Démangeaisons de la peau (prurit) : symptômes, causes et recommandations

22 novembre 2020
Le prurit peut être une sensation gênante à cause de l'envie permanente de se gratter et des lésions secondaires. La majorité du temps, il s'agit de troubles qui guérissent de manière spontanée.

Les démangeaisons de la peau (prurit) constituent un motif de consultation fréquent, aussi bien chez les enfants que chez les adultes. Les causes possibles sont diverses et variées et peuvent aller des explications banales aux problèmes sérieux.

On définit le prurit comme une sensation de mal-être qui crée un besoin ou donne envie de se gratter. Ceci est dû à la réponse réflexe de l’organisme à des médiateurs immunitaires et chimiques. L’histamine est presque toujours impliquée dans le prurit.

Qu’est-ce que le prurit ou démangeaison de la peau ?

Il est important de préciser que le prurit est un symptôme et non une maladie en soi. Il se présente sous une large variété d’entités, qui ne sont parfois même pas liées à la peau. En outre, il peut se manifester de façon localisée ou généralisée.

Il est important de s’attarder sur son déclenchement : s’il y a eu un ou plusieurs facteurs qui ont pu le déclencher, ce qui l’atténue, s’il s’est répété à un autre moment, s’il y a eu un traitement et quelle a été la réponse. Tout cela servira d’orientation diagnostique pour en établir l’origine.

Le prurit aigu est celui qui dure moins de six semaines. Lorsqu’il se prolonge au-delà de cette limite, on l’appelle prurit chronique. Il peut être évident sur le cuir chevelu, le tronc et les membres inférieurs et supérieurs.

Le prurit sur le bras.

Les jeunes souffrent tout autant de prurit que les adultes, et il s’agit d’une cause de consultation fréquente.

Ceci peut vous intéresser : 10 types et causes d’éruptions cutanées

Principales causes des démangeaisons de la peau

Comme nous le mentionnions précédemment, le prurit peut s’accompagner de lésions cutanées primaires. Dans ce cas, ces dernières suggèrent un trouble dermatologique.

Par ailleurs, dans le cas de personnes sans lésions cutanées ou uniquement avec des dommages secondaires dus au fait de se gratter, on doit envisager la possibilité de causes systémiques qui ne sont pas liées à la peau. Nous incluons ici les troubles neurologiques ou psychogènes.

Personnes avec prurit et lésions cutanées primaires

Les maladies de la peau les plus fréquentes provoquant des démangeaisons généralisées sont les suivantes :

  • Urticaire : on retrouve des lésions sous formes de boutons qui peuvent s’agrandir ou fusionner et disparaître.
  • Scabiose : infection produite par un ectoparasite, aussi appelée gale.
  • Prurigo : assez fréquent chez les enfants, avec une forme rare qui est la forme nodulaire.
  • Eczéma atopique : plaques inflammatoires dans le contexte de la dermatite atopique et de contact.
  • Varicelle : infection virale qui se manifeste à travers des cloques sur la peau.
  • Pityriasis rosé de Gibert : lésions roses et squameuses.
  • Psoriasismaladie qui se caractérise par la présence de squames dus à un trouble auto-immune.

Personnes avec démangeaisons et sans lésions cutanées primaires

On peut ici retrouver une grande variété de causes. Voici les plus habituelles :

  • Insuffisance rénale chronique : elle consiste en une défaillance de la fonction normales des reins.
  • Maladies oncologiques : surtout celles du sang, comme la polycythémie vraie et le lymphome.
  • Cholestase intra-hépatique ou extra-hépatique : défaillance dans le flux normale de la bile.
  • Hyperthyroïdie ou hypothyroïdie : altérations des hormones fabriquées dans la glande thyroïde.
  • Peau sèche ou xérose : les personnes âgées méritent une considération spéciale car le prurit est commun chez elles. Il est possible que la déshydratation soit la cause la plus commune au sein de cette population, même si d’autres mécanismes peuvent l’expliquer. Le prurit a tendance à se localiser dans les membres inférieurs.

Prurit localisé

Le prurit localisé, en l’absence d’éruption cutanée, suggère la possibilité de prurit neuropathique ou psychogène. Les symptômes de sensation de brûlure, de douleur ou de perte sensorielle peuvent particulièrement se déclencher chez ces personnes.

L’explication réside dans les altérations de la conduction nerveuse qui s’associent aux neuropathies. Les nerfs périphériques transmettent mal l’information et génèrent un stimulus de démangeaison de la peau, ce qui fait que la personne se gratte constamment.

Démangeaison de la jambe.

Les différentes causes de prurit s’abordent de manière différente, selon l’agent qui les provoque.

Le soin général jusqu’à l’obtention du diagnostic

Le prurit est un trouble commun dont les mécanismes pathogéniques qui conduisent à la sensation de démangeaison ne sont pas toujours complètement compris. Un composant clé de l’évaluation est la présence d’un trouble cutané primaire.

Si l’on identifie des lésions cutanées primaires mais que le diagnostic reste incertain, on peut réaliser une biopsie de la peau. L’absence de manifestations évidentes et visibles suggère généralement une cause extra-dermatologique.

Même si de nombreuses causes sont banales et se soignent de façon spontanée, il en existe d’autres qui requièrent d’être examinées par le médecin. Pendant que l’on étudie la cause du prurit, il est recommandé de garder des ongles propres et coupés, de se gratter tout doucement avec la paume de la main, d’éviter les vêtements ajustés, de préférer les habits en coton au lieu des habits synthétiques et en laine, et d’évite les douches prolongées et chaudes.

On peut utiliser des savons neutres et des crèmes hydratantes. Par ailleurs, on déconseille la consommation de café, d’alcool et d’épices car ces derniers pourraient stimuler la libération d’histamine. Il existe de nombreuses ressources pour le traitement du prurit mais on doit toujours faire passer la prescription médicale en premier.

 

  • Castells M. and col, Mast cell-derived mediators, retrieved on 14 Sep 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/mast-cell-derived-mediators?search=histamina&source=search_result&selectedTitle=1~150&usage_type=default&display_rank=1
  • Kasper y col., Principios de medicina interna de Harrison, edición número 19, Editorial McGrawHill.
  • Rubinstein A., Medicina familiar y práctica ambulatoria, editorial médica panamericana. Primera edición, 2001.
  • Fazio S., Pruritus: Overview of management, retrieved on 14 Sep 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/pruritus-overview-of-management?search=prurito&source=search_result&selectedTitle=1~150&usage_type=default&display_rank=1
  • Fazio S., Pruritus: Etiology and patient evaluation, retrieved on 14 Sep 2020, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/pruritus-etiology-and-patient-evaluation?search=prurito&source=search_result&selectedTitle=2~150&usage_type=default&display_rank=2
  • SCOTT MOSES, M.D., Fairview Lakes Regional Health Care, Lino Lakes, Minnesota, Am Fam Physician. 2003 Sep 15;68(6):1135-1142.
  • Villa-Arango, Ana María, Margarita María Velásquez-Lopera, and Ricardo Cardona. “Prurito crónico.” Revista Alergia México 66.1 (2019): 85-98.
  • Chirinos, Maria Fabiola, et al. “Notalgia parestésica: el prurito anonimo.” Dermatología Venezolana 57.2 (2020).
  • Belda, Lydia Landete, and Esther Escriche Catalá. “Caso clínico complejo de lesiones cutáneas por prurito de origen renal.” Enfermería Dermatológica 10.29 (2016): 34-36.
  • del Valle Díaz, Sergio, et al. “Colestasis: un enfoque actualizado.” Medisan 21.7 (2017): 876-900.
  • Lagos, Armando, Andrés Tirado-Sánchez, and Rosa María Ponce-Olivera. “Actualidades en el tratamiento del prurito crónico.” Dermatología Revista Mexicana 60.3 (2016): 229-246.