Détérioration cognitive légère : en quoi consiste-t-elle ?

12 janvier 2021
Les personnes souffrant de détérioration cognitive légère peuvent expérimenter des difficultés à se souvenir de certains noms ou de mots spécifiques.

La détérioration cognitive légère est une situation que l’on confond généralement avec la démence. En réalité, certains experts la considèrent comme un stade précoce à la démence, tandis que d’autres la classent comme une pathologie distincte.

Il s’agit d’une maladie dans laquelle les fonctions cognitives telles que la mémoire, le langage et la pensée, sont affectées de façon plus significative que lors du vieillissement normal.

La détérioration cognitive légère affecte de nos jours une grande partie de la population. On estime qu’elle augmente avec l’âge et qu’elle touche près de 40 % des personnes âgées de plus 85 ans. De plus, les femmes y sont plus propices que les hommes.

Cette pathologie est toujours en cours d’étude, mais les avancées en termes de définition et de traitements possibles se multiplient chaque jour. Dans cet article, nous vous donnons davantage de détails à son sujet.

En quoi consiste la détérioration cognitive légère ?

Avec le passage des années, le cerveau, de même qu’une autre partie du corps, change et évolue. Il est plutôt normal que certains aspects, comme la mémoire, soient subtilement affectés par le vieillissement.

Cependant, les personnes qui souffrent d’une détérioration cognitive légère remarquent généralement que leurs fonctions cognitives diminuent considérablement. Comme nous l’avons déjà mentionné, quelques-unes de ces fonctions sont la mémoire, la pensée et le langage.

Par exemple, une personne souffrant de détérioration cognitive peut avoir besoin de plus de temps pour se rappeler du prénom d’une personne ou d’un mot précis. Néanmoins, ces changements n’interfèrent généralement pas dans les activités quotidiennes de la personne.

C’est la principale différence avec la démence : la détérioration cognitive légère permet de continuer à vivre la routine normale. En revanche, les patients atteints de démence présentent plus de difficultés. Comme la réalisation de tâches auparavant simples.

Certains experts affirment que cette détérioration augmente le risque de souffrir de démence future, que ce soit Alzheimer ou autre. Mais en réalité, certaines personnes souffrant de troubles cognitifs légers n’atteignent jamais ce stade de démence.

Le visage d'une femme âgée.

Quels sont les symptômes ?

Comme nous l’avons souligné, les personnes souffrant de détérioration cognitive légère présentent des troubles plus ou moins associés au vieillissement normal. Certains d’entre eux sont :

  • Tendance à oublier plus souvent les choses, comme les rendez-vous ou les événements importants.
  • Perte du fil des conversations et plus de difficulté à suivre un film ou la lecture d’un livre.
  • Planifier une activité ou prendre des décisions semble plus compliqué.
  • Quelques symptômes de dépression, d’anxiété ou d’apathie peuvent apparaître.

En général, ce sont les membres de la famille ou les personnes proches qui remarquent ces changements. Il est important d’essayer de calmer la personne afin de ne pas aggraver sa confusion ou ses sentiments. De même qu’il est primordial de consulter un médecin.

Quelles sont les différences symptomatiques avec la démence ?

Les personnes qui souffrent de démence présentent des symptômes plus sérieux qui affectent leur vie quotidienne. Tout d’abord, les pertes de mémoire sont souvent plus prononcées. Se souvenir du prénom des proches est également complexe. C’est ce que l’on appelle l’amnésie.

Par ailleurs, le sens de l’orientation est affecté. Ces personnes ont donc tendance à se perdre, y compris sur des chemins familiers. Les objets personnels ou les choses de la maison se perdent aussi plus facilement.

Les patients peuvent également éprouver une perte d’intérêt pour tout ce que les intéressait avant. C’est ce que l’on nomme l’aboulie. Le comportement change aussi et les compétences sociales diminuent.

Un homme âgé qui mange seul.

Lisez davantage : Anatomie de la démence : à quoi ressemble la vie d’un patient dément ?

Comment diagnostiquer une détérioration cognitive légère ?

Le diagnostic de cette pathologie est complexe car il n’existe pas d’examens spécifiques pour le confirmer. Toutefois, outre les symptômes que nous avons déjà mentionné, il y a certains critères et tests qui permettent d’orienter le diagnostic.

Par exemple, les médecins réalisent une analyse de l’état mental à l’aide de tests comme le Mini Examen de l’Etat MentalIl s’agit d’un examen dans lequel la personne est invitée à répondre à plusieurs questions simples, comme donner la date ou suivre une indication. Ces analyses durent environ 10 minutes et permettent au médecin de comparer le fonctionnement mental du patient avec celui d’autres personnes du même âge.

Découvrez également : Les types de démences qui ne sont pas Alzheimer

Conclusion…

Si vous pensez que vous ou une personne de votre entourage souffrez de détérioration cognitive légère, n’attendez pas avant de consulter un médecin ou un psychologue. Ces deux professionnels pourront alors effectuer une évaluation adéquate et vous proposer quelques mesures vous permettant de faire face à la situation.

  • Diferencias entre demencia y deterioro cognitivo leve. (n.d.). Retrieved September 6, 2019, from https://www.sanitas.es/sanitas/seguros/es/particulares/biblioteca-de-salud/tercera-edad/demencias/demencia-deterioro-cognitivo.html
  • Mias, C. D., Masih, M., & Querejeta, A. (2007). Mild cognitive impairment: A prevalence and sociodemographic factors study in the city of Córdoba, Argentina. Retrieved from https://www.researchgate.net/publication/6253209
  • Vega Alonso, T., Miralles Espí, M., Mangas Reina, J. M., Castrillejo Pérez, D., Rivas Pérez, A. I., Gil Costa, M., … Fragua Gil, M. (2018). Prevalencia de deterioro cognitivo en España. Estudio Gómez de Caso en redes centinelas sanitarias. Neurología, 33(8), 491–498. https://doi.org/10.1016/j.nrl.2016.10.002