Quels aliments une personne atteinte de cirrhose doit-elle manger ?

4 septembre 2020
La cirrhose est une maladie incurable. Il est donc fondamental de connaître le type d'alimentation à suivre et les aspects que l'on doit prendre en compte si l'on en souffre.

Les aliments qu’une personne atteinte de cirrhose doit manger vont dépendre du stade de la maladie auquel elle se trouve. Dans tous les cas, en sachant que celle-ci est incurable, il est primordial de se fixer des objectifs à long terme car ils devront être maintenus pendant des mois et des années.

Cette pathologie est le résultat final de dommages hépatiques qui deviennent chroniques. Selon l’American College of Gastroenterology, environ 5,5 millions de personnes aux États-Unis souffrent de cirrhose et 26 000 en meurent chaque année.

Qu’est-ce que la cirrhose ?

La cirrhose est une maladie chronique qui fait que les cellules du foie meurent par zones. On voit alors apparaître une fibrose, une sorte de cicatrice. Le tissu hépatique est remplacé par des nodules, ce qui conduit à une altération de l’architecture et de la fonctionnalité de l’organe.

Selon plusieurs études, cette pathologie est due, parmi ses causes principales, à la consommation excessive d’alcool. On retrouve ensuite, au second poste, l’obstruction biliaire, les hépatites chroniques B et C et d’autres maladies du foie. L’étiologie est essentielle pour mettre en place un régime car les personnes alcooliques ne pourront pas ingérer les mêmes choses que d’autres patients, par exemple.

Un foie touché par la cirrhose.

Voir aussi : Comment protéger la santé de votre foie ?

Étapes de la maladie

Il existe deux étapes de base dans la cirrhose. L’une d’elles est l’étape initiale, connue sous le nom de cirrhose compensée. Ensuite, sans traitement ni approche, la cirrhose avancée ou décompensée survient, quand la destruction cellulaire se maintient dans le temps. C’est dans ce dernier cas qu’apparaissent les symptômes suivants, et l’alimentation se doit alors d’être rigoureuse :

  • Ictère : il s’agit de la coloration jaune de la peau et des muqueuses à cause de l’augmentation de bilirubine
  • Ascite : une accumulation de liquide dans l’abdomen à cause des changements de pression interne des vaisseaux sanguins
  • Encéphalopathie : apparition d’une confusion mentale suite à la présence de substances toxiques dans le cerveau
  • Hémorragies digestives

Prévalence de malnutrition

La malnutrition est un signe très commun chez ces patients. Diverses études suggèrent que jusqu’à 25 % des cirrhotiques compensés et 80 % des avancés la présentent. En général, on retrouve une perte de masse musculaire (plus importante chez les hommes) et de tissu adipeux.

Chez les personnes alcooliques, la voie de la dénutrition est double. D’un côté, on fait face aux effets délétères de la maladie hépatique et, en plus, on doit y rajouter un manque de variété dans les aliments consommés, à cause des mauvaises habitudes de l’addiction.

Aliments que doit manger une personne atteinte de cirrhose

En général, on diagnostique une cirrhose quand la maladie se trouve déjà à un stade avancé. Le principal objectif, sur le plan diététique, est donc d’apporter les nutriments dont le patient a besoin pour éviter les déficiences. Il faut bien penser, à chaque instant, que les personnes qui souffrent de cette maladie doivent suivre une alimentation hépatoprotectrice.

Ainsi, dans l’étude Nutritional care for patients with liver cirrhosis, il est expliqué que ceux qui ont une cirrhose compensée et sont stables ont des besoins semblables aux personnes normales. Le régime doit donc fournir tous les groupes d’aliments et être faible en graisses.

Il faudrait donc y inclure les aliments suivants :

  • Viandes blanches et rouges, en réfléchissant à des options faibles en graisse
  • Poissons
  • Oeufs
  • Fruits et légumes
  • Céréales et fécules
  • Huiles crues et avec modération
  • Légumineuses
  • Fruits secs en quantité limitée
  • Grains
  • Produits laitiers écrémés

De la même manière, il faut évaluer chaque cas particulier. Des recherches dans ce domaine révèlent que l’apport protéique doit être de 1 à 1,5 grammes pour chaque kilogramme de poids pour éviter des déficiences. Par ailleurs, il est suggéré de réaliser 5 repas par jour, qui se composeraient de plus petites quantités.

En outre, l’alcool et toutes les substances toxiques doivent être intégralement éliminés du régime. En fait, quand la cause de la pathologie est l’abus d’éthanol, l’élimination de ce dernier freine sa progression et améliore le pronostic de façon notable.

Le dessin d'un foie affecté par la cirrhose.

Voir aussi : Foie enflammé : symptômes et diète adéquate

L’alimentation en cas de symptômes clairs de la maladie

C’est au cours de la phase décompensée qu’apparaissent les complications mentionnées un peu plus tôt. Ici, les aliments qu’une personne atteinte de cirrhose peut manger se réduisent. Il faut donc adapter le régime, selon un article publié dans la revue Farmacia Profesional qui encourage à adopter les mesures suivantes :

  • Limiter l’apport de liquides à 1,2 litres par jour
  • Restreindre l’apport de sodium car ce dernier favorise l’accumulation de liquides et aggrave l’ascite
  • Réduire la consommation de protéines pour ne pas surcharger le foie, qui est le principal tissu chargé de les métaboliser

La restriction de protéines peut être de 0,5 grammes par kilogramme de poids chez des patients atteints d’encéphalopathie, pour ensuite augmenter progressivement jusqu’à revenir à un état normal quand cette dernière disparaît. Si l’on prend cette mesure, aussi petite soit-elle, il faut prendre des compléments d’acides aminés à chaîne ramifiée pour éviter de plus grands dommages.

On peut aussi songer à l’introduction de complexes vitaminiquesCeux qui sont particulièrement nécessaires sont ceux enrichis en vitamines B et K. La première prévient l’évolution des neuropathies et la seconde réduit les épisodes de saignements dus aux failles dans la coagulation.

L’option de la transplantation de foie

Dans le cas de certains patients avec une maladie avancée, la transplantation de foie peut être considérée comme une option de traitement. On ne doit cependant pas oublier qu’il y a un risque chirurgical élevé et que cela n’est pas synonyme de solution définitive car les soins postérieurs sont intenses.

Par ailleurs, ceux qui arrivent à cette étape ont besoin de prendre des médicaments à vie pour éviter le rejet du nouvel organe. Ces médicaments ont des effets adverses, et surtout hépatiques.

Que devons-nous garder à l’esprit à propos des aliments que doit manger une personne atteinte de cirrhose ?

Lors de cette maladie, stable ou instable, l’activité du foie est déficiente et des substances toxiques s’accumulent donc dans l’organisme. Il faut donc être strict en permanence avec l’alimentation, pour éviter l’apparition de complications.

L’idéal est de réaliser des contrôles auprès d’un professionnel de la nutrition pour évaluer l’état général et indiquer le régime à suivre. L’utilisation de médicaments sera aussi nécessaire car la complexité du trouble ne permet pas une approche unique.

 

  • Aceves-Martins, M. (2014). Cuidado nutricional de pacientes con cirrosis hepática. Nutrición Hospitalaria29(2), 246-258.
  • Kalaitzakis, E., Simrén, M., Olsson, R., Henfridsson, P., Hugosson, I., Bengtsson, M., & Björnsson, E. (2006). Gastrointestinal symptoms in patients with liver cirrhosis: associations with nutritional status and health-related quality of life. Scandinavian journal of gastroenterology41(12), 1464-1472.
  • Román Abal, E. M., & de Patología, A. E. D. E. (2007). Guía de cuidados para pacientes con cirrosis hepática y sus familiares.
  • Buey, L. G., Mateos, F. G., & Moreno-Otero, R. (2012). Cirrosis hepática. Medicine-Programa de formación médica continuada acreditado11(11), 625-633.
  • Gaviria, Mónica Marcela, Gonzalo Correa Arango, and María Cristina Navas. “Alcohol, cirrosis y predisposición genética.” Revista Colombiana de Gastroenterología 31.1 (2016): 27-35.
  • Fernández, Marlen Ivón Castellanos. “Nutrición y cirrosis hepática.” Acta Médica de Cuba 11.1 (2003).
  • Mesejo, A., M. Juan, and A. Serrano. “Cirrosis y encefalopatía hepáticas: consecuencias clínico-metabólicas y soporte nutricional.” Nutrición Hospitalaria 23 (2008): 8-18.
  • Ruiz-Margáin, A., et al. “Manejo dietético y suplementación con aminoácidos de cadena ramificada en cirrosis hepática.” Revista de Gastroenterología de México 83.4 (2018): 424-433.
  • Vilas-Rivas, María José, et al. “Recomendaciones al alta para pacientes diagnosticados de cirrosis.” ICUE. Investigación y CUidados de Enfermería 2.2 (2017): 45-49.