Découverte d'un test rapide pour la myocardite en Espagne

Une étude publiée dans une prestigieuse revue médicale par des chercheurs espagnols ouvre la voie à un test rapide de la myocardite. Qu'est-ce que cela signifie ?
Découverte d'un test rapide pour la myocardite en Espagne

Dernière mise à jour : 06 août, 2021

La disponibilité d’un test rapide pour la myocardite est un souhait de nombreux cardiologues et médecins du sport qui sont souvent confrontés à la situation de mort subite. Dans le sport, les événements sont plus notoires, bien que l’incidence soit la même que dans la population générale.

Ce qui se passe, c’est que si cet événement apparaît dans un match, il est susceptible d’être repris partout dans les médias. Mais les athlètes ne sont pas les seuls à être exposés.

Une situation particulière concerne les examens physiques requis pour commencer une pratique sportive ou l’aptitude sportive requise pour l’inscription à des compétitions professionnelles. Les médecins sont confrontés au défi de détecter des anomalies qui sont souvent impossibles à diagnostiquer. Tel est le cas de la myocardite… jusqu’à présent.

Qu’est-ce qu’une myocardite ?

La myocardite est une inflammation du tissu musculaire du cœur. Il s’agit du myocarde, d’où le nom de la maladie. Comme pour toute inflammation, l’accumulation de tissus anormaux et l’altération des fonctions sont la règle.

Les causes de la myocardite comprennent une variété d’agents :

  • Maladies auto-immunes : lupus érythémateux systémique, par exemple.
  • Infections : certains micro-organismes s’installent dans le cœur ou provoquent des réactions croisées avec les propres anticorps, entraînant une inflammation du myocarde. La maladie de Lyme est l’une des causes reconnues.
  • Toxines : intoxication alcoolique chronique, abus de drogues illégales comme la cocaïne et le monoxyde de carbone.
  • Génétique : si une mutation génétique ou une maladie héréditaire est à l’origine de la myocardite, la détection devient plus complexe. C’est la cause la plus préoccupante pour les médecins, car il est difficile de poser un diagnostic avant l’apparition d’un symptôme grave, voire mortel.
Un homme allongé par terre.
La mort soudaine est un événement qui désoriente. Sa prévention est très compliquée.

Quelle est la relation entre la myocardite et la mort subite ?

L’avantage de disposer d’un test rapide pour la myocardite serait de détecter les personnes susceptibles de mourir subitement. S’il était standardisé, il pourrait même devenir un test obligatoire pour les sports professionnels, comme le demandent déjà plusieurs médecins.

Dans le cas d’une mort subite, il y a un arrêt du système cardiovasculaire qui ne peut être attribué à une cause spécifique dans un premier temps. La suspicion porte toujours sur un infarctus aigu du myocarde, qui est le facteur le plus fréquent dans ces arrêts cardiaques.

La confusion entre infarctus et myocardite conduit à une approche d’urgence qui peut même être contre-productive pour le patient. Lorsqu’une obstruction d’une artère coronaire est suspectée, les médecins procèdent immédiatement à un cathétérisme pour tenter de débloquer le caillot, le thrombus ou l’embole qui interrompt la circulation sanguine.

Ce cathétérisme, qui prend du temps, est aujourd’hui le seul moyen de traiter un patient qui s’effondre sans antécédents. Une fois qu’il est établi qu’il n’y a pas eu d’infarctus, une autre pathologie est suspectée.

Un test rapide pour exclure la myocardite n’existait pas jusqu’à cette date. On considérait que la mort subite était causée par la nécrose des cellules cardiaques plutôt que par une inflammation, ce qui permettait d’établir une approche rapide, même si elle n’était pas toujours la bonne.

Quel est l’intérêt d’un test rapide pour la myocardite ?

Des chercheurs du Centro Nacional de Investigaciones Cardiovasculares (CNIC) espagnol ont publié un article scientifique dans The New England Journal of Medicine qui ouvre la voie à un test rapide de la myocardite. L’espoir est que cela empêchera de futurs décès.

L’application d’un tel test permettrait aux médecins de détecter chez certaines personnes une probabilité accrue de mourir d’une mort subite. Cela revêt une importance particulière en médecine sportive, lorsqu’il s’agit de tester des athlètes professionnels soumis à des exigences élevées.

En même temps, ce test rapide de myocardite pourrait être réalisé à bord d’une ambulance lors du transport d’un patient qui s’est effondré dans un lieu public et pour lequel il n’y a pas d’information certaine. Si la présence des indicateurs biomarqueurs que les chercheurs recherchent était détectée, on éviterait un traitement ciblé qui prendrait beaucoup de temps.

Qu’ont découvert les chercheurs ?

Les chercheurs espagnols ont détecté un microARN qui n’est présent que chez les personnes atteintes de myocardite et qui circule dans le sang des personnes concernées. Il a été nommé hsa-miR-Chr8:96.

Cette substance est produite par les lymphocytes Th17, qui sont activés dans la myocardite. Cette variété de globules blancs est impliquée dans le processus inflammatoire du myocarde, contribuant à la sévérité plus ou moins grande des tableaux cliniques.

Il convient de noter que les personnes qui ne souffrent pas de myocardite ne présentent pas ce biomarqueur, d’après ce que les scientifiques ont découvert jusqu’à présent. Par conséquent, la spécificité serait un point positif pour son application, permettant de réduire les faux positifs.

Des tubes de sang.
Un test rapide pour la myocardite pourrait être effectué dans les cliniques, mais aussi dans une ambulance lors du transport du patient.

Quelles autres études existe-t-il ?

L’étude des microARN pour la détection précoce des problèmes cardiovasculaires est en cours depuis un certain temps. Un test rapide pour la myocardite n’est qu’une des applications étudiées qui pourraient améliorer la prévention des morts subites à l’avenir.

Dans le but d’éviter la biopsie du myocarde, des chercheurs ont publié l’an dernier dans ESC Heart Failure que les microARN pouvaient détecter l’inflammation au sein du myocarde. Cela serait particulièrement utile dans les myocardites induites par des infections virales.

D’autre part, certains groupes de recherche ont récemment proposé d’utiliser les microARN pour prédire si une plaque d’athérome se rompra bientôt ou non. Il convient de noter que la rupture de la plaque est le mécanisme physiopathologique reconnu responsable de la formation du caillot qui déclenche l’infarctus aigu du myocarde.

De même, des lignes d’études scientifiques en cours de développement depuis des années cherchent à inclure le microARN parmi les méthodes complémentaires de diagnostic de l’infarctus aigu du myocarde avec modifications électrocardiographiques. Cette détermination viendrait s’ajouter au dosage classique de la troponine, déjà largement utilisé dans les salles d’urgence.

Enfin, il convient de noter que les microARN circulants dans le plasma pourraient également contribuer à la caractérisation du risque des patients atteints d’athérosclérose. C’est ce que prouve une étude publiée cette année dans Current Molecular Medicine.

Un test pour la myocardite avec un accent espagnol

La possibilité d’avoir un test de myocardite d’origine espagnole est un honneur pour le pays. La recherche publiée par le groupe CNIC contribue à la voie que la science suit pour améliorer la détection de pathologies presque invisibles.

Dans le monde du sport, la standardisation d’un tel test constituerait un pas en avant dans la prévention de la mort subite. Il est très attendu par les athlètes et les médecins du sport.

Cela pourrait vous intéresser ...
Bloc de branche : symptômes, causes et traitements
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Bloc de branche : symptômes, causes et traitements

Le bloc de branche désigne un type de blocage qui affecte le coeur et peut mettre en danger la vie des patients qui en souffrent.



  • Blanco-Domínguez R, Sánchez-Díaz R, de la Fuente H, Jiménez-Borreguero LJ, Matesanz-Marín A, Relaño M, Jiménez-Alejandre R, Linillos-Pradillo B, Tsilingiri K, Martín-Mariscal ML, Alonso-Herranz L, Moreno G, Martín-Asenjo R, García-Guimaraes MM, Bruno KA, Dauden E, González-Álvaro I, Villar-Guimerans LM, Martínez-León A, Salvador-Garicano AM, Michelhaugh SA, Ibrahim NE, Januzzi JL, Kottwitz J, Iliceto S, Plebani M, Basso C, Baritussio A, Seguso M, Marcolongo R, Ricote M, Fairweather D, Bueno H, Fernández-Friera L, Alfonso F, Caforio ALP, Pascual-Figal DA, Heidecker B, Lüscher TF, Das S, Fuster V, Ibáñez B, Sánchez-Madrid F, Martín P. A Novel Circulating MicroRNA for the Detection of Acute Myocarditis. N Engl J Med. 2021 May 27;384(21):2014-2027. doi: 10.1056/NEJMoa2003608. PMID: 34042389.
  • Aleshcheva, Ganna, et al. “MicroRNA profiling as a novel diagnostic tool for identification of patients with inflammatory and/or virally induced cardiomyopathies.” ESC Heart Failure 8.1 (2021): 408-422.
  • Johnson, Jason L. “The predictive potential of circulating microRNA for future cardiovascular events.” (2021): 1-3.
  • Scărlătescu, Alina Ioana, et al. “MicroRNAs in Acute ST Elevation Myocardial Infarction—A New Tool for Diagnosis and Prognosis: Therapeutic Implications.” International Journal of Molecular Sciences 22.9 (2021): 4799.
  • Sharma, Ashish Ranjan, et al. “Circulating miRNA in atherosclerosis: a clinical biomarker and early diagnostic tool.” Current Molecular Medicine (2021).
  • Vancini, Rodrigo Luiz, et al. “Prevention of sudden death related to sport: the science of basic life support—from theory to practice.” Journal of clinical medicine 8.4 (2019): 556.