas de la Liga Internacional contra la Epilepsia. Rev Neurol, 54 (Supl 3), S7-18.