Érythème solaire : recommandations et soins

24 août 2020
L'érythème solaire est particulièrement visible pendant la période estivale, lorsque les radiations du soleil sont plus intenses. À cette époque de l'année, les gens sont aussi plus souvent exposés et ont tendance à moins protéger leur peau. Dans cet article, nous vous expliquons comment prendre soin de vous correctement.

L’érythème solaire est une brûlure qui apparaît après une exposition au soleil. Nous en souffrons quand nous nous soumettons pendant longtemps aux radiations ultra-violettes. En général, les symptômes plus intenses se manifestent dans les premières 24 heures et commencent ensuite à diminuer.

Ce que l’on appelle érythème solaire est un ensemble de brûlures à un degré différent. Il y existe des lésions légères, avec seulement un pelage de la couche superficielle de l’épiderme. Cependant, dans d’autres cas, la brûlure élimine une partie de la peau et génère des ampoules.

Dans les deux cas, la zone affectée rougit à cause de la congestion sanguine. Une inflammation n’est pas toujours présente, mais il peut arriver que l’écoulement de fluides dans les tissus augmente son volume.

Comme nous l’avons dit, l’érythème solaire est dû à l’action des rayons ultra-violets du soleil. Même s’il existe différentes longueurs d’onde dans les rayons du soleil, les radiations qui affectent le plus la peau sont la UVB et la UVA.

La radiation UVA est très pénétrante, et peut arriver jusqu’au derme, qui se trouve en-dessous de l’épiderme. Son effet négatif se manifeste sur le long terme. Il accélère le vieillissement cellulaire et favorise le développement du cancer de la peau.

D’un autre côté, la radiation UVB est directement responsable de l’érythème solaire. La peau bronze et est brûlée par cette radiation. L’UVB peut aussi modifier les cellules en les rendant cancérigènes. C’est pour cela que ces deux radiations sont un facteur de risque de cancer.

Groupes à risque d’érythème solaire

Nous pouvons tous souffrir d’un érythème solaire si nous nous exposons mal à la radiation du soleil, pendant les mauvaises heures et sans protection. Aussi, certains groupes de la population sont plus enclins à souffrir de ces brûlures, en voici quelques-uns :

  • Ceux qui doivent travailler dans des endroits sans toit, à midi
  • Les personnes ayant la peau très claire
  • Ceux qui réalisent des sports nautiques ou de montagne, car le reflet de l’eau ou de la neige peut brûler avec la même intensité que la lumière directe
  • Les habitants des zones tropicales, où la trajectoire du soleil est plus perpendiculaire à la terre et où la tranche horaire de radiation est plus longue
  • Des patients consommant certains antibiotiques, comme la doxycycline
  • Malades chroniques de pathologies auto-immunes avec atteinte cutanée, comme le lupus
Mettre de la crème solaire pour éviter l'érythème solaire.

 

Continuez à lire : 4 effets néfastes du soleil sur la peau

Que faire si on souffre d’un érythème solaire ?

Une fois constatée la présence de l’érythème solaire, il faut prendre des mesures pour soulager la blessure. Une visite médicale n’est en général pas nécessaire dans ces cas-là. Cependant, si on a des doutes quant à l’évolution de la brûlure, il vaut mieux consulter.

Si nous savons que nous nous sommes beaucoup exposés au soleil et voyons l’érythème apparaître, nous devons nous doucher à l’eau froide en rentrant chez nous. Nous pouvons aussi poser des objets froids sur la peau blessée pour commencer à contrôler l’inflammation qui va se générer.

Quand on souffre d’érythème, il faut porter des vêtements légers. Le frottement des t-shirts et des pantalons fait mal et blesse la peau, en plus de favoriser le pelage, qui peut être dangereux s’il est accompagné d’ampoules.

Si les ampoules contiennent du liquide, il vaut mieux ne pas les exploser. Il faut les laisser évoluer sans trop intervenir. On peut appliquer des crèmes analgésiques ou froides autour des ampoules, et peut-être même les recouvrir avec un bandage stérile pour qu’elles ne s’infectent pas.

Quant aux médicaments, un article de Marie-Claire propose l’usage de centella asiatica dans les crèmes. Cette plante stimulerait la production de collagène pour réparer la peau. Par voie orale, le paracétamol est indiqué pour contrôler la douleur.

Apprenez-en plus à ce sujet : 6 façons de prendre soin de la peau autour des yeux

Se protéger avec des crèmes solaires

La protection de la peau du soleil est essentielle pour prévenir tout érythème solaire.

 

Avoir une crème solaire est primordial, en été et pendant toute l’année. Les associations de dermatologues recommandent leur usage quand on s’expose au soleil de manière directe et surtout chez les groupes à risque.

La crème solaire reflète la radiation ou l’absorbe pour l’empêcher d’atteindre la peau. L’unité de mesure utilisée pour cela est le facteur de protection solaire FPS. Tous les FPS sont liés à un pourcentage de filtration de la radiation UV.

En pratique, un protecteur solaire FPS 30 est suffisant dans la majorité des cas, car il bloque 96,7 % de la radiation. Il est bon d’appliquer sur le visage un plus grand indice de protection, chez les enfants ou chez des personnes à la peau très claire.

Il est capital de savoir comment appliquer et maintenir la crème solaire. Éviter l’érythème solaire sera plus simple si la crème est appliquée uniformément sur le corps et s’il y a une couche d’au moins 2 milligrammes par centimètre carré de peau.

Éviter l’érythème solaire est une bonne habitude

Même si on pourrait penser le contraire, se protéger des radiations solaires est une habitude qui a ses répercussions sur notre vie future. En respectant les mesures minimales d’exposition au soleil et en utilisant de bonnes crèmes solaires, nous pouvons éviter au maximum certains types de cancer de la peau.

Si vous avez des doutes sur une lésion cutanée, que ce soit un coup de soleil ou une brûlure plus grave, nous vous conseillons de consulter un médecin. Il vaut mieux demander conseil sur la gravité de cette lésion et agir en conséquence.

 

  • Ruiz Martínez, Mª, and Mª Morales Hernández. “Aproximación al tratamiento del envejecimiento cutáneo.” Ars Pharmaceutica (Internet) 56.4 (2015): 183-191.
  • Zaragozano, Jesús Fleta, Manuel Bueno Lozano, and Luis A. Moreno Aznar. “Quemadura solar y fotodermatosis.” Boletín de la Sociedad de Pediatría de Aragón, La Rioja y Soria 2 (2016): 48-58.
  • Del Pino, Fabiola, et al. “Lupus eritematoso túmido: variante rara del lupus cutáneo.” Dermatología Venezolana 57.2 (2019).
  • Losantos, Raúl, et al. “Rational design and synthesis of efficient sunscreens to boost the solar protection factor.” Angewandte Chemie 129.10 (2017): 2676-2679.