Frissons : à quoi sont-ils dus ?

8 décembre 2019
Les frissons sont une sensation fréquente que tous les êtres humains ont déjà expérimenté. Ils peuvent n'avoir aucune signification ou annoncer une maladie. Nous vous expliquerons dans cet article pourquoi ils surviennent.

Les frissons sont en soi des tremblements du corps. Ils surviennent de manière involontaire. Autrement dit, nous ne nous décidons pas d’en avoir ou non. Ils sont parfois accompagnés de ce que l’on appelle la “chair de poule”.

Ces tremblements sont des contractions et décontractions musculaires rapides que le corps réalise de la tête aux pieds comme un mécanisme de réponse. Certes, cette réponse s’adresse à des stimuli différents.

Le plus courant est que les frissons se manifestent face à une situation de froid ou face à la présence de fièvre dans l’organisme. Dans les deux cas, leur fonction est de réguler la température interne.

Nous devons comprendre que l’être humain possède des systèmes et des mécanismes pour le maintien de sa température interne, qui doit être constante. Ces systèmes sont commandés par l’hypothalamus, un organe à l’intérieur du crâne.

L‘hypothalamus donne des ordres pour maintenir la température, tels que :

  • Augmenter la ventilation pulmonaire pour dissiper la chaleur par l’air et entraîner un mouvement d’oxygène plus important
  • Transpirer pour que la chaleur excédentaire sorte dans le liquide et qu’ensuite l’air externe rafraîchisse la peau en faisant évaporer la transpiration
  • Avoir des frissons pour créer de la chaleur

Certes, les frissons viennent parfois de pair avec la chair de poule. Nous devons néanmoins savoir que ce sont deux phénomènes différents, qu’on ne peut pas comparer. La chair de poule est le hérissement des poils du corps. Sa fonction est de fabriquer une couche isolante sur la peau pour que nous ne perdions pas plus de chaleur que celle que nous perdons déjà à ce moment donné.

C’est pourquoi on associe la chair de poule au froid mais pas toujours aux frissons. Découvrons quelles sont les six causes les plus fréquentes des frissons.

1. Frissons à cause de la fièvre

La fièvre peut avoir plusieurs origines différentes, y compris les infections. Cependant, elles peuvent toutes entraîner des frissons. Les tranches d’âge extrêmes tels que les enfants et les personnes âgées ont le plus de chances d’expérimenter ce mouvement musculaire.

S’il existe bel et bien des traitements pour les frissons à cause de la fièvre, on ne les utilise pas fréquemment. On ne recommande les médicaments que dans les cas extrêmes. Les sels de calcium et le sulfate de morphine sont les médicaments de prédilection.

Les frissons à cause de la fièvre sont un symptôme supplémentaire d’un cadre clinique plus important. C’est pourquoi il faut consulter un professionnel de santé pour établir un diagnostic. Le traitement reposera sur la maladie de base.

Lisez également : 4 remèdes naturels pour contrôler la fièvre

Un homme qui a des frissons à cause de la fièvre

2. Froid

Lorsque la météo est très froide et que le corps le perçoit comme tel, cela provoque des frissons pour créer de la chaleur interne. C’est un mécanisme supplémentaire de l’hypothalamus, tel que nous l’expliquions auparavant.

Il existe une légère différence entre plusieurs personnes et leur réaction au froid qui dépend de la quantité de graisse corporelle. Ceux qui ont un moindre volume de graisse corporelle ont tendance à expérimenter plus de frissons que le reste.

3. Enfants et frissons

L’âge pédiatrique se caractérise par des frissons plus fréquents que chez l’adulte. Non seulement à cause de la fièvre -plus courante chez les bébés et les enfants- mais également de manière spontanée.

Les frissons spontanés chez l’enfant sont liés à des épisodes d’anxiétécomme quand il a faim ou envie de déféquer. Ils s’avèrent être totalement bénins et ne requièrent aucun traitement médical.

4. Infections

Les infections entraînent des frissons lors des épisodes de fièvre. En augmentant la température corporelle pour combattre le micro-organisme qui a pénétré dans le corps, ce dernier se voit dans l’obligation d’éliminer cette chaleur pour éviter toute atteinte des organes.

A voir : Vague de chaleur : comment la surmonter ?

La fièvre due à une infection est un processus nécessaire qui oblige la survenue d’un autre mécanisme nécessaire, en l’occurrence, les frissons. Certes, ils ne demandent aucun traitement ponctuel. La consultation médicale sera néanmoins utile pour le traitement de l’infection qui se trouve derrière la fièvre.

Un enfant malade

5. Hypoglycémie et frissons

L‘hypoglycémie est la présence dans le sang d’un taux de sucre plus bas que la normale. Lorsque cela survient, des frissons apparaissent avec d’autres symptômes précédant un évanouissement tels que la transpiration froide et les vertiges.

6. Altérations dans la prostate et ménopause

Au fil et à mesure qu’on avance vers le troisième âge, de nouveaux symptômes apparaissent. On peut néanmoins citer les frissons. Pour les hommes, l’origine du problème est la prostate. Chez les hommes âgés de plus de 60 ans, l’augmentation de la taille de la prostate est courant. Cela rend la miction difficile. La personne peut ressentir des frissons à chaque fois qu’elle réalise un effort pour uriner à cause de l’augmentation de la taille de sa prostate.

Chez les femmes, le problème est la ménopause, qui entraîne également des frissons. Dans ce cas, les femmes subissent également des épisodes de bouffées de chaleur. On perçoit une augmentation transitoire de la chaleur interne dans le tronc du corps. Les frissons agissent comme un régulateur de la température.

En conclusion

Tel que nous l’avons vu, les frissons nécessitent rarement une prise en charge médicale. Si on est en présence de fièvre, il faut consulter. Parfois, les infections se manifestent avec un épisode de frissons. Le professionnel de santé saura différencier les situations qui exigent un traitement de celles qui sont bénignes et qui se résolvent d’elles-mêmes.

 

  • Alpízar Caballero, Lourdes B., and Esther E. Medina Herrera. « La fiebre: conceptos básicos. » Revista Cubana de Pediatría 70.2 (1998): 79-83.
  • Arcos, Román Ruiz, et al. « Fiebre en pediatría. » Revista Mexicana de pediatría 77.S1 (2010): 3-8.
  • Taniguchi T, Tsuha S, Takayama Y, Shiiki S. Shaking chills and high body temperature predict bacteremia especially among elderly patients. Springerplus. 2013;2:624. Published 2013 Nov 21. doi:10.1186/2193-1801-2-624
  • Dall L, Stanford JF. Fever, Chills, and Night Sweats. In: Walker HK, Hall WD, Hurst JW, editors. Clinical Methods: The History, Physical, and Laboratory Examinations. 3rd edition. Boston: Butterworths; 1990. Chapter 211. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK324/