Épinéphrine : mode d’administration et indications

19 août 2019
L'épinéphrine ou adrénaline est un médicament administré par différentes voies, selon la situation clinique du patient. Elle est notamment indiquée pour le traitement de l'arrêt cardiaque et les chocs anaphylactiques.

L’épinéphrine, plus connue sous le nom d’adrénaline, est une hormone et un neurotransmetteur utilisé dans des situations d’urgence en présence d’un arrêt cardiaque.

Ce médicament a été historiquement utilisé pour traiter les bronchospasmes et l’hypoglycémie. Néanmoins, nous possédons aujourd’hui des médicaments plus spécifiques pour ces maladies.

Cette substance augmente le rythme cardiaque, contracte les vaisseaux sanguins, dilate les voies respiratoires et participe à la réaction de lutte ou de fuite du système nerveux dans une situation d’urgence.

D’un point de vue plus technique, l’adrénaline est une catécholamineC’est un monoamine synthétisé dans les glandes surrénales et dont les précurseurs sont la phénylalanine et la tyrosine.

Lisez également : 6 manières de prendre soin du système nerveux

Comment s’administre l’épinéphrine ?

La molécule de l'adrénaline

L’épinéphrine se présente comme une seringue prête à être injectée. On peut en outre l’administrer par différentes voies, selon les besoins :

  • Intramusculaire (IM)
  • Sous-cutanée
  • Intraveineuse (IV)
  • Intracardiaque : seulement dans le cas de gravité extrême, et la voie intraveineuse n’est pas viable

On doit réaliser les deux derniers types d’administration à l’hôpital, sous surveillance cardiaque et en diluant d’abord la solution d’épinéphrine dans de l’eau pour injection, qui peut être :

  • Une solution de chlorure de sodium 0,9 %
  • Du glucose 5 %
  • Du glucose 5 % dans une solution de chlorure de sodium 0,9 %

En outre, afin d’éviter l’altération du médicament par la lumière ou l’oxydation, on recommande de l’utiliser juste après l’avoir dilué. Quant à la posologie et la voie d’administration, elles dépendront du diagnostic et de l’état clinique du patient.

Néanmoins, dans une situation d’urgence, on doit toujours utiliser une voie d’administration rapide, telle que l’intraveineuse.

Indications de l’épinéphrine

Un homme s'injecte de l'épinéphrine

Tel que nous l’avons, l’épinéphrine est une solution qui se présente dans une ampoule avec des concentrations différentes. Parmi ses applications médicales, nous pouvons mentionner les suivantes :

Arrêt cardiaque

Outre l’arrêt cardiaquel’adrénaline est également administrée afin de traiter d’autres problèmes de cœur, tels que les arythmies qui proviennent d’un rythme cardiaque faible ou absent.

L’action de l’épinéphrine consiste à provoquer une vasoconstriction et à augmenter le rythme cardiaque. Autrement dit, elle contracte le cœur et augmente son rythme cardiaque afin de le faire « revivre ».

Anaphylaxie

L’épinéphrine peut également être utilisée dans le traitement de l’anaphylaxieCette pathologie est due à des signes allergiques. Elle peut entraîner la mort à cause d’une bronchoconstriction extrême.

Dans ce cas, on préconise ce médicament en raison de ses effets dilatateurs au niveau des voies respiratoires.

Lisez donc : Des sirops naturels et expectorants pour libérer vos voies respiratoires

Administration avec des anesthésiants locaux

On ajoute l’épinéphrine à une série d’anesthésiants locaux qu’on injecte. La raison de cette combinaison est que les effets vasoconstricteurs de l’adrénaline permettent de retarder l’absorption et ainsi, de prolonger l’effet de l’anesthésiant.

En outre, on peut associer certains des effets secondaires de l’utilisation des anesthésiants locaux avec l’épinéphrine à l’action de cette dernière, comme par exemple :

  • Appréhension
  • Tachycardie
  • Tremblements

Quels sont les éventuels effets secondaires ?

L’utilisation de cette substance n’est pas exemptée d’éventuels effets secondaires et complications, surtout lors de son administration par voie intraveineuse et intracardiaque. Voici les éventuels effets secondaires de l’épinéphrine :

  • Palpitations et tremblements
  • Tachycardies
  • Arythmies cardiaques
  • Anxiété et hypertensions
  • Céphalées
  • Œdème pulmonaire aigu

Son utilisation est de plus contre-indiquée chez certains patients. C’est notamment le cas pour ceux qui reçoivent un traitement de médicaments bêta-bloquants non sélectifs.

Cette contre-indication est due au fait que l’interaction des deux médicaments pourrait provoquer une hypertension sévère, voire une hémorragie cérébrale.

Beaucoup de personnes croient certes que l’administration d’épinéphrine peut entraîner un dysfonctionnement cardiaque en raison de son effet hautement vasoconstricteur, mais cela n’est toutefois pas vrai.

Les artères coronaires n’ont qu’un type de récepteurs. Ceux-ci, en interagissant avec l’adrénaline, envoient des signaux pour que se produise la vasodilatation, non la vasoconstriction.

Conclusion

L’épinéphrine ou adrénaline est un médicament qu’on administre par différentes voies, selon la situation clinique du patient. On l’utilise notamment dans le traitement de l’arrêt cardiaque et les chocs anaphylactiques.

Il existe des formules d’épinéphrines préparées pour l’auto-injection. On les prescrit aux patients qui présentent un risque de souffrir d’un choc anaphylactique.

À l’instar de tout médicament, cette catécholamine n’est pas exempte d’effets secondaires. On doit ainsi avoir cela à l’esprit lors de l’administration de la solution d’épinéphrine.

 

  • Luis Navarro J. C. (2000). Adrenalina (Epinefrina). Revista de Emergencias y Catástrofes.
  • Cardona Dahl, V. (2010). Guía de actuación en anafilaxia. Medicina Clínica. https://doi.org/10.1016/j.medcli.2010.10.003
  • Ateneo, E. El. (2006). Drogas vasoactivas en el paciente critico. Medicina Intensiva.