Injection intra-osseuse : les soins postérieurs

23 janvier 2020
Également connue sous le terme de voie intra-osseuse, l'injection intra-osseuse est une technique qui présente des avantages en cas d'urgence vitale.

Une injection intra-osseuse consiste à créer un accès vasculaire en cas d’urgence pour administrer des médicaments et des liquides à un patient. Également appelée voie intra-osseuse, elle offre des avantages aux professionnels en situation d’urgence vitale. À l’heure actuelle, c’est encore une technique méconnue et inhabituelle.

Les médecins ne recommandent pas le recours à cette technique pendant plus de 24 heures. Les professionnels insistent sur l’importance de réaliser un autre accès veineux en utilisant une voie centrale ou périphérique après la création d’un premier accès veineux.

Les caractéristiques de l’injection intra-osseuse

Une injection intra-osseuse en cours

Les professionnels de santé en pédiatrie ont toujours eu recours à cette technique sur des patients âgés de moins de six ans. Ces professionnels ont recours à cette technique dans le cas où ils ne parviennent pas à obtenir un accès veineux périphérique après trois tentatives échouées.

Grâce aux avancées dans le domaine de la médecine, cette technique est maintenant également efficace chez les adultes. Elle est d’ailleurs indiquée chez des patients de tout âge en situation critique et si l’option de la voie veineuse a été écartée.

Le programme Advanced trauma life support recommande cette technique à tous les patients après une tentative de voie intraveineuse et avant de tenter une voie centrale, aussi bien chez les enfants que chez les adultes.

Le recours à l’injection intra-osseuse est basé sur le fait que la cavité médullaire des os longs est constituée d’un réseau de capillaires sinusoïdes. Ces derniers sont capables de drainer un grand sinus veineux central. Le sinus veineux mentionné peut servir à administrer les médicaments et les liquides au niveau de la circulation générale de manière efficace et rapide.

Cette technique est très similaire à celle que l’on réaliserait sur une quelconque autre veine périphérique. De plus, elle ne provoque généralement pas de blocage ni même un arrêt cardiorespiratoire. Par conséquent, elle est considérée comme étant une technique fiable pour créer un accès vasculaire. Le pourcentage de réussite est élevé.

Cet article peut également vous intéresser : Savoir reconnaître les différences entre un infarctus, un arrêt cardiaque et un ictus

Les soins qui doivent suivre le recours à cette technique

Pendant une situation d’urgence médicale, il est fondamental de réaliser un accès vasculaire approprié pour le patient. C’est précisément pendant ces circonstances que la voie périphérique est généralement inaccessible ou bien que l’attente pour trouver un accès périphérique suppose une perte de recours et de temps, d’où le fait que l’injection intra-osseuse prend de l’importance.

Les professionnels qui développent cette technique doivent connaître les soins dont aura besoin le patient. Ils doivent également savoir quels produits peuvent être administrés au moyen de cette technique et quelle est la technique de pose.

Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’un accès à la circulation sanguine. Pour cette raison, les soins fournis aux patients avec une injection intra-osseuse seront similaires aux soins fournis en cas d’un accès veineux périphérique.

Il convient de savoir que les professionnels contrôlent différents signes. Il convient de mentionner les signes suivants :

  • Saignement, couleur
  • Présence d’impulsions distales
  • Température, aspect
  • Taille du membre et douleur (si le patient est conscient) autour de la zone de ponction indiquant une éventuelle infection locale

Parmi les soins basiques figure la désinfection de la zone de ponction toutes les cinq heures afin d’éviter des infections. Aussi, tous les actes réalisés au niveau de l’injection intra-osseuse doivent être enregistrés dans le registre d’infirmerie du patient.

Cet article peut également vous intéresser : 7 conseils pour lutter contre les problèmes de circulation sanguine dans les jambes

Les soins d’infirmerie

Le sang et l'injection intra-osseuse

Un pansement occlusif n’est pas recommandé, car il favorise la macération de la peau. Il convient aussi de ne pas oublier que cette technique est temporaire. Elle ne doit pas durer plus de 24 heures, et ce, en raison de l’augmentation du risque d’une complication.

Dans tous les cas, il faudrait stopper l’injection intra-osseuse dès qu’il est possible de canaliser une autre voie veineuse. Néanmoins, certains dispositifs (FAST1) permettent une pose plus longue sans risque allant jusqu’à 72 heures.

Il convient de préciser que les complications sont rares et que la plupart d’entre elles sont secondaires et liées à des failles dans la technique. Le travail des professionnels est donc basique afin de permettre un développement de la technique correct.

Enfin, pour retirer le dispositif, il est nécessaire d’appliquer un antiseptique avant l’extraction du cathéter. Il faut ensuite exercer une pression pendant une durée de cinq minutes à l’aide d’une compresse de gaze stérile. Il est très important d’observer la zone de ponction dans les heures qui suivent la pose.