Le lymphome, un cancer silencieux qui peut être traité avec succès s’il est détecté à temps

· 6 mars 2017
Le lymphome est un type de cancer silencieux dont le traitement peut être très efficace s'il est détecté à temps.

 

Le lymphome se développe dans les globules blancs du système lymphatique, qui fait partie des mécanismes de défense de l’organisme.

Le système lymphatique est une structure complexe composée de petits canaux, de nodules, de moelle osseuse et de certains organes. Ils sont tous composés de lymphocytes.

Les patient-e-s atteint-e-s de cette maladie présentent un désordre dans l’activité des lymphocytes, c’est-à-dire qu’ils commencent à grandir anormalement et de façon disproportionnée.

Leur principale manifestation est la formation de masses tumorales situées près des ganglions lymphatiques, comme les aisselles, le cou et l’abdomen.

On distingue deux types de lymphomes : le lymphome hodgkinien et le lymphome non hodgkinien.

Chacun d’entre eux se divise en plusieurs sous-types, même si le lymphome hodgkinien est moins courant que le non hodgkinien.

Son comportement, sa propagation et son traitement varie en fonction de chaque organisme, presque toujours selon son fonctionnement lymphatique et immunitaire.

Et comme dans tout cancer, même si son développement est agressif et complexe, la détection précoce est la clé principal de l’efficacité du traitement.

Puisqu’il s’agit encore d’une maladie méconnue pour beaucoup, nous voulons ici partager avec vous ses caractéristiques et ses symptômes.

Principaux types de lymphome

Selon les données de l’Institut National du Cancer des États-Unis, il existe deux catégories de base du lymphome.

La première, le lymphome de Hodgkin, est caractérisée par la présence d’une cellule appelée Reed Sternberg, qui a pour symptôme principal l’inflammation du ganglion lymphatique.

L’autre, le lymphome non hodgkinien est composé d’un grand groupe divers de cancers des cellules du système immunitaire, ce qui le rend plus agressif et difficile à traiter.

Il peut facilement se diviser, et provoquer l’apparition de cancers à évolution lente et étendue à plus d’organes.

Malheureusement, 75% des lymphomes sont non hodgkiniens et même s’il y a plusieurs facteurs liés à son développement, les experts n’ont pas pu décrire ce qui détermine exactement cette variété.

Lisez aussi : Découvrez 6 habitudes qui provoquent des inflammations abdominales

Quels sont les symptômes principaux du lymphome ?

Même si les symptômes du lymphome peuvent varier en fonction de chaque patient selon le type et le degré de gravité, en général ils se manifestent de la façon suivante :

  • Un agrandissement des ganglions lymphatiques dans le cou, les aisselles ou l’aine.
  • L’apparition soudaine de grosseurs.
  • La sensation de démangeaisons.
  • La fragilité et la fatigue chronique.
  • La diminution ou la perte de l’appétit.
  • La toux ou les difficultés à respirer.
  • La sensation de douleur dans l’abdomen, la poitrine et les os.
  • L’inflammation dans l’abdomen.
  • La sensation de trop-plein constante.
  • Les frissons.

Quels sont les facteurs de risque du lymphome ?

Si le sous-type de lymphome agressif est le plus commun, il a été vérifié que son diagnostic précoce augmente énormément les possibilités de guérison.

C’est pour cela qu’en plus de connaître les symptômes communs, il est important de prendre connaissance des facteurs de risque.

Les voici :

  • Les déficiences dans le système immunitaire, dont des antécédents de greffe, le VIH ou des maladies auto-immunes.
  • Souffrir d’infections à cause du virus de l’immunodéficience humaine (VIH), le virus de Epstein-Barr (VEB) ou de la bactérie Helicobacter pylori, entre autres.
  • Avoir plus de 60 ans.
  • Être de race blanche.
  • Être ou avoir été exposé-e à des produits chimiques comme les herbicides ou les insecticides.
  • L’exposition à la radiation.

Consultez aussi cet article : Une molécule capable de traiter le cancer de l’ovaire et du pancréas est sur le point d’être créée

En quoi consiste le traitement des lymphomes ?

Après avoir réalisé les examens pour la détection des lymphomes, les professionnel-le-s procèdent à un traitement immédiat et intensif.

Le traitement standard de la maladie au stade le plus agressif consiste à faire de la chimiothérapie et de la thérapie biologique.

La radiothérapie peut être efficace chez les patient-e-s qui ont un lymphome au stade 1 ou 2, et selon l’activité des cellules malignes.

Il est fondamental de savoir que la détection précoce ne peut pas être réalisée avec des tests en particulier car même s’ils existent, ils ne sont pas recommandés.

Ainsi, le mieux est d’écouter les symptômes des changements du corps, et d’analyser un possible lien avec la maladie.

De plus, il faut faire attention aux cas d’antécédents familiaux ou à l’exposition aux facteurs de risque mentionnés plus haut.

Pour conclure, même si lors des stades initiaux, ce cancer est silencieux, il peut être détecté rapidement si l’on prête attention à certains signes clés.

Connaître la maladie, surveiller les symptômes et solliciter des examens médicaux est déterminant pour diminuer le risque de mort.