Des études établissent un lien entre le sommeil et le risque d'obésité

Dormir pourrait augmenter le risque de souffrir d'obésité. Des études montrent que les troubles du sommeil provoquent des déséquilibres hormonaux et énergétiques qui conduisent à ce trouble métabolique.
Des études établissent un lien entre le sommeil et le risque d'obésité

Dernière mise à jour : 17 juillet, 2021

En effet, le sommeil et le fait de dormir tard pourrait augmenter le risque de souffrir d’obésité. Pour comprendre cette relation, nous devons partir du constat que l’obésité est un problème de santé publique très pertinent aujourd’hui. Cette condition peut augmenter considérablement le risque de souffrir de pathologies cardiovasculaires, métaboliques et du système nerveux.

Selon une étude, la relation entre le sommeil et l’obésité est liée à la quantité et à la qualité du repos. Les recherches précisent que la dynamique de travail actuelle a conduit les personnes à réduire les heures de repos. Cela s’est traduit par l’augmentation des taux de surpoids et d’obésité.

L’obésité est une maladie très complexe qui interagit avec de multiples facteurs génétiques, environnementaux, sociaux et émotionnels. En effet, l’Organisation Mondiale de la Santé la reconnaît comme une épidémie qui affecte principalement les pays en développement.

Le manque de sommeil de nos jours

L’étude citée ci-dessus établit un lien entre le sommeil et la probabilité de souffrir d’obésité. Le surpoids semble effectivement s’accroître à mesure que la vie professionnelle empiète sur le temps de repos.

Cette baisse est associée à l’usage excessif de lumières électriques et d’appareils électroniques tels que le téléphone, les tablettes et les ordinateurs. Elle est également en lien direct avec l’augmentation des exigences professionnelles, les horaires de nuit dans certains emplois ainsi que les longs voyages qui impliquent un décalage horaire.

Mais ce n’est pas tout. De nos jours, le manque de sommeil est aussi associé à l’humeur, aux problèmes personnels et au stress. Cela nous prédispose à des épisodes d’insomnie aiguës ou chroniques.

Pourquoi avons-nous faim ?

Les sensations de faim, de satiété et d’équilibre énergétique sont régulées par le système neuroendocrinien qui se trouve dans l’hypothalamus. Elles correspondent à une manifestation de l’organisme qui cherche à satisfaire ses besoins nutritionnels.

Une recherche nous démontre que, lorsque ce système est défaillant, des pathologies métaboliques comme l’obésité ou la malnutrition peuvent survenir. Lorsque nous dormons tard, ou que nous souffrons d’épisodes aiguës ou chroniques d’insomnie, l’organisme commence à augmenter les besoins métaboliques.

C’est pourquoi, il est important qu’une personne travaillant de nuit suive un régime spécifique et réalise une activité physique. Afin de contrecarrer les effets du déséquilibre.

Une femme avec son oreiller devant son frigo en pleine nuit.

“Le désir nocturne de manger est lié à des altérations dans le métabolisme et les hormones, également associées à l’insomnie.”

Quel est le lien entre le sommeil et l’obésité ?

Une étude signale que le sommeil est fondamental pour la synchronisation adéquate des hormones, qui ont des schémas circadiens spécifiques. Lorsque ces schéma sont rompus, en raison d’un manque de sommeil ou d’une grasse matinée, leur fonctionnement est altéré.

Cela affecte alors l’équilibre énergétique qui influence sur le poids corporel. Il doit effectivement y avoir un équilibre entre la consommation et la dépense énergétique. La courte durée du sommeil affecterait cet équilibre et produirait des troubles métaboliques comme l’obésité.

Combien d’heures devons-nous dormir ?

Selon certains experts en hygiène du sommeil, la quantité d’heures varie en fonction de l’étape du cycle vital. Par conséquent, les adultes devraient dormir entre 7 et 8 heures. Les nouveau-nés entre 16 et 18 heures, les enfants en âge préscolaire entre 11 et 12 heures et les adolescents environ 10 heures.

Ceci afin de récupérer de l’énergie et aider l’organisme à réaliser les processus métaboliques et endocriniens que nous avons évoqué. En outre, un bon sommeil diminue la fatigue diurne, les probabilités d’avoir des accidents, des troubles physiques et émotionnels, ainsi que de mauvaises performances professionnelles ou scolaires.

Cependant, il ne s’agit pas seulement d’avoir la bonne quantité de sommeil. Une autre problématique survient en cas d’altération du rythme circadien. Comment ? Car il est également néfaste de dormir tard et de faire des grasses matinées, même si l’on dort 8 heures.

Quelques conseils pour une vie saine

Vous êtes-vous déjà demandé comment avoir une vie plus saine, y compris dans votre sommeil ? Voici quelques conseils qui y contribueront et auront un impact sur la qualité de votre vie et la réduction du risque d’obésité.

Prendre soin de soi

Prendre soin de soi repose sur les décisions que prend chaque individu à propos de son bien-être physique, émotionnel et mental. Cet aspect est fondamental et à l’origine de tous les autres.

S’entraider

Les actions de notre entourage et de nos proches jouent un rôle important. Surtout si elles visent à l’entraide. Dans le cas spécifique du sommeil, parlez-en avec votre partenaire, vos enfants et votre famille pour tenter d’améliorer les habitudes de chacun.

Un environnement sain pour prévenir les troubles du sommeil et l’obésité

Cela est indispensable pour bien dormir. Faire une grasse matinée pourrait augmenter le risque d’obésité, non seulement parce que l’on dort en dehors des bonnes heures, mais également parce que l’environnement influence.

Il est donc nécessaire de créer un environnement sain. Dans le cas du sommeil, en plus d’établir une heure précise pour se coucher, il est important de tenir compte des facteurs de distraction. Eteindre les lumières, de préférence pas de télévision ou de téléphone portable dans la chambre.

De même, les études indiquent que les sons externes, tels que le bruit des véhicules, peuvent affecter la qualité du sommeil. Veillez donc à ce que votre espace de repos soit isolé des bruits qui pourraient vous empêcher de bien dormir.

Un homme qui dort.

Avoir une alimentation saine pour prévenir les troubles du sommeil et l’obésité

L’alimentation saine est fondamentale pour se sentir bien et avoir une vie équilibrée. La façon dont vous vous sentez physiquement a des répercussions sur votre état mental et psychique. En effet, certaines stratégies nutritionnelles contribuent à combattre l’insomnie. C’est ce que révèlent ces études.

Au sein de votre régime alimentaire, il est essentiel de considérer les aliments excitants qui peuvent retarder l’heure d’endormissement. Par exemple, la caféine, le thé, le guarana, le cacao et le mate. Il ne s’agit pas de les éliminer complètement, mais plutôt de réduire la concentration et d’éviter de les consommer avant le coucher.

Faire de l’exercice pour prévenir les troubles du sommeil et l’obésité

Tout comme l’alimentation saine est essentielle, pratiquer une activité physique l’est aussi. En plus d’améliorer la qualité de vie, le sport nous aide à nous sentir plus à l’aise et nous donne davantage d’énergie.

De plus, il s’agit du moyen direct de diminuer le risque de souffrir d’obésité. Des études signalent que l’activité physique réduit l’insomnie et l’hypersomnie.

Dormir tard peut augmenter le risque d’obésité

Comme vous avez pu le lire à travers cet article, dormir tard peut effectivement augmenter le risque d’obésité. Même si la relation directe entre le sommeil et l’obésité est encore à l’étude, il a été démontré que l’impact le plus important se situe au niveau hormonal.

Par ailleurs, en faisant des grasses matinées et en s’y habituant, nous commençons à consommer davantage de calories. Tout cela génère un déséquilibre qui affecte le poids, les états de vigilance et les processus moteurs.

Pour conclure, le plus important est que vous suiviez les conseils pour mener une vie plus saine, en plus des bonnes habitudes de sommeil. Votre corps et votre esprit vous remercieront.

Cela pourrait vous intéresser ...
Quelles sont les phases du sommeil ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Quelles sont les phases du sommeil ?

Les phases du sommeil sont des moments au cours desquels des changements se produisent alors que nous sommes endormis. Quelles sont-elles ?



  • Chamorro, R. A., Durán, S. A., Reyes, S. C., Ponce, R., Algarín, C. R., & Peirano, P. D. (2011). La reducción del sueño como factor de riesgo para obesidad. Revista médica de Chile, 139(7), 932-940
  • Zamorano Gonzáleg, Benito, Velázquez Narváez, Yolanda, Peña Cárdenas, Fabiola, Ruiz Ramos, Lucía, Monreal Aranda, Óscar, Parra Sierra, Víctor, & Vargas Martínez, José Ignacio. (2019). Exposición al ruido por tráfico vehicular y su impacto sobre la calidad del sueño y el rendimiento en habitantes de zonas urbanas. Estudios demográficos y urbanos, 34(3), 601-629. https://doi.org/10.24201/edu.v34i3.1743
  • Hita, M. E. G., Macías, K. G. A., & Enríquez, S. S. (2006). Regulación neuroendócrina del hambre, la saciedad y mantenimiento del balance energético. Investigación en salud, 8(3), 191-200.
  • Miró, E., Iáñez, M. A., & del Carmen Cano-Lozano, M. (2002). Patrones de sueño y salud. International Journal of Clinical and Health Psychology, 2(2), 301-326.
  • Restrepo, H. E., & Málaga, H. (2001). Promoción de la salud: cómo construir vida saludable. Pan American Health Org.
  • Jaramillo, T. M. U. (1999). El autocuidado y su papel en la promoción de la salud. Investigación y educación en enfermería, 17(2), 109-118.
  • Aguilar-Parra, José Manuel, & Gallego, José, & Fernández-Campoy, Juan Miguel, & Pérez-Gallardo, Eloy Rafael, & Trigueros, Rubén, & Alías-García, Antonio, & Álvarez, Joaquín, & Cangas, Adolfo Javier (2015). Influencia de programas de actividad física en la calidad del sueño de personas mayores de 55 años. Revista de Psicología del Deporte, 24(2),289-295.[fecha de Consulta 4 de Mayo de 2021]. ISSN: 1132-239X. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=235141413012
  • Cárdenas. V., Hernández, R. El sol del sueño como riesgo de obesidad.Desarrollo Cientif Enferm. Vol. 20 N° 1 Enero-Febrero, 2012.
  • Su guía para un sueño saludable. National Heart Lung and Blood Institute. 2013.