Faible taux de progestérone : symptômes et traitements

En plus des traitements hormonaux, il est également possible de recourir à d'autres mesures pour augmenter le niveau de progestérone, telles que l'augmentation de l'apport en vitamine B.
Faible taux de progestérone : symptômes et traitements
Isbelia Esther Farías López

Rédigé et vérifié par la philosophe Isbelia Esther Farías López.

Dernière mise à jour : 26 mai, 2022

La progestérone est une hormone sexuelle féminine produite principalement dans les ovaires après l’ovulation. C’est une partie cruciale du cycle menstruel et du maintien de la grossesse. Si le taux de progestérone est faible, la santé est en danger.

Concrètement, cette hormone aide à réguler le cycle menstruel. Cependant, sa principale fonction est de préparer l’utérus à la grossesse. Poursuivez donc votre lecture pour en savoir plus.

Comment fonctionne la progestérone ?

Le niveau fluctue tout au long du cycle menstruel. Il culminent sept jours avant les règles et peut même varier au cours d’une même journée. Le taux de progestérone est généralement plus élevé que la normale pendant la grossesse.

Après l’ovulation, la progestérone contribue à épaissir la muqueuse de l’utérus en vue de l’arrivée d’un ovule fécondé. S’il n’y a pas d’ovule fécondé, les niveaux de progestérone chutent à nouveau et la menstruation commence.

Si un ovule fécondé s’implante dans la paroi utérine, cette hormone aide à maintenir la muqueuse de l’utérus tout au long de la grossesse. Elle est aussi nécessaire dans d’autres processus :

  • Développement mammaire et allaitement ;
  • Elle complète certains des effets de l’œstrogène, une autre hormone sexuelle ;
  • Elle joue un rôle important avec la testostérone ; ce sont des précurseurs des hormones surrénales.

Un dysfonctionnement des ovaires peut entraîner une mauvaise production. Pendant la ménopause, il est naturel que les taux d’œstrogènes et de progestérone baissent. Les femmes ménopausées ont des taux inférieurs par rapport aux femmes en âge de procréer.

Molécule de progestérone.

Les symptômes d’un faible taux de progestérone

La progestérone est particulièrement importante pendant les années fertiles. Si le taux de cette hormone est trop bas, la femme peut avoir des difficultés à tomber enceinte. Chaque mois après l’ovulation, le taux de cette hormone doit augmenter, comme l’explique cette étude brésilienne publiée en 2016.

Cette hormone aide l’utérus à s’épaissir avant de recevoir l’ovule fécondé. Si l’utérus n’est pas assez épais, l’implantation n’a pas lieu. Un faible taux de progestérone chez les femmes non enceintes peuvent entraîner les symptômes suivants :

  • Bouffées de chaleur
  • Maux de tête
  • Sautes d’humeur
  • Anxiété et dépression
  • Saignements utérins anormaux
  • Baisse de la libido sexuelle
  • Irrégularité du cycle menstruel
  • Règles irrégulières ou absentes
Femme en dépression.

Même pendant la grossesse, cette hormone est nécessaire, car elle aide à maintenir l’intégrité de l’utérus. Si son taux est excessivement bas, il est possible que la grossesse soit interrompue.

Plus précisément, un faible taux de progestérone pendant la grossesse peuvent être des indicateurs de toxémie ou de grossesse extra-utérine. Les symptômes suivants peuvent alors faire leur apparition :

  • Fatigue
  • Hypoglycémie
  • Douleur abdominale
  • Sécheresse vaginale
  • Seins trop sensibles

Dans ces cas, l’œstrogène peut devenir l’hormone sexuelle dominante. Cette situation peut déclencher une multitude de dommages, parmi lesquels figurent les suivants :

  • Dépression
  • Endométriose
  • Gain de poids
  • Dysfonctionnement thyroïdien
  • Baisse de la libido sexuelle

Comment savoir quel est son taux de progestérone ?

Un test sanguin permettra à votre médecin de déterminer si votre taux est trop bas. Il pourra également confirmer si l’ovulation a eu lieu ou non dans le cycle menstruel correspondant.

Les tests sanguins peuvent également être utilisés pour surveiller le traitement hormonal substitutif, ainsi que pour assurer une bonne prise en charge des grossesses à risque.

À quelle fréquence devez-vous faire un test sanguin ?

Un faible taux de progestérone pourraient déclencher une insuffisance lutéale: l’endomètre ne peut pas supporter l’implantation et le développement d’une grossesse précoce. Cette situation se traduit par l’infertilité et des avortements spontanés.

Les saignements au début de la grossesse sont souvent le signe d’un faible taux de progestérone, et un traitement progestatif est alors justifié pour prévenir les pertes. Par ailleurs, un taux de progestérone élevé peut indiquer une hyperplasie congénitale des surrénales, la présence de kystes et des tumeurs ovariennes.

Quel est le traitement ?

Un faible taux de progestérone ne provoque pas toujours des symptômes. Un traitement n’est donc pas toujours nécessaire. Cependant, si vous essayez de tomber enceinte, l’hormonothérapie peut faciliter le processus, à la fois avant et pendant la grossesse.

Les irrégularités menstruelles et les saignements anormaux peuvent s’améliorer grâce à ce type de traitement. Pour les symptômes graves de la ménopause, il existe des traitements hormonaux substitutifs qui ont pour but de fournir la production de progestérone.

Ces traitements impliquent la combinaison d’oestrogènes et de progestatifs et un récepteur synthétique. Cependant, ces traitements peuvent provoquer des saignements , de l’acné ou encore de l’hirsutisme.

De plus, les thérapies à base d’œstrogènes et de progestérone sont associées aux maladies coronariennes, aux événements thromboemboliques et au cancer du sein . En particulier, elles ne sont pas recommandées pour les femmes ayant des antécédents personnels de cancer du sein.

L’hormonothérapie, cependant, aide à soulager les symptômes déclenchés par un faible taux de progestérone. elle peut également réduire le risque d’ostéoporose et de diabète. La progestérone orale peut procurer un effet calmant et ainsi faciliter l’endormissement.

Comment augmenter ce taux ?

En plus des traitements hormonaux, certaines mesures peuvent aider à augmenter le taux de progestérone. Ce sont les suivantes :

  • Augmentez votre apport en vitamines B avec des noix, des céréales et des grains entiers.
  • Mangez plus d’aliments contenant du zinc. Par exemple : les crustacés et la  dinde.
  • Consommez des œufs, car ils sont une excellente source de progestérone.
  • Il est conseillé d’apprendre à gérer le stress.

Quels dommages un faible taux de progestérone causet-il ?

Les femmes ayant un faible taux de progestérone courent un risque plus élevé de mourir d’une maladie cardiaque et sont plus susceptibles d’avoir une maladie du cerveau ou des os. Chez celles qui ont subi une hystérectomie (ablation totale ou partielle de l’utérus), ces chances peuvent augmenter.

Par conséquent, le mieux est d’effectuer tous les contrôles. Le médecin pourra ainsi savoir quand un traitement hormonal substitutif est nécessaire, en vue d’éviter les complications mentionnées ci-dessus. Si vous essayez de tomber enceinte et que vous n’y parvenez pas ou si vous présentez les symptômes décrits, nous vous recommandons de consulter votre gynécologue.

Cela pourrait vous intéresser ...
Qu’est-ce que l’anovulation et pourquoi se produit-elle ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Qu’est-ce que l’anovulation et pourquoi se produit-elle ?

L'anovulation est définie comme l'absence de production d'ovules par l'ovaire, pendant un ou plusieurs cycles menstruels.



  • Brañez Garcia, C. A., Pardo Novak, A., & Ordoñez Maygua, J. (2009). Progesterona como factor pronóstico en amenazas de aborto. Gaceta Médica Boliviana, 32(2), 11-16. http://www.scielo.org.bo/scielo.php?pid=s1012-29662009000200003&script=sci_arttext
  • De Villiers, T. J., Pines, A., Panay, N., Gambacciani, M., Archer, D. F., Baber, R. J., … & Lobo, R. A. (2013). Updated 2013 International Menopause Society recommendations on menopausal hormone therapy and preventive strategies for midlife health. Climacteric, 16(3), 316-337.
  • Ectopic Pregnancy. (2018). Retrieved 11 June 2020, from https://www.acog.org/patient-resources/faqs/pregnancy/ectopic-pregnancy
  • Fonseca, E. B., Celik, E., Parra, M., Singh, M., & Nicolaides, K. H. (2007). Progesterone and the Risk of Preterm Birth among Women With a Short Cervix. Obstetrical & Gynecological Survey. https://doi.org/10.1097/01.ogx.0000291202.67521.d46
  • Joshi, P. A., Jackson, H. W., Beristain, A. G., Di Grappa, M. A., Mote, P. A., Clarke, C. L., … Khokha, R. (2010). Progesterone induces adult mammary stem cell expansion. Nature. https://doi.org/10.1038/nature09091
  • Sanchez, E. G. M., Giviziez, C. R., Sanchez, H. M., Agostinho, P. L. S., Barros, P. S., & Approbato, M. S. (2016). Low progesterone levels and ovulation by ultrasound assessment in infertile patients. Jornal Brasileiro de Reproducao Assistida. https://doi.org/10.5935/1518-0557.20160004
  • MedlinePlus. (2019). Serum progesterone: MedlinePlus Medical Encyclopedia. Retrieved 11 June 2020, from https://medlineplus.gov/ency/article/003714.htm
  • Shifren, J. L., Gass, M. L., & NAMS Recommendations for Clinical Care of Midlife Women Working Group. (2014). The North American Menopause Society recommendations for clinical care of midlife women. Menopause, 21(10), 1038-1062.
  • Stuenkel, C. A., Davis, S. R., Gompel, A., Lumsden, M. A., Murad, M. H., Pinkerton, J. V., & Santen, R. J. (2015). Treatment of symptoms of the menopause: an endocrine society clinical practice guideline. The Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, 100(11), 3975-4011.
  • Sanchez, E., Giviziez, C. R., Sanchez, H. M., Agostinho, P., Barros, P. S., & Approbato, M. S. (2015). Low progesterone levels and ovulation by ultrasound assessment in infertile patients. J Bras Reprod Assist, 20(1), 13-16.