L’infarctus aigu du myocarde

· 30 juin 2018
On appelle infarctus du myocarde la mort des fibres musculaires cardiaques. C'est une urgence médicale d'une extrême gravité en raison de son taux de mortalité élevé.

L’infarctus aigu du myocarde est une urgence médicale, d’une extrême gravité, en raison de son taux de mortalité élevé. En outre, c’est l’une des principales causes de décès de notre époque avec le cancer.

Généralement, la mort des fibres musculaires du le cœur est appelée «infarctus aigu du myocarde».

Suivant les résultats qui apparaissent sur l’électrocardiogramme, les infarctus peuvent être classés comme :

  • Infarctus aigu du myocarde avec élévation du segment ST.
  • Infarctus aigu du myocarde sans élévation du segment ST.

Cette classification est très utile, car elle détermine l’action thérapeutique initiale que le patient doit recevoir du personnel médical.

Épidémiologie de l’infarctus aigu du myocarde

épidémiologie de l'infarctus aigu du myocarde

  • L’infarctus du myocarde provoque environ 13 millions de décès par an.
  • Il est légèrement plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. On estime qu’en Europe 1/6 des hommes, contre 1/7 des femmes mourront d’un infarctus du myocarde.

Facteurs à risque

Il y a un certain nombre de facteurs qui augmentent le risque de souffrir d’un infarctus, certains d’entre eux corrigibles, tels que les mauvaises habitudes, dont les plus importantes sont :

  • Âge supérieur à 65 ans
  • Sexe masculin
  • Diabète mellitus
  • Hypertension
  • Taux élevé de cholestérol
  • L’obésité, le tabagisme, l’usage de drogues, le mode de vie sédentaire, entre autres
  • Présence d’autres pathologies cardiaques

Vous ne le saviez pas ? L’insomnie augmente les risques d’ictus et d’infarctus

Comment se produit un infarctus ?

La cause la plus fréquente est l’occlusion des artères coronaires, les artères qui alimentent le cœur, à cause d’un thrombus. Il provient, dans la plupart des cas, à cause d’une plaque de graisse qui s’accumule dans les artères.

Lorsque la plaque graisseuse (athérome) se brise, un morceau se détache, et voyagera à travers le flux sanguin. Ensuite, il atteindra les artères coronaires, et il les bouchera. De cette façon, le cœur ne recevra plus de circulation sanguine.

Bien que ce soit plus rare, dans certains cas, le thrombus peut se produire à cause d’un excès de coagulation sanguine. D’autres motifs plus inhabituels sont la dissection aortique, les anomalies congénitales, les traumatismes, les anomalies congénitales, entre autres.

Comment se produit un infarctus ?

Les symptômes d’un infarctus sont bien connus de tous. Bien que, pour déterminer avec certitude la présence d’un infarctus, une série de conditions cliniques doivent être réunies. Parmi celles-ci, nous pouvons détecter :

  • Les symptômes de l’infarctus
  • Des indices sur l’électrocardiogramme
  • Un thrombus dans les artères coronaires
  • Des preuves de lésions cardiaques obtenues par des tests biochimiques

Lisez aussi cet article : Les symptômes atypiques d’un infarctus chez la femme

Quels sont les symptômes et les signes d’un infarctus ?

  • Douleur thoracique. Elle est soudaine et prolongée (plus de 30 minutes normalement) et perçue au centre de la poitrine, comme un poids ou une pression très intense. Elle s’étend généralement du bras jusqu’à l’épaule gauche, y compris le cou et la mâchoire
  • Sueur très abondante
  • Nausées et vomissements
  • Pâleur
  • Sensation d’essoufflement, difficulté à respirer
  • Sentiment d’angoisse
  • Aspect externe d’extrême gravité

Symptômes atypiques

symptômes atypiques d’un infarctus

L’infarctus ne se présente pas toujours comme une douleur thoracique. Bien que les symptômes typiques de l’infarctus soit les plus courantes, dans certains cas, en particulier chez les personnes âgées et les personnes diabétiques, le tableau clinique est différent.

  • Infarctus du myocarde sans douleur (30%). Il se produit une faiblesse extrême et inexplicable, des sueurs, des nausées et des vomissements, de la pâleur, une détresse respiratoire … mais il n’y a pas de douleur
  • Infarctus avec douleur, mais avec des caractéristiques atypiques. Certains patients ressentent des douleurs au niveau de l’abdomen, du cou et de la mâchoire… En fait, bien que cela soit relativement rare, si un patient souffre de douleurs aigues dans l’abdomen, un électrocardiogramme sera obligatoirement nécessaire

Qu’indique un électrocardiogramme d’une personne qui subit un infarctus ?

Les altérations de l’électrocardiogramme dépendent du moment où l’on réalise cette pratique. C’est-à-dire que lorsque l’infarctus évolue, le tracé varie.

Bien que les éléments les plus caractéristiques sont :

  • Altérations des ondes T, qui deviennent très importantes. Elles indiquent une ischémie sous-endocardique
  • En cas d’infarctus avec élévation du segment ST, elles dépassent plus d’1 mm dans plus de deux dérivations. Quant à l’infarctus sans élévation du segment ST, apparaissent le reste des résultats pathologiques
  • Il est possible de trouver des ondes Q, qui indiquent une nécrose

Certains patients présentent des symptômes d’infarctus et une électrocardiographie (ECG) normale. Cela ne devrait jamais être une raison pour exclure un éventuel infarctus.

Quels sont les marqueurs biochimiques ? Comment s’utilisent-ils pour diagnostiquer un infarctus ?

Les marqueurs biochimiques sont une série de molécules qui peuvent être détectées dans le sang par une analyse. Leurs concentrations augmentent ou diminuent progressivement dans certaines situations, ce qui est utilisé à des fins de diagnostic.

Dans le cas de l’infarctus du myocarde, les marqueurs utilisés sont des protéines libérées par les fibres musculaires lorsqu’elles meurent. Ces protéines sont :

  • La myoglobine
  • Le CPK-MB
  • Les troponines

Les troponines sont les seules qui sont libérées exclusivement dans les cellules du cœur. Les deux autres protéines sont libérées par les deux cellules cardiaques et le reste des fibres d’autres muscles. C’est la raison pour laquelle les troponines sont les marqueurs les plus spécifiques pour le diagnostic de l’infarctus du myocarde.

Comment est-il diagnostiqué ?

diagnostic d'un infarctus

  • Antécédents cliniques très détaillés et examen physique complet
  • Le dossier médical est l’outil le plus précieux. En présence d’un patient pouvant souffrir d’un infarctus, on ne doit pas retarder l’ECG
  • Analyses biochimiques
  • Techniques d’imagerie, invasives et non invasives

L’échographie cardiaque est la technique la plus utile, car elle est non invasive et, de plus, relativement rapide. En ce qui concerne les tests invasifs, la technique qui offre les meilleurs résultats est l’angiographie coronarienne (coronarographie).

Traitement de l’infarctus aigu du myocarde

Les objectifs du traitement sont la réduction de la taille de l’infarctus et le diagnostic précoce ainsi que le traitement de possibles complications.

Le traitement de l’infarctus aigu du myocarde doit être immédiat. 30% des patients meurent dans la première heure, la cause la plus fréquente étant la fibrillation ventriculaire.

Soins immédiats

  • Surveillance des signes vitaux : fréquence cardiaque et respiratoire, saturation en oxygène et pression artérielle
  • Repos et administration de liquide
  • Oxygène dans les lunettes nasales si la saturation est inférieure à 95%
  • Traitement de la douleur et de l’anxiété avec des opiacés (chlorure de morphine) et des anxiolytiques. L’anxiété et la douleur augmentent le travail du cœur, ce qui peut finalement entraîner une augmentation de la taille de l’infarctus
  • Antiagrégants : acide acétylsalicylique (250 mg) avec inhibiteur P2Y12
  • Bêtabloquants pour contrôler la pression artérielle
  • Atropine pour contrôler la fréquence cardiaque

Traitement de reperfusion

Ce traitement se base sur la recanalisation de l’artère occluse et son bienfait est total dans les 12 premières heures. Il y a deux façons de le réaliser :

  • Utilisation de médicaments fibrinolytiques. Ils sont indiqués lorsque l’angioplastie n’est pas possible dans les 2 heures suivant le diagnostic. Après l’administration des médicaments, le patient doit être dirigé vers un centre formé pour effectuer l’angioplastie
  • Angioplastie urgente. C’est la technique que l’on utilise si on peut la pratiquer dans les deux premières heures après le contact médical

Avant de terminer, ne manquez pas de lire : Savoir reconnaître les différences entre un infarctus, un arrêt cardiaque et un ictus

Dans cet article, nous allons vous expliquer en détails, en quoi consistent ces problèmes de santé et quels sont facteurs qui augmentent le risque de souffrir de l’une de ces maladies cardiovasculaires.