Douleur au foie : causes possibles et traitements

La douleur au foie est une manifestation non spécifique qui nécessite une évaluation médicale. La prise d'analgésiques en vente libre n'est pas recommandée.
Douleur au foie : causes possibles et traitements
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Le foie a de multiples fonctions, parmi lesquelles se distinguent la métabolisation des aliments et la détoxification de l’organisme. En plus de la synthèse des protéines, de la bile et des facteurs de coagulation. La douleur au foie se manifeste dans la partie supérieure droite de l’abdomen. Il s’agit d’une douleur lancinante.

La douleur hépatique est parfois associée à une sensation de gonflement. Aussi, elle peut irradier vers le dos ou l’omoplate droite.

Elle peut également s’accompagner d’autres symptômes : jaunissement de la peau et des muqueuses, fatigue, urine brun foncé, selles orange ou pâles qui flottent, présence d’ecchymoses, gonflement des chevilles ou des jambes, démangeaisons cutanées, perte d’appétit et taux de sucre élevés, selon la cause.

Les 5 principales causes de la douleur au foie

L’hépatite, notamment virale, la stéatose hépatique et la consommation excessive d’alcool sont les principales causes. Nous vous en présentons 5 ci-dessous.

1. Hépatite virale

L’hépatite virale est une maladie infectieuse qui cause des douleurs au foie. Il existe 5 types différents de virus de l’hépatite : le virus de l’hépatite A (VHA), le virus de l’hépatite B (VHB), le virus de l’hépatite C (VHC), le virus de l’hépatite D (VHD) et le virus de l’hépatite E (VHE).

Ils diffèrent tous par leur mode de transmission et par leur clinique. Bien que tous puissent causer une hépatite aiguë, seuls le virus de l’hépatite B, le virus de l’hépatite D et le virus de l’hépatite C peuvent causer une hépatite chronique.

Les manifestations cliniques comprennent de la fièvre, un jaunissement de la peau et des muqueuses, des selles pâles, une urine orange et des douleurs hépatiques, ainsi qu’une sensibilité abdominale à la palpation. Parfois, elle peut être asymptomatique ; d’autres fois, elle se manifeste de manière fulminante (insuffisance hépatique).

2. Hépatite alcoolique

L’hépatite alcoolique fait référence à des lésions hépatiques aiguës associées à la consommation chronique de grandes quantités d’alcool. Sa manifestation varie d’une insuffisance hépatique asymptomatique à une insuffisance aiguë.

Les premiers symptômes peuvent être une douleur au foie, des battements ou une sensation de lourdeur, la fatigue, la perte d’appétit, la perte de poids, les nausées et les vomissements.

En cas d’insuffisance hépatique aiguë, les symptômes sont : insuffisance hépatique avec des temps de coagulation altérés, accumulation de liquide dans l’abdomen et les extrémités due à une diminution des protéines (œdème), changements de comportement dus à l’accumulation de toxines dans le sang et le cerveau et changements du taux de sucre dans le sang.



3. Foie gras sans alcool

La stéatose hépatique non alcoolique est associée à l’obésité, à des taux élevés de cholestérol et de triglycérides et au diabète sucré de type 2. Dans le foie gras, il y a une accumulation d’acides gras dans le parenchyme hépatique qui produit une situation de stress oxydatif, avec la libération de radicaux libres d’oxygène et la génération d’une cascade inflammatoire qui peut transformer la maladie en une fibrose avancée.

Elle est généralement asymptomatique, mais peut provoquer une douleur au foie, des malaises, de la fatigue et des anomalies lors des examens de la fonction hépatique.

4. Cirrhose

Bien que la cirrhose du foie ne manifeste généralement pas de douleur au foie, elle peut se manifester par une gêne chronique dans la partie supérieure de l’abdomen.

La cirrhose du foie fait référence au stade final des dommages au foie, dans lequel il y a formation de fibrose et de nodules régénératifs. Les causes sont diverses, mais les plus fréquentes sont l’alcool, le virus de l’hépatite C et la stéatose hépatique non alcoolique.

Elle commence généralement de manière asymptomatique, auquel cas on parle de cirrhose hépatique compensée. Lorsque les symptômes apparaissent, elle progresse rapidement en générant des symptômes d’insuffisance hépatique, notamment une hypertension portale (présence de varices œsophagiennes et abdominales avec une propension aux saignements gastro-intestinaux).



5. Cancer du foie

Le cancer du foie, en particulier le carcinome hépatocellulaire, est très courant. Il est directement lié à la cirrhose du foie.

Au stade précoce, les symptômes sont généralement peu fréquents. Par la suite, les symptômes suivants apparaissent : douleurs hépatiques sourdes et constantes, perte de poids, perte d’appétit, vomissements, jaunissement de la peau et des muqueuses, gonflement abdominal, affaiblissement et fatigue.

La douleur abdominale en haut à droite est-elle toujours synonyme d’une douleur au foie ?

Parfois, les douleurs hépatiques sont confondues avec celles causées par des problèmes au niveau de la vésicule biliaire, du pancréas ou des reins, en raison de leurs relations anatomiques. C’est pourquoi en présence de douleurs au foie, il est important d’aller chez le médecin le plus tôt possible pour en déterminer la cause.

Comment diagnostique-t-on la douleur au foie ?

Le diagnostic repose sur les antécédents cliniques, un examen physique et des tests paracliniques. Lors de l’interrogatoire, l’accent sera mis sur la nature de la douleur, la consommation d’alcool, les habitudes alimentaires et les antécédents familiaux.

En ce qui concerne les examens paracliniques, en plus des analyses de sang, une échographie du haut de l’abdomen et une imagerie par résonance magnétique ou une tomodensitométrie sont nécessaires. Dans certains cas, s’ajoute la biopsie.

Comment traiter la douleur au foie ?

Lorsque cette douleur causée par une consommation excessive d’alcool ou par une consommation excessive d’aliments, il est recommandé de changer ses habitudes alimentaires. Il faut éviter la consommation d’aliments hautement transformés, de sucres transformés et de graisses.

La consommation de fruits qui aident à détoxifier l’organisme, comme l’ananas, est recommandée. En revanche, il n’est pas recommandé de prendre des analgésiques, car la plupart d’entre eux sont métabolisés dans le foie, ce qui peut donc être contre-productif.

Le traitement définitif dépendra de la cause et impliquera toujours des changements dans les habitudes alimentaires et la pratique d’une activité physique. Bien que le foie soit le seul organe capable de se régénérer, parfois, les dommages sont irréversibles. Dans ces cas, une transplantation hépatique peut être recommandée.

Cela pourrait vous intéresser ...
8 aliments pour nettoyer le foie naturellement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
8 aliments pour nettoyer le foie naturellement

Le foie est un organe vital pour notre santé et c'est pourquoi nous devons le protéger de certains facteurs qui le mettent en danger.




Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.